Dim 22/01/2023 Sancy – Pessade Servières

Animateur: Michel D.
Nombre de participants : 9 animateur compris (5 F, 4 H)
Météo : Couvert et brouillard givrant, température : -8°. Bourrasques sur les hauteurs et quelques chutes de neige. Neige froide entre 30/50cm super légère
Distance : 17 km openrunneur
Dénivelé : 520m D+ openrunneur
Durée : 7 H 16
Classement Atlas : Facile 
Kilométrage voiture : 82 km pour 2 voitures et 1 voiture sur place soit : 164 km
Préparation et rédaction : 2 H

ITINERAIRE : Parking de Pessade, sente Sud Ouest, belvédère, sente Nord Est- PC 1194, sente Ouest, passerelle du Chevelard, buron PC 1280, plein nord jusqu’au PC 1183, Lac Servières, GR 30 Puy de Combe Perret, forêt de Train, sous le Puy Baudet, buron du bois de Pessade, PC 1274, PC 1239, GR 4, retour aux voitures.

Groupe très homogène et sportif pour cette sortie à allure soutenue dans une neige super légère. Les paysages étaient d’une beauté de carte postale avec un brouillard qui ne nous à pas quitté de la journée.
Merci aux participants car à tour de rôle ils ont effectués leurs part de faire la trace dans cette neige de rêve, ils ont tous très apprécier le bonheur de tracer dans une telle neige .

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 15/01/2023 Limagne – Ravel

Animateur : Yves
Nombre de participants : 10 animateur compris (7 F, 3 H)
Météo : Pluie le matin, éclaircies l’après -midi
Distance : 28 km
Dénivelé : 550 m
Durée : 7 H 15
Classement Atlas : Facile reclassée moyenne en fonction de la distance
Kilométrage auto : 46 km pour 2 véhicules et 1 voiture sur place soit : 92 km
Préparation et rédaction :  3 H

ITINERAIRE : Moissat Haut, PC344, PC327, Château les Guérins, les Teilhoux, les Abournis, Chez Tingoux, Montaigut, les Froments, PC498, les Vegheants, PC459, Glaine, Château la Molière, PC354, les Rotisses, les Andrauds, PC346, Bort-l’Etang, Château de Codignat, la Boisse, le Grain, Château de Ravel, Ravel, PC322, Moissat Bas, Moissat Haut.

Sept courageuses et deux courageux ont bien voulu m’accompagner ce matin malgré un déluge annoncé. Dos contre le bâtiment du service incendie de Moissat Haut nous nous équipons pour affronter cette pluie fine mais soutenue. Goretex, pantalon de pluie, cape, guêtres, ca y est tout le monde, bien encapuchonné, est prêt à partir. J’essaie de présenter le parcours mais nous n’apercevons rien, pas même les collines les plus proches noyées dans la brume et encore moins le but principal du jour, le Château de Ravel, si visible et rayonnant habituellement. 
Nous quittons le bourg et empruntons les chemins plats de Limagne, par chance la terre dans ce secteur ne colle pas et ne collera pas de toute la journée. Au milieu des champs, émergeant de la brume apparait soudainement une petite merveille, le gracieux château des Guérins.

Château les Guérins

Direction la commune de Glaine Montaigut composée de deux villages : Montaigut accroché sur le puy Lacroix où quelques ruines cachées dans la végétation nous rappellent qu’en 1686 un château existait en son entier. Avant de revenir sur Glaine, deuxième village, nous ne pouvons pas ignorer une table d’orientation sur le petit puy voisin. La pluie perd un peu de son intensité, les nuages commencent à monter, cela permet de repérer, Billom, Montmorin, Mauzun, Ravel, Lezoux, ouf ! nous ne sommes pas perdus. Une légère brise frigorifiante nous incite à quitter ce mamelon pour nous diriger vers Glaine.

Table d’orientation vers le Puy Lacroix

Une éclaircie nous permet d’entrevoir le fameux château de Ravel et nous apporte quelques lueurs d’espoir d’une après-midi meilleure. A l’entrée de Glaine, une participante qui a trouvé un solide banc en pierre, abrité par un joli chêne en bordure de route, pour quitter ses vêtements de pluie, se fait vigoureusement reprendre par la propriétaire. Nous poursuivons donc jusqu’au centre bourg pour découvrir les peintures murales du 12°S, découvertes et restaurées en 1990, ainsi que les magnifiques chapiteaux de l’église romane St Jean. Il est presque midi, nous profitons de la halle pour nous restaurer. Les vents d’altitude ont poussé les nuages vers le Forez qui semble bien pris. Nous devrions être sauvés.

