Jeu 01/04/2021 Courgoul. Sancy Est.

Date : 01 avril 2021
Animateurs : Mady, Yves (Lucette et Liliane en appui sur groupes 2 et 4)
Nombre de participants : 20 animateurs compris (11 F, 9 H)
Météo : temps estival, grand soleil, très chaud
Distance : 22 km
Dénivelé : 990 m
Durée : 7h45 pauses comprises
Carte : Ign 2533 O
Classement Atlas : moyenne
Kilométrage auto : 90 x 3, 64x 2 soit 398 km
Préparation et rédaction : 2 h30

Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 4 groupes ont été formés avec chacun un animateur. 2 groupes ont fait la randonnée en sens inverse.

ITINERAIRE : Courgoul, Gorges de Courgoul, traversée D 26 PC 681, plateau de la Chavade, Roche Nité, Valbeleix, Prat, le Vernet, Marcenat, PC 960, Pailhats de Courgoul, Courgoul.
Un peu de fraîcheur, ce matin dans les gorges de Courgoul où coule la Couze de Valbeleix qui naît près du col de la Chaumoune et qui va se jeter dans la Couze Pavin à Saurier. Le sentier surplombe de près ou de plus loin, la Couze et la D26. Au niveau du pont gallo romain qui permettait en des temps anciens d’enjamber la Couze, nous traversons la départementale pour prendre la direction sud pour nous diriger vers le plateau de la Chavade.

Nous oublions rapidement la fraîcheur car pour conserver les bonnes habitudes de l’association, l’animatrice a décidé lors de la préparation du parcours de quitter le chemin balisé pour effectuer une partie de la montée en hors piste. Le bois de hêtres et de chênes se prête bien à ce jeu ! Les efforts effectués sont récompensés par la découverte dans une pâture près de la ligne à haute tension (beau point de repère), les premières anémones pulsatiles, et un peu plus loin à nouveau à couvert, du Bois Joli au début de sa floraison. Puis un cheminement tranquille nous permet de traverser le plateau de la Chavade et même de trouver sur un bord de chemin une morille que ne demandait qu à être cueillie.

Anémones pulsatiles

L’espace est immense et nous offre une vue magnifique d’abord sur le massif du Sancy sur lequel subsiste des langues de neige, puis sur les Dômes. Nous le longeons par le bord ouest ce qui nous permet d’avoir aussi une vue plongeante sur la vallée de la Couze. Dernier effort avant le pique nique, pour grimper au sommet de la Roche Nité.
A 1150 m, cette dent de lave domine la vallée glaciaire de Valbeleix.

La Roche Nité

Quelle magnifique salle à manger avec un panorama exceptionnel et là encore un tapis d’anémones pulsatiles ! On ne peut malheureusement pas trop s’attarder car il reste encore plus de la moitié du parcours à effectuer. Dans la descente sur le Valbeleix, rencontre avec les autres Atlassiens qui finissent leur déjeuner. Après Valbeleix qui se serait appelé auparavant Bosbeleix signifiant belle vallée en patois, nous remontons progressivement d’abord sur le Vernet, puis Marcenat en faisant plusieurs pauses pour se désaltérer car il fait chaud. Arrêt un peu plus long à la Chapelle de Marcenat, dernière petite grimpette, nouveau plateau puis descente sur Gourgoul par un chemin en forte pente. Finalement c’est aussi fatigant que de monter !

Nous terminons par les Pailhats de Courgoul, cultures en terrasse et murets de pierre sèche qui les soutiennent réhabilités par une association du village. Pendant un court instant nous distrayons par notre passage un bénévole qui travaille au désherbage d’une parcelle de vigne. Un petit escalier de pierre nous ramène sur le chemin et ce sont les derniers mètres avant les voitures ….

A proximité de Courgoul

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 25/03/2021 Val d’Allier. Autour d’Orbeil

Date : Jeu 25/03/2021
Animateur : Yves, Georges (Gérard et Claude en appui)
Nombre de participants : 23 animateur compris (11F, 12H)
Météo : Ensoleillée toute la journée
Distance :  22 km   
Dénivelé :  800 m
Durée : 7h00 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 50 X 3 et 84 X 2 soit 318 km
Préparation et rédaction : 2h30

Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 4 groupes ont été formés avec chacun un animateur. 2 groupes ont fait la randonnée en sens opposé.

