Jeu 15/09/2022 Haute-Loire – Saint-Didier-sur-Doulon

Animateur : Yves
Nombre de participants : 15 animateur compris ( 7F, 8H)
Météo : Ensoleillée le matin, un peu nuageux l’après midi
Distance : 26 Km 
Dénivelé : 860 Mètres
Durée : 7H50  mn pauses comprises
Classement Atlas : Facile, reclassée moyenne
Kilométrage auto : 130 Km pour 2 véhicules et 165 pour 1 autre 
Temps de préparation : 2H30 

ITINERAIRE : Javaugues, Cumignat, Cornille, Le Mazel, Estivareil, Auchamp, St Didier-sur-Doulon, Le Vialard, Bousseyrolles, Vals-le-Chastel, Le Pin, Frugière-le-Pin, Chariol, Javaugues.

Randonnée en Haute-Loire aujourd’hui pour découvrir la vallée du Doulon. Nous partons de Javaugues pour découvrir le Chateau de Cumignat tout proche. Deux gentilles petites chèvres viennent à notre rencontre et nous montrent le chemin. Une belle bâtisse du 15°S en briques rouges, bien cachée par la végétation avec de grandes dépendances ce qui laisse penser à un domaine agricole très important.

Château du Cumignat


Direction Cornille puis Le Mazel à travers la forêt des Charreaux. L’orage d’hier soir a laissé des traces, les sentiers sont creusés, d’autres font office de ruisseaux encore ce matin. La pente est douce mais constante, les chaussures commencent à être bien mouillées, il faut faire attention car le ravinement a fait ressortir pierres et rochers et ceux-ci sont très humides et glissants. Le ruisseau du Mazel s’est octroyé un deuxième lit, nous l’enjamberons plusieurs fois avec plus ou moins d’eau et plus ou moins de chance pour quelques-uns d’entre nous.
D’Estivareil à Auchamp la pente s’accélère, certains passages rocheux, avec toujours un peu d’eau qui suinte d’ici de là, obligent à mettre les mains.
A partir d’Auchamp nous plongeons enfin sur la vallée du Doulon, le fil rouge du jour. Grosse descente escarpée avec une belle surprise au contact du ruisseau. Deux jours avant, la traversée devait être plus facile, mais aujourd’hui, l’orage l’ayant copieusement chargé, le niveau est plus élevé. Une ancienne passerelle composée de deux poteaux en ciment n’est plus à sa place, il faut aménager le passage. Certains plus costauds déplacent les pierres, d’autres plus téméraires passent pieds nus. La solidarité et la courtoisie font que cette traversée se fait sans encombre.

Traversée du Doulon


La remontée aussi pentue que la descente nous amène au château de Servières, château privé du 13°S où la propriétaire nous fait parfaitement sentir qu’il est privé, en venant fermer la porte qui était entre-baillée, avec un échange verbal limité.

Château de Servières


Notre itinéraire nous mène à Saint-Didier-sur-Doulon où au bord du ruisseau nous prenons notre pause méridienne.
L’après-midi nous longeons notre fil rouge sur plusieurs kilomètres, lorsque soudain le chemin est obstrué par un cheval échappé d’un pré qui hésite à repasser la clôture électrique. Des Atlasiens ingénieux ont débranché l’alimentation et le gentil cheval rejoint ses congénères.

Les Atlasiens au secours du cheval


A Vals-le-Chastel nous nous octroyons un peu de temps pour apprécier ses curiosités : Son château privé du 15°S avec deux tours rondes et une carrée un peu en ruines par endroit, son église romane St Paul remaniée au 15 °S dont la particularité est qu’elle ne possède pas de transept, sa chapelle romane Notre Dame des Anges, aux fresques de 1465 peu entretenues, dont quatre guérites supportent le toit.

Château de Vals le Chastel
Chapelle Notre Dame des Anges


Nous traversons une dernière fois le Doulon sur un pont cette fois et nous nous dirigeons plein Est vers Frugières-le-Pin. A partir de là nous quittons la forêt, la vue est dégagée sur le relief environnant, Sancy, Cézallier se distinguent malgré les nuages sombres qui ont l’air d’arriver.
Cet après-midi les chemins sont plus faciles et plus secs, l’allure est plus rapide, nous essuyons quelques gouttes mais à peine de quoi nous mouiller.
A Frugières-le-Pin le soleil réapparait et met en valeur l’église St Julien du 12°S au clocher central imposant.

