Depuis plus de 20 ans, l’association est à l’initiative d’actions environnementales qu’elle propose à ses adhérents et sympathisants.

Ce qui a provoqué cet engagement, c’est le constat de la présence dans la nature d’une multitude de déchets de tout ordre (munitions inertes, bouteilles, carcasses de voitures, frigo, bouteille de gaz, pneus etc….)

Dans un premier temps, nous avons nettoyé de Volvic au lac de la Cassière, les abords des sentiers et des sous-bois durant plusieurs saisons à raison d’une ou plusieurs opérations par an. Le résultat s’est traduit par des mètre-cubes de déchets  entassés en bordure de route et évacués sur les déchèteries.

 

Au cours de ces années de nettoyage, nous avons constaté également la présence d’objets plus volumineux, nécessitant l’utilisation d’outils appropriés afin de pouvoir les évacuer. Ainsi en 2009, dans le cadre du classement Grand Site de France du Puy de Dôme, nous avons assuré le découpage de carcasses automobiles qui se trouvaient en sous bois à proximité du péage et du parking du Puy de Dôme et qui présentaient un danger potentiel pour des enfants s’aventurant dans les bois.

Découpés à l’aide de tronçonneuses thermiques louées, ces déchets ont été acheminés manuellement dans des bennes et recyclés par les établissements Echalier.

Soucieux de l’état de nos paysages, nous avons décidé en 2010 et 2011, de rendre le sommet du Puy de Mercœur à son état naturel. La destruction d’un bâtiment en parpaing et béton armé, surmonté de six antennes et d’un pylône de treize mètres le tout entouré d’une clôture métallique était le nouveau chantier. Marteaux piqueurs, tronçonneuses thermiques, groupe électrogène et pour finir un chargeur volvo quatre roues motrices et une cinquantaine de bénévoles ont été nécessaires pour mener à bien ce démantèlement. Des tonnes de ferraille et 23 mètre-cubes de gravats ont été acheminés pour être recyclés.

Depuis 2018, après avoir constaté en bord d’Allier le développement incontrôlé de la renoué du Japon, nous prêtons notre concours à la commune de Joze pour essayer de ralentir sa progression. Dans le même temps, nous avons réouvert le paysage en abattant quelques arbres. Ces opérations ont été menées avec succès pour le plus grand bonheur des Jozelaires.

Entre temps, en 2010, parallèlement, nous nous sommes lancés dans un projet de plantation de noyers avec une action pédagogique avec le centre aéré de Gerzat, en Limagne à proximité du marais de Lambre (action qui se poursuit avec l’entretien et le remplacement des arbres .

En 2012, le nettoyage du Puy de Tressous ou Puy des Trois Sols sur la commune de Pulvérières nous a mobilisé et permis de rendre propre cette partie de la Chaîne des Puys . Nous avons acheminé pour être recyclés ou confinés différents matériaux, cet endroit ayant servi de décharge sauvage à un garagiste et quelques locaux. Une benne, un treuil électrique et beaucoup de bonne volonté ont été nécessaires pour réaliser cette opération.


Dans les années suivantes plusieurs autres chantiers ont été menés, remise en place du bocage par la plantation d’arbres du côté de Montaigut le Blanc afin d’améliorer l’environnement de groupes de chauves-souris, suivi des plantations de haies en Limagne, réouverture de chemins à la limite du Puy-de-Dôme et du Cantal envahis par la végétation et devenus impraticables pour la randonnée 

Pour réaliser ces différents chantiers,  nous avons pu compter depuis de nombreuses années, sur les entreprises GDF SUEZ, la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin, Kiloutou Clermont Ferrand, les Etablissements Echaliers et les organismes et associations suivantes, la mission haie d’Auvergne, le conservatoire des Espaces Naturels d’Auvergne, Chauve-souris Auvergne, le Conseil Général du Puy de Dôme et le Parc Régional Naturel des Volcans d’Auvergne.