ITINERAIRE : Pont de Parentignat, Gévillat, PC 467, Les Rossièeres, PC 424, Les Domeries, Ybois, Les Escures, Escoussoux, PC 600, PC 568, PC 552, Les Fumades, Bois de Crinzon, Moidas, Perthus, Orbeil, Terreix, Pc469, Pont de Parentignat.

Avant la séparation des 2 groupes, tout en respectant la distanciation avec masque, information devant le pont suspendu de Parentignat. Pont construit en 1830 en remplacement d’un bac dont la particularité est la présence de barres d’acier articulées au lieu d’un câble pour soutenir le tablier. Ce dernier a été en service jusqu’en1976 et fut classé aux monuments historiques en 1975.
Destination la tour de Boulade ou tour de Gévillat qui surveillait la présence sur l’Allier et l’accès au château de Parentignat. La sente qui y monte est abrupte et très ravinée mais que cela ne tienne, rien n’effraie les Atlasiens même à froid. Grosse sueur à proximité de cette tour dont il reste seulement 1/3 de mur, dissimulé dans une végétation dense et difficilement franchissable. Nous nous éloignons un petit peu, avec le recul la vue est bonifiée, surlignée par le Sancy à l’horizon drapé dans son voile blanc.

Déambulation entre champs labourés et cultures pointant le bout de leur nez pour rejoindre Ybois. Sur notre droite nous apercevons, au-delà de Brenat, le château de Treydieu. Belle demeure connue pour posséder une «Pascaline» machine à calculer inventée par Blaise Pascal dont seulement 8 originaux existent encore aujourd’hui.
Ybois piton volcanique, couronné par un puissant château fort que fit raser Richelieu. Ce village est connu par une portion de l’histoire de la Reine Margot, qui après avoir traversé l’Allier à gué par manque de bac, voulut s’y réfugier. Malheureusement elle fut capturée et emprisonnée à Usson.
Nous contournons la colline de Teillit, avec la vue cette fois sur le Forez bien blanc également, et sur St Babel exhibant sa tour. Le chemin était bordé à droite par une belle étendue jaune de colza en fleur et à gauche par les premières primevères officinales qui nous font « coucou » au passage.
Nous voilà Aux Fumades, où un gentil propriétaire nous offre sa pelouse comme salle à manger, repas partagé avec de beaux lézards verts, signe des chaleurs printanières. Rencontre avec l’autre groupe qui déjeunera quelques mètres plus loin. Après avoir pris des forces, nous longeons le ruisseau de Crinzon avant de s’engouffrer dans le bois du même nom. Ce dernier nous mènera après une grimpette hors-piste au domaine de Moidas. Nous revenons de nouveau face à l’ouest, la vue est étonnante, la brume du matin ayant disparu, nous dévoile les Monts du Cantal immaculés eux aussi. Moidas ancien village vigneron est devenu le domaine d’aventure « Crapa’Hutte » où les sportifs peuvent découvrir de nombreuses activités.

Redescente sur l’Allier axe naturel privilégiant la circulation des bateaux à fond plat « sapinières » qui transportaient entre l’Auvergne et l’Ile de France des denrées alimentaires, du blé, du vin, du chanvre, du charbon, etc… jusqu’à la moitié du 19° avant l’arrivée du chemin de fer. Ces informations nous seront confirmées au village du Perthus, principal port de la ville d’Issoire.
Direction Orbeil, petit hameau bénéficiant d’un micro climat, confirmé cette après- midi par la douceur ambiante, possédait aussi son pont suspendu démoli en 1970. Remontée hors-piste jusqu’au plateau de Terreix avant de dévaler la pente escarpée, grimpée par l’autre groupe le matin, qui nous mènera au bord de l’Allier à proximité du pont de Parentignat, point de départ. Ouf aucune chute ! Les Atlasiens sont bien entrainés.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-



Dim 21/03/2021 Combrailles- Haute vallée de la Sioule (les Ancizes)

Date : Dim 21/03/2021
Animateur : Yves (Liliane en appui)
Nombre de participants : 12 animateur compris (10F, 2H)
Météo : légèrement couvert avec de belles éclaircies, température fraiche
Distance : 22 km   
Dénivelé :  625 m
Durée : 6h30 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : (80 X 2 soit 160 km) et 2 voitures sur place
Préparation et rédaction :  2h30
Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes ont été formés avec chacun un animateur.