Eglise St Julien du 12°S


Maintenant direction Nord pour rejoindre Javaugues, les averses annoncées n’auront pas eu lieu et tout le monde est satisfait d’avoir découvert ce secteur méconnu.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 11/09/2022 Cézallier nord Dauzat sur Vodable

Animateur : Jean-Michel GILBERT
Nombre de participants : 9, animateur compris (6 F, 3 H)
Météo : Soleil, température modérée
Terrain : Sec
Distance : 22,5 km
Dénivelé : 560 m
Durée : 7h10 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 2 X 120 km



ITINERAIRE : Dauzat sur Vodable, Moulet, Les Sagnes, Les Mouleyres, D 32a, Sommet du Leiranoux, Le Brugelet, Mazière, Côte Eglise, Chassagne, Malnon, Vaissière, Abbaye de Mégemont, Pampinaire, Cheix la Garde, Dauzat sur Vodable

 Au-dessus de Dauzat , vue sur le Puy d’Ysson et Vodable ; au loin le Livradois et le Forez

La journée va se dérouler sur la bordure nord du Cézallier, autour du Leiranoux (1.253 m) sorte de dôme couvert pour partie de forêts d’épicea et pour partie d’estives dédiées au pâturage des bovins. Nous profiterons des grands espaces offerts par cette zone naturelle bordant au nord et à l’est le Pays des Couzes et à l’ouest le Sancy. Départ de Dauzat sur Vodable, petit village bien tranquille. La jolie église romane Saint-Géraud avec son petit cimetière domine le Pays Coupé et le Val d’Allier. Chemins et petites routes nous mènent sur le plateau avec de belles échappées sur l’est et les Monts du Forez. Nous croisons deux chasseurs et leurs chiens qui sont à l’affût de quelques lièvres, c’est l’ouverture de la chasse, dans cette zone de champs délimités par des murets de pierre où l’on observe encore d’anciens abris de berger, mais qui s’enfriche progressivement.

 Les éoliennes au pied du Leiranoux

On aperçoit vers le sud les éoliennes de la Croix Marcousse et de Roche Rouge. Les éoliennes du Leiranoux se dressent devant nous brassant lentement l’air calme, ou à l’arrêt. A ce moment, nous profitons du spectacle émouvant d’un grand cerf qui traverse à distance les estives et nous gratifie d’un gracieux saut au-dessus des clôtures. Il sent probablement qu’il est en danger dans cet espace ouvert. Un peu plus loin, petite leçon de botanique en bordure d’une plantation expérimentale de mélèzes d’Europe. Nous obliquons vers le nord pour rejoindre le sommet du Leiranoux à travers l’estive. De là-haut un superbe panorama, sur le Sancy au centre, les Monts du Cézallier à gauche et la Chaîne des Puys à droite. Entre nous et le Sancy, la Vallée de Sault, très boisée, puis le Plateau de la Chavade où on aperçoit la silhouette de l’oeuvre de Sancy Horizons, en contrebas le village de Valbeleix que l’on ne voit pas, là où coule la Couze du même nom. Les yeux rempli

Au sommet du Leiranoux, vue sur le Sancy, les Vallées du Sault et de Valbeleix

s de ces images nous descendons à travers l’herbage vers le Brugelet, petit hameau de fermes, où nous sommes accueillis par deux chiens « vigilants » qui nous suivent jusqu’à la sortie pour s’assurer que nous partons bien. C’est l’heure du pique-nique que nous prenons à proximité, en bordure d’un pré. De bons chemins et de petites routes nous mènent au charmant village de Chassagne doté de maisons aux pignons caractéristiques (à redents ou à gradins, ou encore à pas de moineaux, utilisés notamment pour accéder plus facilement aux toits en chaume et pour les protéger du vent ou du feu) et d’une charmante petite église gothique.

Pignons à redents à Chassagne

Après Malnon et Vaissière, nous arrivons dans un vallon, pittoresque si ce n’étaient de vastes bâtiments agricoles, à l’ancienne Abbaye de Mégemont. C’est un ensemble qui comprend l’église cistercienne (propriété de la commune et gérée par une association), à l’architecture sobre comme il se doit, et les bâtiments conventuels (propriété privée agricole) fortement remaniés au 17ème siècle. Cette abbaye de femmes a été fondée en 1206 par Robert IV, Dauphin d’Auvergne. Vendue à la Révolution et dernièrement occupée par un élevage de moutons elle a été restaurée sous l’égide de l’association et abrite des manifestations culturelles (concerts, expositions) ; la visite intérieure est payante. Pour le retour à Dauzat nous profitons de bons chemins bordés de ronciers couverts de mûres bien appréciées par nos randonneurs. La randonnée se termine après une belle journée à la météo parfaite, ensoleillée et pas trop chaude avant le retour sur Clermont. Merci et à bientôt sur d’autres chemins.