Eglise St Jean de Glaine

Descente par le château de la Molière du 13°S bien conservé, entouré de nombreux bâtiments constituants l’ancienne ferme du domaine, qui ont été transformés fin 19°S en une école d’agriculture. La maison du directeur et une ancienne écurie sont aujourd’hui aménagées en gîte.

Château La Molière

​Nous déambulons de nouveau en plaine, longeons une grande zone Natura 2000 accouplée à une réserve de chasse pour atteindre les Roddiers puis Bort l’Etang. En chemin nous apercevons plusieurs petits troupeaux de salers, étonnés de les trouver là. Passage devant l’église de Bort, fermée, avec sa tour escalier, appendice architectural caractéristique des églises locales.
Montée au château médiéval de Codignat, ancienne tour de protection des seigneurs de Ravel, considérablement agrandi au 14°S. En partie pillé il fut rénové dans les années 70 en hôtel restaurant et classé Relais et Châteaux en 1975, malheureusement fermé pour l’instant.

Château de Codignat

​Nous pénétrons dans le bois de la Boisse où, comme annoncé, la petite partie de hors-piste nous permet de rejoindre le majestueux château de Ravel en pleine réfection. Forteresse royale du 12°S réaménagée au 18°S en château d’agrément par la famille d’Estaing. Chapelle, terrasses, jardin complète l’édifice. Le film Les Choristes fut tourné là en 2003. Un incendie survenu en 2016 a malencontreusement détruit 400 m2. 

Château de Ravel

De la terrasse des jardins créés par Le Notre, agrémentée d’une table d’orientation, la vue sur la Chaine des Puys entre autre est appréciable et appréciée.

Vue de la terrasse

Nous nous déplaçons maintenant en direction du bourg pour découvrir les vitraux remarquables du 16°S de l’église Notre Dame de l’Assomption, plus ancienne église gothique du Puy de Dôme.

Vitraux de l’église de Ravel

Retour par Moissat Bas, pour entrevoir le plus ancien édifice roman de Basse Auvergne, l’église St Pierre aux Liens édifiée en 912.

Eglise de Moissat Bas

Journée qui a mal commencé mais qui s’est terminée sous le soleil. Tous les participants sont ravis de cette rando dédiée au patrimoine bâti : Quatre châteaux, quatre églises, tous différents. Comme quoi la Limagne n’est pas si monotone qu’elle semble l’être.
Les zig zag et certains allers retours pour les visites sont responsables de l’augmentation de la distance prévue effectuée par tous sans difficulté. 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam 14/01/2023 Marche sportive – Chaine des puys secteur Villars

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 9 animateur compris (4F-5H)
Météo : doux
Terrain : très souple et roulant
Distance : 21,5 Km (montre Christian) 
Dénivelée : 577m (montre Christian) 
Durée : 3h01 de marche – 3h13 pauses comprises
Moyenne : 7 km/h (montre Christian)

Itinéraire :
Villars, Le Cheix, Orcines (chemin du Pariou), Sud du puy de Plantas, le golf, intersection avec chemin de la Roche Pertuisade, chemin des Gouris, le Péage, PR jusqu’au col de Ceyssat, ancien tracé GR4 vers D 942, sente NW-SE au PC 961, traversée D 942 au PC 957, HP jusqu’à D 767a, chemin d’exploitation Nord de St Aubin, troisième sente sur la gauche après la D 767a vers Montrodeix, Montrodeix, la Font de l’Arbre, rue de Lacombe, Lavoir, Fontanas, route des Dômes, PR, chemin des Crêtes, PR vers côte du Bey, retour Villars par sentier W au-dessus du Colombier.

Le groupe en plein effort à Villars

Sortie un peu plus courte qu’annoncée mais très dynamique pour un groupe qui se retrouve désormais de sorties en sorties. Progression homogène. Tout le monde a pu constater les dégâts causés dans le bois de Villars par les pistes forestières qui ont été aménagées pour permettre le passage des pompiers … De sentes d’à peine 1m on est passé à des pistes de plus de 3m, avec un maximum de coupes.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

RépondreTransférerSupprimer

Jeu 12/01/2023 Livradois – Billom

Animateur : Liliane
Nombre de participants : 22, animateur compris ( 12 F, 10 H)
Météo : Nuageux, mais éclaircies et rayons de soleil tout au long de la journée.
Terrain : Chemins et sentes sur terrain sec. Zones humides par endroits vers le Madet.
Distance : 24.5 kms   
Dénivelé : 800 m
Durée : 7 h 30 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 50 X 2 et  72 X 3 soit 316 kms, 2 voitures de 5 personnes et 3 de 4.
Préparation et rédaction : 3 h

Itinéraire : Billom, PC 381, Les Méradoux, Lasteyras, PC 516, Méraille, Les Maisons Basses, Bouys, PC 471, Arlanges, petit HP, Les Côtes, Le Château, La Tuilerie, La roche aux Fées, Brelet, PC 470, La Pilayre, La Vialle, Château de Montmorin, La Martre, Le Fournet, PC 440, Le Grun, Champortat par côté Est du Puy Merle, chemin à droite après le pont, Billom.