ITINERAIRE : les Ancizes, Chartreuse de Port Ste Marie, GR4, Montfermy, Trimoulet, PC693, PC616, PC661, Rioux, Les Bruyères, PC704, Farges, Les Ancizes.
Petite fraicheur ce matin au départ des Ancizes, village bien connu pour ces aciéries, créées au début du 20°siècle, orientées particulièrement sur l’aéronautique.
D’entrée, nous plongeons sur la Sioule notre fil rouge pour une bonne moitié du parcours. Cette rivière qui prend sa source à proximité du Lac de Servières rencontre 164 km plus loin l’Allier à la Ferté Hauterive proche de Saint Pourçain sur Sioule. La neige tombée vendredi a déjà fondu et les chemins sont très praticables, mis à part quelques passages détrempés par l’eau qui ruisselle généreusement dans les pentes.

Pendant près de 10 km nous serons bercés par des clapotis tumultueux par endroit, entrecoupés d’un écoulement calme, paisible et reposant. La progression est agréable, peu de sensation d’humidité, pas de vent et une température plus élevée que prévue. Nous passerons par la Chartreuse de Port Ste Marie, seule chartreuse médiévale en Auvergne déjà connue des participants du jour.
Pause déjeuner à la cascade de Montfermy, jonction d’un joli méandre au pied du village éponyme. Visite rapide de l’église St Léger, dont le chauffage intérieur nous interpelle à chaque passage, avant de retrouver la Sioule d’abord à proximité puis légèrement en surplomb, jusqu’à Trimoulet après une généreuse remontée.

Enchainement de descentes et montées pour passer les ruisseaux de Mazière et de la Ganne Morrand. Ce dernier plus large que prévu sera traversé sur un pont
confectionné de branchages.
Retour par le sympathique village de Farges où nous apercevrons le seul troupeau de bovins de la journée.


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Randonnée linéaire le long du Petit Sioulet et du Sioulet

Séjour n° 10. Randonnée linéaire le long du Petit Sioulet et du Sioulet.
Du vendredi 19 au dimanche 21 mars 2021 prévu à l’origine du 04 au 06 juin 2021.
Animateur : Michel J.
Nombre de participants : 8 dont 1 femme et 7 hommes.
Météo: neige au sol le vendredi, temps couvert puis éclaircies ponctuelles, quelques flocons dans l’après-midi. Samedi. Après une nuit froide, le reste de la journée a été ensoleillée avec une bise de Nord-Est. Dimanche, après une nuit fraîche, la journée a été claire et à l’abri du vent et douce.
Classement : moyen compte tenu des distances parcourues et des parties hors pistes.
Transport : dépose des participants avec deux véhicules, une Peugeot modèle 206 et une Renault, modèle Kangoo. Assistance, le vendredi en fin de matinée suite à la blessure de Régis avec la Peugeot 206. Récupération des adhérents, dimanche vers 16h30 à la plage de la Chazotte avec un Peugeot 3008 et une Citroën C8. Merci aux conducteurs, Germaine, Mady et Yves pour leurs disponibilités.
Kilométrage routier : 546
Temps de préparation du matériel et rédaction des divers documents : 10 heures.
Cartographie utilisée : cartes Ign, Top 25 et série bleue au 1/25000 n°2430 Est, n°2431 Ouest, n°2432 Ouest.
Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires ; afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Une des sources du Petit Sioulet

Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires : afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Faune rencontrée : une dizaine de chevreuils à différents moments et deux renards en chasse. De nombreux rapaces et notamment des milans royaux.