Abbaye cistercienne de Mégemont

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 08/09/2022 Chaîne des puys Volvic

Animateur : Georges
Nombre de participants : 12 ( 5 F et 7 H )
Distance : 20 km
Dénivelé : 600 m
Météo : beau temps avec quelques nuages
Durée : 6 H 30
Classement Atlas : facile
Kilométrage voiures ; 32 km pour 2 voitures et 84 km pour 1 voiture soit 148 km

ITINERAIRE
Départ des eaux de Volvic, la vierge, château de Tournoël, gorges d’Enval, haut du centre de Clémentel, Douhady, Facemeunier, retour à Volvic.

Notre point de départ aujourd’hui, les eaux de Volvic ( en l’absence de voiture, je n’avais pas le choix). Nous partons en direction de la vierge, ( Notre Dame de la garde) elle fut érigée au pied du puy de Louchadière par les éléves de l’école d’architecture de Volvic. Cette école fut créée en 1820 par le Comte de Chabrol pour promouvoir la pierre de Volvic. Après la vierge,  nous partons en direction du château de Tournoël tout proche, ancien château fort édifié sur un promontoire rocheux depuis le 11e siècle. Il fut la propriété des Comtes d’Auvergne puis du Comte de Chabrol et c’est en 2000 que la famille Aguttes en fit l’acquisition aux descendants du Comte de chabrol.

 Depuis le château nous descendons dans la vallée, un joli petit pont de pierres nous permet de traverser le ruisseau à sec. Direction les gorges d’Enval, avant d’atteindre les berges de l’Ambène, un petit arrêt pour admirer le village d’Enval et la plaine de la Limagne, le niveau d’eau du ruisseau est au plus bas, les grosses chaleurs de l’été sont passées par là.

Nous sortons des gorges en direction du centre de Clémentel. Après quelques hésitations et une erreur de navigation, nous atteignons les villages de Douhady et de Facemeunier. Depuis le plateau, nous entamons la descente sur Volvic.

Merci à tous et à bientôt sur d’autres chemins.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 04/09/2022 Cantal nord Vebret

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 5 animateur compris (3F-2H)
Météo : ensoleillé et très chaud
Distance : 26,4 km   (GPS)
Dénivelée : 798 m (GPS)
Durée : 7h30
Classement Atlas : Facile
Kilométrage voitures : 176 – 1 voiture de Montferrand

Itinéraire : Vebret, La Monthélie, La Robertie, Chastel-Marlhac, la Grange, Jalaniac, Brocq, Crayssac, ouest de Menet, puy de Menoyre, le Pouget, Pratoupy, la Montsélie, Pradaguet, Pouzadou, la Valette, Vebret

Cette rando s’est déroulée autour de la vallée du Violon qui prend sa source vers Trizac et se jette dans la Sumène à Vebret. Dans son cours terminal il a creusé des petites gorges que nous garderons à vue jusqu’en fin de matinée. Atlas ne randonne pas souvent dans ce secteur du nord Cantal. Je me rappelle la rando que j’avais organisée autour de Trizac…. Vebret est un petit village typique du Cantal avec de très belles maisons aux imposantes toitures descendantes, en lauze ou en ardoise, à 4 pans avec souvent de belles mansardes qui renforcent leur élégance. Les linteaux des maisons, portent gravés ou sculptés, les initiales ou les noms de leurs propriétaires, Le village est également riche d’une belle église romane, Saint-Maurice et Saint-Louis avec un beau clocher peigne et à l’intérieur de la nef, un imposant Christ monumental en bois polychrome du début du 13ème siècle. D’emblée nous sommes sous le charme de ce petit coin du Cantal.

l’église de Vebret et le plateau de Chastel au fond à droite. 

Nous suivons une route vicinale qui nous chauffe un peu les mollets pour atteindre le plateau de Chastel-Marlhac, promontoire au-dessus du pays de Vebret et de la vallée du Violon. Le plateau est ceint de murailles de basalte de plus de 50 m de hauteur C’est un des plus beaux exemples de lac de lave fossile en ance. Le contour du cratère a été dégagé par l’érosion et ne reste plus que cette table basaltique occupée autrefois par un lac glaciaire asséché aujourd’hui. On voit ici ou là sur le plateau quelques blocs erratiques de basalte… Des fouilles au milieu du siècle dernier ont prouvé que le plateau avait connu une occupation gallo-romaine. Nous n’en voyons aucun vestige. Des points d’observation aménagés au sud-est on a une vue qui porte loin au nord et à l’est sur le Sancy et vers la planèze de Trizac. Nous avons sous les yeux le cheminement de la matinée, dans et au-dessus de la vallée du Violon.