Aujourd’hui nous sommes un bon petit groupe à nous retrouver à Billom pour une randonnée un peu particulière. En effet, deux boucles sont prévues avec une jonction vers le lieu-dit Les Méradoux pour deux objectifs : le matin, apprécier au maximum les sentes en sous-bois dans la vallée du Madet et l’après-midi, arpenter des chemins dégagés et profiter au mieux des paysages alentours direction le château de Montmorin.

Nous partons donc de l’église Saint-Loup à Billom, direction Les Méradoux, puis Les Maisons Basses. En chemin nous faisons le détour à Méraille et sa table d’orientation pour prendre le temps d’apprécier et de commenter la vue tout autour de nous.

Table d’orientation de Méraille

Nous reprenons notre chemin qui nous conduit dans les bois du côté d’Arlanges, où nous descendons en hors-piste dans les fougères pour éviter un petit bout de route et rejoindre le chemin en contre-bas. Une petite épreuve sportive que tout le groupe apprécie !

Descente dans les fougères

La sente très agréable se poursuit toujours dans les bois et, pour rejoindre le ruisseau du Madet nous prenons sur la droite un escalier en rondins. La descente est assez raide et technique jusqu’à la passerelle que nous traversons pour tourner sur notre gauche. La sente qui longe le Madet est très agréable et offre un paysage très beau et typique. Après un petit arrêt à la Tour des Maquisards nous remontons vers Méradoux pour notre deuxième bouche.

Tour des Maquisards

Notre pause déjeuner se fait au bord d’une vigne avec vue sur Billom et ses deux Turlurons. Superbe !

Le petit et le grand Turluron

Nous reprenons notre randonnée direction La Vialle. En chemin nous faisons un crochet pour découvrir La Roche aux Fées qu’une personne du coin nous a conseillé d’aller voir. Nous ne sommes pas déçus, le site est remarquable et le groupe n’hésite pas à grimper sur le rocher. Pause escalade, c’est trop tentant !

La Roche aux Fées

Puis nous reprenons notre périple jusqu’au château de Montmorin où nous faisons une halte contemplation sur le château, la chapelle, la vue avant de continuer notre itinéraire sur des chemins dégagés qui offrent de superbes points de vue.

Chapelle de la Vialle

Derniere petite ascension jusqu’au Grun et retour tranquille jusqu’à Billom où un petit détour intéressant par l’église collégiale Saint Cerneuf (deuxième église de Billom) et le quartier médiéval s’impose avant de rejoindre nos voitures.

Avant de nous quitter, nous prolongeons cette bonne journée sportive par un pot de l’amitié offert par Pierre pour fêter sa retraite. Merci à lui et à vous tous pour cette randonnée partagée, et à bientôt pour d’autres découvertes. 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 08/01/2023 Sancy – Chambon des Neiges

Animateur : Michel D.
Nombre de participants : 7 animateur compris (4 F, 3 H)
Météo : couvert, sans pluie et neige comme annoncé, température 4° C, bourrasques sur les hauteurs,
neige au sol seulement au dessus de 1400m
Distance : 15 km
Dénivelé : 620m +
Durée du déplacement : 4h25
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 94 km pour 2 voitures soit 188 km 
Préparation et rédaction : 2h

ITINERAIRE : Parking de Monneaux, La Guiéze , PC1138, PC1096, Couze Surains, bois le long de la couze, Buron du col de la Croix St Robert, Suquet de Claude, Croix St Robert, Téte de Flon, GR 4, Col de Cuzeau, Plateau de Durbise, PC1526, PC1439, Puy Jumel, PC1211, Monneaux.