Mot de l’animateur.
Inédit, le challenge consistait à suivre au plus près les rivières, le Petit Sioulet, de la source choisie, puis le Sioulet jusqu’à sa disparition dans la retenue des Fades Besserves. Une grande partie de hors piste a été nécessaire pour réaliser le parcours, de longues traversées de forêts, des détours dus à la végétation dense, des pentes rocheuses contournées, des traversées de ruisseaux et d’une rivière. Le niveau d’eau du Sioulet nous a obligé à revoir parfois le tracé sur le terrain, les bords de la rivière n’étant pas accessibles. Une belle aventure dans un cadre sauvage avec deux bivouacs en pleine nature.


Quelques chiffres : données fournies par une montre Sunto (dénivelés et durée du déplacement) et une montre gps (distances parcourues et durées journalières des randonnées).
Dénivelées positives : 1415m. Dénivelées négatives : 1845m, kilométrage total : 58
Heures de déplacement sur les 3 jours 21h46. Heures de randonnées : 19h40
DD : durée du déplacement ; DR durée de la randonnée ; DP dénivelée positive ; DN dénivelée négative ; KM : kilométrage
Jour 1.Vendredi 19 mars(DD 7h18 DR 6h00 DP 295m DN 560m KM 16).
Le départ prévu à 08h00 a été différé compte tenu de l’enneigement des chaussées suite aux chutes de la nuit de jeudi à vendredi. Nous sommes partis sur des routes assez bien dégagées à 10h00. Arrivés à l’entrée de Tortebesse, la petite route puis le chemin carrossable qui nous conduisaient au départ de la randonnée étaient impraticables en voitures. A pied et après 2,5km, nous avons gagné le point de départ choisi dans la forêt domaniale de l’Eclache. La source ou plutôt les sources qui donnent naissance au Petit Sioulet sont principalement au nombre de deux, le ruisseau qui vient de l’étang situé à proximité du bois des Trois et un autre ruisseau qui ramasse une multitude de rases de la forêt domaniale dans le bois de la Ganne à une altitude de 950m environ. L’ensemble se rejoint au niveau du moulin des Renards où l’orientation devient Ouest. Nous cheminons sur des sentes, des chemins peu pratiqués et encombrés par des bois morts ou tombés au cours de l’hiver. A hauteur du moulin de Taillefer, nous partons vers le Nord, la neige a, peu à peu disparu au sol ou représente une couche peu épaisse. Avant Chez Détros, nous traversons une pâture pour gagner une zone boisée avant de couper la D82 et retrouver la forêt à Terre Noire. Des chemins nous permettront d’arriver avant le couvre-feu à notre bivouac après le lieu dit Chez Guyonnet.

Jour 2. Samedi 20 mars(DD 8h25 DR 8h00 DP 600m DN 700m KM 21).
Il fait froid au moment du lever du soleil mais la nuit a été tranquille, quelques flocons tombés donnent une ambiance particulière au petit déjeuner. La journée s’annonce belle et lumineuse. Toujours rive gauche, nous laissons rapidement le pont d’Herment sur notre droite lorsque nous traversons la D987 puis pénétrons dans le vaste bois de Chez Paris jusqu’à buter sur la rivière La Perchade, au débit aussi important que le Petit Sioulet. Pas de pont, l’exercice aquatique envisagé et annoncé dans la note technique devient réalité. En slip avec une hauteur d’eau à mi-cuisse, fraîche, nous franchissons l’obstacle, la rive opposée est dégagée et le soleil brille !

La rivière Perchade sous le soleil

A partir de maintenant, La Perchade et le Petit Sioulet deviennent à leur confluence, le Sioulet. Notre progression continue dans le bois du Mialler quelque peu chahuté par l’exploitation en cours et nous arrivons à une nouvelle petite rivière, la Ribière que nous traversons sur un minuscule mais joli pont de pierre au niveau du moulin des Brousses. Une belle forêt mixte composée de hêtres et de résineux nous amène au pont de Singlet puis par le bois de la Chapoule, pont Bagnard où nous passons rive droite. Une barre rocheuse, nous oblige à grimper en posant les mains afin d’atteindre le lieu-dit Poneix. Quelques pâtures traversées plus loin, nous arrivons sur la forêt domaniale de Combrailles. Quelques minutes à trouver le bon passage dans une odeur de lisier fraîchement répandu et dans des pentes aux courbes de niveau très serrées. Nous nous rapprochons à nouveau du Sioulet et une source trouvée sur le passage décidera de notre lieu de bivouac.