la vallée du Violon vue de Chastel-Marlhac  

Le village de Chastel implanté au sud-est du plateau est fait de très belles maisons toutes très bien restaurées. Une fois encore, il faut s’arracher de ce petit coin charmant où je m’installerai bien. Nous perdons rapidement une centaine de mètres pour traverser le ruisseau de la Grange, affluent du Violon. Sur le pont, nous croisons des promeneurs qui viennent du hameau de Prunet Haut, au nord. Deux d’entre eux nous parlent de leur coup de cœur pour la région à l’occasion d’une villégiature estivale et de leur installation définitive il y a quelques années… Ce dont je rêvais plus tôt, ils l’ont fait 😊 Après un kilomètre dans la vallée, je choisis dans le hameau de la Grange de poursuivre la route au sud-est en reprenant un peu d’altitude plutôt que de rester en fond de vallon sous le couvert végétal qui masque le reste du paysage, typique du sud Artense. Prochaine étape, l’abbaye cistercienne de Brocq. De la bâtisse il ne reste rien aujourd’hui car après la Révolution qui lui arracha sa chapelle, un incendie à la fin du 19ème siècle finit de ruiner le très ancien édifice construit plus de 700 ans plus tôt. Le pavillon reconstruit au siècle dernier ne témoigne pas de la destination originale du lieu. Nous poursuivons la route toujours au sud-est vers Crayssac. Parvenu sur quelques points hauts, le regard porte loin sur des successions de douces collines et de pâturages encore verts qui font d’autant mieux ressortir les belles robes acajou des salers qui broutent nombreuses encore.

 Prés et collines

Nous mangerons justement dans un de ces prés, déserté lui. A Crayssac, nous amorçons notre remontée au nord vers Menet et son petit lac. Une des participantes à la rando du jour vécut jusqu’à ses 15 ans dans la ferme de ses parents à l’est de Menet, à Ensalers. L’occasion d’évoquer ses longues marches pour gagner l’école du village ou les séances hebdomadaires de catéchisme, en toutes saisons… On n’est pas étonné de sa forme actuelle en voyant les pentes à remonter du village vers la ferme familiale 😊 Nous ne faisons pas le détour par le bourg et nous contournons également par l’ouest le puy de Menoyre dont les eaux qui ruissellent sur ses pentes Est alimentent le lac blotti juste à ses pieds. La suite de la balade se partagera entre petites routes et traversées de prés imposées par la disparition d’une belle sente dessinée sur la carte et par la décision d’agriculteurs locaux de fermer par un portail anormalement élevé un beau chemin d’exploitation. En fin de balade, à la Montsélie, la chaleur nous oblige à trouver à tout prix, assoiffés que nous sommes, un point d’eau potable. La rando se finit tranquillement en pentes douces qui nous ramènent à Vebret.

Un beau chemin abandonné

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 01/09/2022 Sancy Est – Entre Montaigut le Blanc et Olloix

Animateur : Jean-Michel
Nombre de participants : 12, animateur compris (6 F, 6 H)
Météo : Soleil et nuages, température modérée, petite brise
Terrain : Sec
Distance : 24,5 km
Dénivelé : 650 m
Durée : 7h26 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 1 X 70 km + 2 X 38 km

ITINERAIRE : Montaigut le Blanc, La Pinière, Chazous, Grand Champ, Tour du Puy d’Olloix, D 74, Sommet du Puy d’Olloix, Tour du Puy d’Auzelle, Olloix, Le Coureix, Prat Blanc, Les Pâtureaux, Gourdon, Vallon de la Rodde, Montaigut le Blanc

Tour de Rognon

Puy et village d’Olloix

La journée se déroule entre Montaigut le Blanc et Olloix. Départ de Montaigut, très joli village étagé sur un coteau surplombant la Couze Chambon. En bordure de chemin on observe d’anciennes caves témoins du passé viticole. Nous montons progressivement par un chemin en balcon qui longe le Plateau de la Pinière où affleurent des orgues basaltiques. Côté sud, la vue s’étend au loin vers les Gorges de Courgoul et le Cézallier où on distingue clairement le Leiranoux. Plus proche, la Tour de Rognon émerge du Vallon de Quinsat. Le parcours nous mène au hameau de Chazous, petit bout du monde, paradis des ânes, nombreux dans les clos. De là, nous rejoignons le hameau de Grand Champ en alternant petites routes et chemins empierrés. Notre but de mi-parcours : le Puy d’Olloix, est bien visible. Les chemins sont bordés de ronciers où abondent des mûres délicieuses que nos randonneurs vont picorer avec bonheur. Une cabane en bois perchée nous interpelle, petit abri de fortune. Nous allons maintenant faire le tour presque complet du Puy d’Olloix par un beau chemin dégagé (partie du GR 30) qui nous offre de superbes vues sur le Massif du Sancy. Par une petite route nous rejoignons l’entrée ouest du village d’Olloix ; elle nous donne accès au chemin qui monte vers le puy. Après un escabeau nous suivons une sente qui monte assez raide vers le sommet dégagé du puy (1.002 m). La vue est splendide à 360°, Sancy, Cézallier, Val d’Allier, Forez, Chaîne des Puys et en bas le village. C’est l’heure de la pause pique-nique face à ce panorama.