Jour 3. Dimanche 21 mars (DD 6h03 DR 5h40 DP 520m DN 585m KM 21).
La nuit fut moins froide et le lever de soleil illumine le pré où est posé le bivouac et une légère brume flotte sur le Sioulet tout proche. Aujourd’hui, l’itinéraire est plus simple et roulant. Le fond de vallée est atteint par un chemin fort humide puis une petite route nous fait traverser Val aux maisons magnifiquement restaurées. La route D941, importante, nous fait penser que la civilisation n’est pas loin. L’arrivée sur Pontaumur se fait en suivant le tracé du GR460 puis nous gagnons la rive droite pour suivre la sente des gorges du Sioulet aux méandres plus ou moins serrés. Cheminement magnifique avec des vues sur le cours d’eau à travers les arbres encore dépourvus de feuilles. Grossie par les eaux de la rivière Saunade arrivant de la rive gauche à la sortie de Pontaumur, la rivière s’élargit et laisse sur la rive des dépôts de sable. Des flaques d’eau font penser qu’il y a quelques jours le passage emprunté était sans doute très humide. Bientôt se dessine sur fond de ciel bleu et sur un promontoire rocheux, la petite église du XII ème siècle de Miremont qui possède un chevet caractéristique du roman auvergnat. Le village traversé, nous repassons le Sioulet rive droite, suivons pendant 1km500 environ la route pour éviter les différentes zones humides le long du début de la retenue. Une dernière grimpette et c’est la descente vers le plan d’eau. Le niveau est très bas et une large bande de sable sera notre voie jusqu’à la plage de la Chazotte, lieu de la récupération des participants de cette belle aventure.

Accidents ou incidents : après avoir parcouru environ 3,5 km, Régis a glissé et s’est tordu la cheville. L’évacuation s’est déroulée en fin de matinée grâce à Yves revenu sur les lieux. L’après-midi, Claude a également chuté. Il a souhaité avec courage continuer la randonnée malgré ma proposition de le faire rapatrier le samedi matin sur Clermont-Ferrand.

Observations : l’ambiance a été bonne au sein du groupe et une bonne entraide s’est mise en place au cours des trois jours.

le groupe à l’arrivée

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 18/03/2021 Les Combrailles, la Miouze

Date : 18/03/2021
Animateur : Georges et Yves ( Liliane et Christian en appui )
Nombre de participants : 21 animateur compris (11F, 10H)
Météo : froid le matin et quelques giboulées de grésil en milieu de journée.
Distance : 21 km
Dénivelé : 450 m
Durée : 6 h pauses comprises
Classement : facile
Kilométrage auto : 64 x 3 et 60 x 3 soit 372 km
Préparation et rédaction : 2 h
Consignes sanitaires : afin de respecter les règles sanitaires en vigueur, trois groupes de cinq et un groupe de six ont été formés avec un animateur et un appui. Deux groupes ont fait la randonnée en sens opposé.


ITINERAIRE : Départ de la Miouze, Prades, Rioux, pc 734 et 798, Le Colombier, Banson, Pidouze, Hyvon, La Miouze.
La Miouze (village) point de départ de notre rando, c’est dans ce lieu-dit que se rejoignent la Sioule et la Miouze (rivière). Malgré un débit plus important que la Sioule, elle perd son nom pour prendre celui de sa voisine. La Miouze va nous servir de fil rouge une grande partie du parcours, elle naît sur les pentes de la Banne D’Ordanche. Nous suivons la Sioule jusqu’au village de Prades que nous quittons pour retrouver la Miouze. Après le village du Colombier, nous traversons la Miouze et la voie ferrée qui suit également la rivière. La vallée se resserre, nous prenons un peu d’altitude pour suivre un chemin en balcon, à mi-chemin, nous croisons une bande de baroudeurs.