Pique-nique au sommet du Puy d’Olloix
Gisant d’Odon de Montaigut, commandeur des Hospitaliers

Nous reprenons notre sente en descente pour attaquer le tour du Puy d’Auzelle puis traverser le village d’Olloix bien restauré. L’accueil touristique est bien prévu avec parking, aire de pique-nique, Maison de la Monne qui propose un restaurant, un bar et un gîte de groupe. En traversant le village nous pouvons voir des vestiges de la Commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, l’église qui renferme un gisant d’Odon de Montaigut, ancien commandeur, et la chapelle Saint-Joseph. Nous retrouvons le GR 30, direction est, avec la Vallée de la Monne sur la gauche, entaillée dans le plateau granitique. Nous allons contourner le Puy de Gourdon par le nord et l’est, puis rejoindre le village de Gourdon et amorçer la descente vers Montaigut par un sentier ombragé qui longe le Vallon de la Rodde ; petite pause sur un joli pont qui traverse un de ses affluents. Arrivée à Montaigut à hauteur du château médiéval, privé, aménagé en chambres d’hôtes. Déambulation dans les petites rues pittoresques du village jusqu’à l’église du 13ème siècle établie sur un promontoire. Une sente cachée qui longe des restes d’anciennes caves nous ramène vers le cimetière, puis la D 996 et notre parking ombragé face à la piscine. Un rafraîchissement pris en commun vient clore cette agréable journée. Merci à Daniel qui nous a encore fait profiter de ses délicieuses mirabelles.

Croix au pied du Puy de Gourdon

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam 27/08/22 Marche Sportive autour du Puy de Dôme.


Animateur : Michel J.
Terrain : souple
Météo : température agréable, nuages bas. Timides éclaircies en fin de séance
Temps de préparation et de rédaction : 2h00
Mise à disposition : 1 paire de bâtons de 1,15 m.
Kilométrage : 3 voitures, 1 voiture en co-voiturage au départ de Clermont et 2 voitures sur place avec une moyenne de 35 km (aller et retour) soit 175 km
Nombre de participants : 5 animateur compris (0F, 5H)
Distance : 19 km 390 ; moyenne 6,6 km/h (montre gps), dénivelée 350 m (montre altimétrique), 450 m (montre gps).
Durée : 2h55 (de marche) et 3h05 (déplacement et pauses compris).

Itinéraire : départ parking n°1 « Puy de la Chopine » du panoramique des Dômes, golf des Volcans, plateau de Fraisse, Chabanne Vieille, Est des puys Balmet, Fillu, bac de Montmeyre, col de Ceyssat, chemin des Gouris, chemin de la Roche Pertuisade, Sud Est du puy de Couleyras, stationnement…

Observations : échauffement habituel. Deux pauses d’un total de 10 minutes pour boire et grignoter quelques fruits secs et autres encas tirés du sac à dos. Petit groupe pour une reprise tout en douceur sur une distance volontaire courte avec l’annonce que dorénavant l’activité se ferait en régulant volontairement la vitesse à 6,6 km/h afin d’être en capacité d’accueillir de nouveaux adeptes.

Remarque : une absente de dernière minute.


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 25/08/22 Cantal-Molompize

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 9 animatrice comprise (6F, 3H)
Météo : temps chaud et ensoleillé
Distance : 20 km (openrunner)
Dénivelé : 820 m (openrunner)
Durée : 6 h 50
Classement Atlas : moyenne
Kilométrage auto : 160 km pour 1 voiture de Clermont Fd et 130 km pour 1 voiture du Crest soit au total 290 km.
Préparation et rédaction : 2 h30
ITINERAIRE : Molompize, la Sagne, Charmensac, le Cuze, Chapelle de Vauclair, nord de Chalagnac, bois de Glaude, Bégoul, Molompize

Depuis Molompize petit village situé entre Massiac et Murat, en bordure de la rivière Alagnon, nous empruntons un chemin qui suit le ruisseau de Mazelaire. La passerelle qui à d’autres saisons doit être nécessaire pour le traverser, se révèle totalement inutile, celui-ci étant complètement à sec sur sa partie basse.

Ruisseau de Mazelaire

Bien ombragée, la montée régulière jusqu’au bois du Lac puis jusqu’au hameau de la Sagne, se fait assez facilement même si la chaleur est déjà bien ressentie.

En direction de la Sagne

La Sagne se révèle être un hameau très coquet où nous découvrons plusieurs œuvres d’art en bois ou en fer. Le patrimoine rural ancien est également bien présent avec un bel abreuvoir et un four à pain restauré.

Une œuvre d’Art à la Sagne

Le parcours sur le plateau se poursuit tantôt à l’ombre, tantôt au soleil mais avec un petit vent du sud ouest qui se charge de nous rafraîchir et jusqu’à Charmensac nous bénéficions de superbes vues sur la vallée de l’Alagnon et le plateau en face où nous devons passer cet après midi.

Vue sur la vallée de l’Alagnon

Dominant la vallée, un petit cimetière laisse supposer que le village de Charmensac est proche. Mais ce n’est qu’en arrivant au bout du plateau qu’on le découvre légèrement en contrebas.

Charmensac

Après avoir visité et admiré l’église bien restaurée, nous reprenons notre parcours et amorçons la descente vers la vallée. D’abord une partie rocheuse et ensoleillée puis nous pénétrons dans la belle hêtraie du bois de la Fage. La pente s’accentue jusqu’au ruisseau de la Fage où là encore la belle passerelle qui en permet le franchissement paraît démesurée au regard du débit actuel. Puis il faut ensuite remonter par une pente soutenue pour arriver au hameau de le Cuze, Après le puits carré, encore quelques mètres avant de découvrir sur notre gauche, dans une coulée basaltique, la grotte du Cuze qui a donné son nom au hameau. L’érosion aurait permis la mise à jour de cette cavité résultant des gaz emprisonnés lors de la formation de la coulée.

Grotte de Cuze

A partir de là, la descente finale sur la vallée de l’Alagnon commence. Le chemin serpente dans la hêtraie et avant d’arriver à la N 122 on profite de l’ombre offerte et encore du silence pour le pique nique. Après la traversée de la nationale et de l’Alagnon, nous voici à la chapelle de Vauclair qui date du XIIIème siècle. Mais elle est fermée et on ne peut pas en découvrir l’intérieur (retable à colonnes torses et vignes dorées classé à l’inventaire des Monuments Historique, sol ancien en pierre date du XVème siècle), seulement apercevoir à travers les grilles de la porte d’entrée les décors colorés de flore et de faune qui ornent les murs. Un dernier regard à la façade ornée d’une rosace et nous traversons la voie ferrée pour entamer la remontée sur le plateau vers le village de Chalagnac. Je choisis d’utiliser un chemin qui fait de nombreux zig zag, abandonnant l’idée première d’emprunter une sente plus directe mais moins facile. Plusieurs pauses permettent de venir à bout sans trop de difficultés des 330 m de dénivelé positif et l’on se retrouve à peu près au même niveau que le matin mais de l’autre côté de la vallée, avec vue sur le village de Charmensac. Un bout de plateau, descente le long du ruisseau de Bégoul, à nouveau traversée de l’Alagnon d’où nous apercevons les pailhas au dessus de Molompize (cultures en terrasses de plantes aromatiques, d’arbres fruitiers et surtout de vignes) et c’est l’arrivée aux voitures. Une longue pause pour partager les mirabelles ramassées et amenées par Daniel, puis un arrêt à Massiac pour un rafraîchissement et la dégustation des célèbres macarons offerts par Bénédicte terminent cette journée. Merci à tous et à bientôt pour une nouvelle journée de randonnée.

Photos de Bénédicte, Régine et Mady

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

.

DIM 21/08/2022 Monts du Forez – Le Brugeron

Animateur : Yves
Nombre de participants : 9 animateur compris ( 6 F, 3 H)
Météo : Très agréable, ensoleillée et pas trop chaud
Distance : 24 Km 
Dénivelé : 980 Mètres
Durée :7 H 45 mn pauses comprises
Classement Atlas : Moyenne
Kilométrage auto : 140 Km pour 2 véhicules 
Temps de préparation : 2 h 30 

ITINERAIRE :Le Brugeron, Le Châlard, Coix du Piroux, Bois de la Grole, Puy Gros, Pas de la CROIX, Col du Béal, Col de la Chamboite, Le Replat, Solérie, Le Revers, Le Crouhet, Champ-Colomb, Les Echelettes, La Barthe, Le Brugeron.

Température agréable au départ du Brugeron ce matin, que nous conserverons toute la journée. Petit tour du village avant de trouver la direction du Riousset, suivi de plusieurs hésitations pour rejoindre Le Châlard. Lorsque l’on fait son tracé avec des chemins symbolisés en pointillés sur la carte, les bois nous réservent régulièrement des surprises, ce sera encore le cas aujourd’hui. Nous finirons par rejoindre une piste forestière à la Croix du Piroux qui nous permettra de traverser le Bois de la Grole sans encombre.
Depuis le départ les mouches, très nombreuses nous agacent fortement. Il faudra attendre l’ascension du Puy Gros à découvert pour en être débarrassé. A son sommet la vue sur Dômes, Sancy, Cézallier, malgré une légère brume à l’horizon nous émerveille.
Nous suivons le GR3 en parallèle pour nous diriger vers la Roche Courbe et sa table d’orientation en S dirigée Est Ouest, une originalité !
Descente sur le Col du Béal où les touristes sont nombreux en ce dimanche d’août.
Le GR3 à été modifié, il passe maintenant sur la gauche de l’altiport, au sol étonnamment vert, pour aller en direction de Pierre sur Haute.