Après la pause pique-nique, nous quittons les gorges de la Miouze pour nous diriger vers le village de Banson qui possède une chapelle et un château, ce dernier date du 12e siècle. Un peu de hors piste après le village, facilité par les traces dans une petite couche de neige des baroudeurs.
Retour à la Miouze en passant par les villages de Pidouze et Hyvon. Merci à tous et à bientôt.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 14/03/2021 Combrailles (Pontaumur)

Date : 14/03/2021
Animateur : Christelle (Fabien en appui).
Nombre de participants : 13 personnes (8 F, 5H).
Météo : fraicheur le matin, belles éclaircies et douceur au soleil, quelques passages venteux.
Terrain : gras avec quelques belles flaques.
Distance : 24  km (openrunner).
Dénivelé : 700 m.
Durée du déplacement : 7 heures pauses comprises.
Classement Atlas : facile.
Kilométrage routier : 88 km X 3 soit 264 km.
Préparation et rédaction :  2 heures.

Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes ont été formés afin chacun un animateur.

ITINERAIRE : Départ centre Pontaumur, rive droite du Sioulet, Côtes Noires, GR 460 jusqu’à une sente qui traverse le bois de Vidas, Moulin de Teissoux, Cornet, PC 743 dans le bois de Rochevieille, les Grandes Bruyères, GR 4 jusqu’à Miremont, église Saint Bonnet, le Col, GR4, après les Planeaux PC 543, la Prugne, retour par la même rive droite du Sioulet.

Pour ce dimanche de mars, les giboulées nous ont laissé tranquille et nous avons donc profité d’une agréable météo pour cheminer le long du Sioulet. Cet affluent de la Sioule long de 46 km, paradis des pêcheurs de truites offre de beaux espaces préservés et de belles gorges. Nous cheminerons ainsi à l’aller et au retour sur un beau sentier en balcon où les pulmonaires, corydales et autres anémones Sylvie marquent bien le retour du printemps !
Passage à la chapelle de l’Arboulerie, petit édifice, élevée et financée par les paroissiens locaux pour remplacer celle du château voisin qui avait été détruite. Nous y faisons un exercice de traduction de latin !

Nous plongeons dans les bois, petit passage hors sentier imprévu pour cause de sentier à l’abandon et nous rejoignons le joli ruisseau de Teissoux et son moulin en ruine à l’ambiance mystérieuse.

Remontée sur le plateau et après la traversée d’un bois bien humide, nous empruntons une portion où nous avons une belle vue sur la retenue des Fades Besserve, point de liaison de la Sioule et du Sioulet, où nous trouvons le niveau d’eau assez bas. Nous y faisons une agréable pause pique-nique sous quelques doux rayons de soleil.

Journée de montagnes russes, nous redescendons vers le Sioulet et le Chevalet pour remonter aussi vite vers l’église de Miremont, jolie église romane bien rénovée.

Fin de parcours avec un retour au bord du Sioulet avec de nouveau alternance de montées et descentes qui nous auront assuré une bonne stimulation de nos cellules !!

Merci à tous pour votre participation.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 14/03/2021 Entrainement vélorando, contrefort des Puys, Limagne

Date : dimanche 14 mars 2021 (matin)
Météo : soleil, température fraîche  6°, vent de NO.
Terrain : principalement sur route, 2 ou 3 chemins d’exploitation.
Itinéraire : musée Roger Quillot, le haut de Croix de Neyrat, Cébazat, montée jusqu’au Bassin d’orage de la Vallée du Bédat, Nohanent, Sayat, Malauzat, St Genest L’enfant, Mozat, traversée de Riom, Ménétrol, Gerzat, et retour au musée par la Combaude.
AnimateursChristian  et Michel J
Distance du parcours : 38 km ; Dénivelé + 374m (openrunner).
Durée de la sortie : 3h00.
Durée de roulage : 2h24 à 15.6 km/h de moyenne.
Nombre de participants : 11 animateurs compris (4F,7H). 
Remarque :  Didier est venu pour découvrir l’ activité. Avis favorable au retour. 
Observations : 2ème sortie pour certain, parcours facile vent 3/4 dos au retour, bonne ambiance (le soleil y est pour beaucoup). Aucun soucis mécanique.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam 13/03/2021 Marche Sportive Louchadière