Altiport du Col du Béal

Les myrtilliers ont été arrachés et la sente qui en résulte est triste, longue et monotone jusqu’à Peyre Mayou. Les rochers et cette magnifique vue en direction de l’Ouest nous tendent les bras et nous attirent pour le pique-nique.

Pique Nique à Peyre Mayou
Pierre Sur Haute depuis Puy Mayou
Le Col du Béal depuis Peyre Mayou


Nous poursuivons jusqu’au Col de la Chamboite avant de bifurquer à droite pour le hameau du même nom. A partir de là nous retrouvons la forêt et ses bois, bois de la Sablière, bois du Merle que nous n’entendrons pas, bois Vert. Sur le bord du chemin, des fourmilières gigantesques nous interpellent, pourquoi ici ?, pourquoi aussi importantes ? beaucoup de questions mais pas de réponse.
Les sentiers étant mieux marqués le retour se fait sans encombre.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 18/08/2022 Lembronnais Le Broc

Animateur : Jean-Michel
Nombre de participants : 8, animateur compris (5 F, 3 H)
Météo : Nuageux, petites éclaircies en milieu de journée, quelques gouttes en début d’après-midi, température modérée, petite brise
Terrain : Humide, gras et boueux par endroits
Distance : 23,5 km
Dénivelé : 460 m
Durée : 6h43 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 1 X 60 km + 1 X 100 km

ITINERAIRE : Le Broc, les Sagnes, Gignat, Chapelle Ste-Madeleine, Villeneuve, Mareugheol, Antoingt, Solignat, la Garde, Bergonne, les Sagnes, Le Broc

Vue matinale du Broc dans la brume

La randonnée se déroule aujourd’hui dans une partie du Dauphiné d’Auvergne, issu au 12ème siècle de la partition du Comté d’Auvergne et baptisée du prénom « Dauphin » du Comte Robert 1er. C’est un territoire particulièrement chargé d’histoire. Nous allons emprunter en partie le GR de Pays « autour d’Issoire ». Départ du haut du village du Broc où trône une forteresse du 13ème siècle en partie en ruine. Ce matin la vue du belvédère sur le Val d’Allier est bouchée par la brume liée aux orages de la veille. Un agréable chemin à travers bois nous mène à Gignat où l’on peut admirer des maisons vigneronnes à la toiture en chapeau de gendarme. A la sortie du village, nous croisons le Lembronnet, petite rivière paisible. En longeant le coteau nous rejoignons la Chapelle Ste-Madeleine du 13ème siècle installée au pied de la butte de Chalus et isolée au milieu des cultures. Une petite montée nous amène au beau village de Villeneuve où nous pouvons admirer le Château de Villeneuve-Lembron, château de transition entre Moyen-Age et Renaissance, construit par Rigaud d’Aureilhe, maître d’hôtel de Louis XI, Charles VIII et François Ier. L’intérieur du château est orné de fresques et de tapisseries. Le château appartient à l’État depuis 1937. A proximité se trouve l’Hôtel d’Aureilhe, construction plus ancienne du 12ème au 15ème siècle. Enfin, en face du château se trouve l’église bâtie à la même époque qui possède un clocher à dôme à l’impériale.

Château de Villeneuve-Lembron

A la sortie de Villeneuve, nous pouvons profiter d’un panorama sur la cuvette du Lembronnet émaillée de cultures diverses : céréales, tournesols, maïs et même un soupçon de sarrazin ; au fond se détache le Puy d’Ysson et le village de Vodable au pied de son pic volcanique.

Entre Villeneuve et Mareugheol, vue sur le Puy d’Ysson et Vodable

Arrivée à midi à Mareugheol, village doté d’un important fort villageois construit durant la période troublée de la Guerre de Cent Ans pour protéger les paysans et les villageois des bandes de pillards. La construction mêle ouvrages défensifs sur le pourtour notamment et habitations, ainsi qu’une église. Un dame très sympathique qui a restauré une des maisons nous explique l’histoire du lieu et nous conduit pour une petite visite des ruelles et d’une magnifique cave en pierres sèches qu’elle a remis en état. Une des loges comme on nomme ici les habitations a même bénéficié du financement du Loto du Patrimoine initié par Stéphane Bern.