Date : samedi 13 mars 2021.
Lieu : Chaîne des Puys secteur Paugnat, Louchadière.
Terrain : souple.
Météo : vent fort, temps couvert avec quelques gouttes.
Temps de préparation et de rédaction : 2h00.
Mise à disposition : 1 paire de bâtons de marche nordique.
Kilométrage routier : 5 voitures avec une moyenne de 40km (aller et retour) soit 200km.
Animateur : Michel J.
Nombre de participants : 9 animateur compris (0F, 9H).
Distance : 22 km ; moyenne 7 km/h soit 8’31 ‘’ au kilomètre (montre gps), dénivelée 350m (montre altimétrique).
Durée : 3h12 (de marche) et 3h30 (de déplacement).
Itinéraire : parking d’aire technique des campings cars à Paugnat, contournement du puy par le Nord et l’Est. Bois de Latia, GR441 puis Est du puy de la Nugère, chemin orienté Nord-Ouest jusqu’au Bois de Chazeron, sente jusqu’à la D941, route d’accès du puy de Tunisset jusqu’à la D941 puis contournement du puy de Louchadière par le Nord et l’Est. Chemin orienté Est jusqu’à l’entrée de le Bouchet puis GR441 jusqu’à la voie ferrée avant Lambertèche. Chemin serpentant longeant la voie jusqu’au Nord du puy Pradet. Chemin d’’exploitation passant au Nord des puys des Marais et Desmaret. Passage de la voie ferrée puis chemin orienté Sud-Est puis Nord-Est puis Ouest-Nord-Ouest. Contournement du puy de Paugnat par l’Est, point de départ.
Observations : échauffement habituel. A couvert, dans la majorité du parcours, nous n’avons pas été gênés par le vent fort. Deux pauses d’un total de 18 minutes environ ont permis d’absorber, eau, quelques fruits secs et autres encas tirés du sac à dos. Déplacement dans la bonne humeur et avec dynamisme.
Remarques : le groupe s’étoffe puisque nous avons accueilli avec plaisir Laurent, Didier et Pascal.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 11/03/2021 ST-Remy-sur-Durolle (Forez)

Randonnée pédestre au départ de St-Rémy-sur-Durolle (Forez)
cartes 2730 O et 2630 E
Date : 11 mars 2021
Animateurs : Mady, Georges (Yves et Monique en appui sur groupes 2 et 4)
Nombre de participants : 16 animateurs compris (7 F, 9 H)
Météo : ciel couvert mais température douce. Quelques gouttes de pluie seulement en montant dans les voitures pour le retour.
Distance : 22 km
Dénivelé : 905 m
Durée : 6h45 pauses comprises
Classement Atlas : moyenne (annoncée facile mais reclassée suite au dénivelé effectué).
Kilométrage routier : 100 x 3, 128 x 1 soit 428 km.
Préparation et rédaction : 2 h30.
Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 4 groupes ont été formés avec chacun un animateur. 2 groupes ont fait la randonnée en sens inverse.
ITINERAIRE : Plan d’eau des Prades de St Remy-sur-Durolle, Voirdière, Croix de Séra, la Trappe, St Victor Montvianeix en aller retour, le Mas, la Boutière, Montvianneix, le Bost , Fagot, Béchon, plan d’eau des Prades.

St Remy-sur-Durolle, s’affiche comme la capitale mondiale de la mèche du tire-bouchon et contrairement à ce que peut laisser supposer son nom, la Durolle n’y passe pas ! Le plan d’eau des Prades créé en 1960 a permis de développer un important pôle touristique et de loisirs.
Si le début du parcours s’annonce tranquille, nous rentrons rapidement dans le vif du sujet pour monter, côté ouest tout droit dans la pente, au sommet du bois de Séra qui culmine à 942 m. Après quelques recherches, on arrive enfin, grâce à Lucette, à trouver la croix toute en bois plantée en bordure de ce point haut et qui nous offre une belle vue dégagée sur la Montagne Bourbonnaise.

Croix de Séra

Pour faciliter la recherche aux autres groupes, on « balise » sommairement l’entrée du petit sentier qui y mène mais ce sera en vain car ils ne la trouveront pas. Nous redescendons en altitude pour nous rendre au prochain point caractéristique : St Victor Montvianneix.