Une ruelle du fort villageois de Mareugheol

Après la visite nous nous installons sur la place du lavoir pour le pique-nique agrémenté de friandises offertes par Dominique et Daniel. En début d’après-midi nous rejoignons le village d’Antoingt puis attaquons la montée vers Solignat, rattrapés par un nuage noir qui nous arrose un peu et repart vers l’est. Du chemin on peut admirer la forteresse de Montpentier (Le Pentier sur la carte). Pour rejoindre Bergonne nous empruntons plusieurs chemins agricoles et découvrons deux parcelles de lavande, inhabituelles dans cette zone. A partir de Bergonne nous rejoignons le Plateau de La Chaux par de beaux sentiers bordés de murets et de chênes rabougris. Arrivée au Broc au parking situé en face du restaurant gastronomique « Origines ». La vue du belvédère est maintenant dégagée sur le Val d’Allier et la butte de Nonette. Avant de rentrer sur Clermont où nous attend un gros orage, nous dégustons les délicieuses mirabelles apportées très gentiment par Daniel. Merci et à bientôt.

Forteresse de Montpentier

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 11/08/2022 Sancy Sud – Egliseneuve-d’Entraigues

Animateur : Yves
Nombre de participants : 12 animateur compris (9 F, 3 H)
Météo : Beau et chaud
Distance : 19 Km 
Dénivelé : 600 Mètres
Durée : 6 H 30 mn pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 106 Km pour 2 véhicules et 144 pour 2 autres 
Temps de préparation : 2 h 30 

ITINERAIRE : Le lac d’Egliseneuve-d’Entraigues, Les Angles, La Clide, Redondel, Les Ribeires, La Prunayre, Bois de Play, Espinchal, Croix du Marquis, Le Joignal, Graffaudeix, retour au lac. 

Aucune voiture sur le parking du lac d’Egliseneuve-d’Entraigues ce matin. Petit slalom entre les arbres pour garantir aux nôtres de l’ombre toute la journée. C’est parti, deux cascades voisines attendent notre visite.
Celle d’Entraigues fine et longiligne projette l’eau du ruisseau de Clamouse 18 m en contrebas, et celle du Bois de Chaux plus trapue et plus belle à nos yeux étale sur une coulée de basalte le ruisseau d’Entraigues. Au pied de cette dernière, une œuvre Horizon Sancy « Renversante Immersion », qui invite le visiteur à une expérience immersive et sensorielle unique avec son miroir d’eau surélevé. Œuvre appréciée de tous où la photo souvenir est obligatoire.

Cascade d’Entraigues
Cascade du Bois de Chaux


Nous suivons en partie le GR30 en direction d’Espinchal. A Redondel nous rencontrons une rando cavalière qui emprunte le même GR, nous l’abandonnons pour poursuivre par un petit sentier, le passage du gué sera sans difficulté vu le filet d’eau présent. Nous contournons Espinchal par le Bois de Play où une deuxième œuvre se cache entre les arbres. « A l’ombre bleue des Eukaryotas » bannières bleues de 2 à 3 m de haut sur 1 m de large suspendues entre les arbres qui révèle la silhouette de fleurs, feuilles, et brindilles glanées dans le Massif du Sancy. Celle-ci nous laissera un peu dubitatif. Retour sur Espinchal en longeant le ruisseau de la Gazoune.

A l’ombre bleue des Eukaryotas


Pause pique-nique à la Croix du Marquis ou une rencontre insolite nous interpelle. Un couple avec trois enfants, dont un en bas âge porté par le père, sont accompagnés de deux chevaux pour le portage. Partis il y a trois mois, il leur reste encore trois mois pour accomplir leur périple, le tout en autonomie. Ils marchent trois jours 15 à 20 km par jour, s’arrêtent une ou deux journées pour reposer les enfants et se consacrer à leurs éducation.
Une ancienne instit du groupe a du mal à admettre que les deux plus grands ne feront pas la rentrée en septembre.
Jusque là, la chaleur était acceptable et le parcours quelque peu ombragé, mais le redémarrage après la pause se fait à découvert, et la température annoncée sur les sites météos est déjà dépassée, nous sommes pourtant à plus de 1100 m et il fait 31 degrés.

Massif du Sancy


Le parcours restant étant en grande partie sous le soleil, les réserves d’eau s’amenuisant, nous décidons de modifier le retour. Un peu avant Espinat, par une portion de hors-piste qui nous fait enjamber allègrement le ruisseau d’Entraigues, nous rejoignons Graffaudeix. Ouf ! un arbre, de l’ombre, petite pause : il faut boire…, scénario répété plusieurs fois avant l’arrivée.
Arrivée sur le parking archi bondé cet après-midi, une petite cabane au bord du lac, approvisionnée en boissons fraiches, nous tend les bras, rafraîchissement apprécié de tous.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-