St Victor Montvianneix

Ce village a porté sous la Convention Nationale (période révolutionnaire) le nom de Crédogne, du nom de la rivière qui sinue sous le plateau sur lequel il est bâti. Dommage l’église est fermée ! Rebâtie en 1461, en style gothique, elle offre la particularité d’avoir un chœur décentré par rapport à la nef unique et voûté en “cul de four”, seul vestige de l’église romane primitive. Nous pouvons toutefois admirer face à l’église une croix de carrefour datée de 1613 et faisons le tour du cimetière qui enserre l’église en s’accrochant aux fortes pentes. Après le pique nique pris à la Boutière, le parcours redevient plus escarpé. Au niveau du ruisseau de Trécoin, des coupes à blanc avec les arbres encore au sol, ne permettent plus de repérer les sentes que nous devions prendre pour gagner Montvianneix. Par contre le beau chemin, qui longe le ruisseau est tentant. Mais il faut le quitter rapidement pour reprendre la bonne direction. Nouvelle montée tout droit dans la forêt grâce à un semblant de chemin. Arrivés pratiquement au point culminant, un arbre en travers et de nouvelles coupes de bois nous obligent à faire une petite partie en hors piste avant de retrouver le sentier qui finira par nous amener au Bost. Au surplomb de Béchon, nous coupons droit dans la pente pour quitter une large piste un peu ennuyeuse. Sur le chemin après le village, nous dérangeons
deux beaux chevreuils qui partent dans le pré qui le jouxte. Nous allons bientôt les suivre car des ronces rendent ensuite le chemin impraticable. Dernière partie en hors piste avant l’arrivée !
Remarques :  secteur choisi en raison de la météo annoncée, pas connu des participants et agréable car mêlant parties boisées et découvertes. Des coupes de bois nous ont fait passer en hors piste ou dévier de l’itinéraire prévu mais sans grosses conséquences.

Douglas ou pas ?


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 07/03/2021 Combrailles (Saint-Hippolyte)

Date : dimanche 7 mars.
Animateurs : Sébastien et Yves.
Nombre de participants : 10 animateurs compris (6F, 4H).
Météo : Nuageux et pluvieux le matin, nuageux avec belles éclaircies l’après-midi, températures fraîches.
Terrain : souple et roulant.
Distance : 23 km.
Dénivelé : 700 m (montre altimétrique).
Durée du déplacement : 6 heures pauses comprises.
Classement Atlas : facile.
Kilométrage routier : (45×2) = 90 km.
Préparation et rédaction : 1 heure.
Consignes sanitaires : afin de respecter les règles, deux groupes ont été formés avec chacun un animateur.

Itinéraire : Stade de la Croze, Enval, Gorges d’Enval, Montchebrot, Facemeunier, Charbonnières-les-Varennes, Veygoux, Le Bouy, Moulin de la Mazière, Les Quatre Routes, Douhady, Les Grands Tournants, Rochepradière, St Hippolyte, retour au stade.

Observations : Nous entamons notre parcours par la remontée de la vallée de l’Ambène, dans les gorges d’Enval, dont un pont du Moyen Age nous ouvre l’accès. De belles échappées sur la ville d’Enval s’offriront à nous au long de notre progression, le temps couvert nous empêchant de voir les monts du Forez en arrière-plan… Notre montée sur le plateau des Combrailles nous a conduits jusqu’à Charbonnières-les-Varennes où nous avons trouvé un abri pour nous restaurer au sec. C’est alors le très beau sentier de Charbonnières à Veygoux qui nous attendait pour nous conduire à l’ancien manoir du général Desaix, illustre commandant des armées napoléoniennes en Egypte et en Italie. La suite de notre itinérance autour du ruisseau de Romeuf fut l’occasion de profiter de très belles vues sur le château de Chazeron, dont le donjon et les 17 tours d’angle du XIe siècle furent agrémentés de deux ailes de style classique 600 ans plus tard. Nous sommes alors redescendus vers Saint-Hippolyte par le vallon de Sans-Souci, accompagnés par les poèmes bucoliques de Frédéric Bertrand, disposés le long du chemin sur des panneaux de bois.
Remarques : Très bon état d’esprit général malgré la météo défavorable du début de parcours

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-