Croix St Robert

Terrain humide et légèrement enneigé sur l’ensemble du parcours.
Nous avons surpris trois beaux mouflons avant de redescendre par l’épaulement EST du Puy Jumel.
Retour aux voitures, la pluie arrive en même temps que nous. 
Pierre veut arroser sa retraite, nous allons à l’abri sous la fontaine lavoir de Monneaux . Merci à lui pour le champagne et le très bon pain d’épices.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 22/12/2022 Val d’Allier – Longues

Animateur : Yves
Nombre de participants : 18 animateur compris ( 11F,  7H)
Météo : Couvert avec une légère brise, mais douceur toute la journée, averse l’après-midi
Distance : 22 km
Dénivelé : 650 m
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto :  56 km pour 2 véhicules et 16 km pour 2 autres soit 144 km + 1 voiture sur place
Préparation et rédaction :  2 h 30

ITINERAIRE : Longues, Enval, Château des Quaires, PC 452, les Pradas, Pardines, PC 629, Puy de Champerogne, Pic de Mercurol, Mercurol, PC 644, Puy de Serpanoux, la Ghéonchère, les Littes, Château de Montfleury, PC 467, Croix de Chacontat, PC 342, Charbonnier, Longues.

Température très douce ce matin au départ de Longues, quartier de Vic le Comte bien connu par la présence de la papèterie de la Banque de France. La qualité hydrométrique de l’eau de l’Allier et l’existence d’une ligne ferroviaire importante ont favorisé la construction de cette papèterie à cet endroit.
Dans la traversée du bourg, un vol de palombes, certainement migratoire, nous interpelle. Passé le village nous longeons le ruisseau de Pignols jusqu’au pont de la Malotière où, après avoir traversé la départementale nous commençons la montée sur Enval, village construit sur un escarpement gréseux. Des vestiges troglodytes préhistoriques avaient été déjà découverts en 1877. En 2009 un programme de fouilles témoigne d’une occupation Magdaléenne (dernière partie du paléolithique). Un château privé à l’entrée ouest, partie habitable d’une ancienne propriété agricole ou viticole, attire notre regard. Au fil du temps les constructions ont masqué les abris sous roche. Les magnifiques maisons en pierre de caractère donnent à ce village un attrait intéressant.

Château d’Enval


​Direction le Château des Quaires du 14° S, bâtisse principale d’un domaine agricole de 50 ha. Depuis 80 ans au service de l’action sociale du département, il est aujourd’hui maison d’enfants à caractère social. Un parc composé de 5 terrasses avec bassins aménagé au 18° S, classé aux monuments historiques en 1932, nous semble laissé malheureusement à l’abandon.

Château des Quaires


Notre parcours se faufile maintenant entre champs nouvellement labourés ou semés jusqu’à Pardines. A la sortie du village, au lavoir couvert bien conservé, le Puy de Champerogne bien boisé s’impose devant nous. La majorité quitte une couche avant d’entamer cette pente, peu raide mais constante sur au moins deux kilomètres. Nous pénétrons dans le bois où les chemins qui ont gardé l’humidité, voire de belles flaques d’eau par endroit, nous imposent un gymkhana entre arbres et ronces. Des petits espaces de ciel bleu, laissent passer quelques rayons qui réchauffent l’atmosphère et mettent en valeur furtivement le Pic de Mercurol, objectif technique du jour.
Nous sommes au pied, c’est là haut que nous allons ? demandent certains. La petite sente à peine visible et peu entretenue nous oblige à nous faufiler entre branches et ronces, mais celle-ci ne passe pas par le sommet. L’aventure, ADN de l’association, qui doit persister, sera de rigueur.
Sur la droite quelques traces plus ou moins marquées nous incitent à entamer la montée, mais le plus dur reste à faire. C’est simplement à quatre pattes qu’il faut accéder à la cime, en chevauchant les rochers de hauteurs très irrégulières, de cette montée difficile sur une pente assez raide.
Tout le monde est en haut, une première pour Atlas !

Sommet du Pic de Mercurol


Ce pic est riche en histoire, c’était une position stratégique d’origine Celtes et fut lors de l’invasion Romaine un temple dédié à Mercure d’où Mercurol. Malgré sa faible hauteur (713 m) le 360° est remarquable. Devant nous le Pic de Cheix Blanc nous nargue avec ses 815 m, au loin Dômes et Sancy se découpent dans la brume, plus proche le château le la Chaux Montgros, et plein Est le château de Montmorin semble tout embué.
La désescalade se fait tranquille et l’ensemble des participants est ravi de cette petite ascension.

Descente du Pic de Mercurol

Il est 12h15, à la sortie du hameau de Mercurol un bel espace herbeux devant un gîte, nous tend les bras pour le pique-nique, la propriétaire nous accueille volontiers. Le temps est toujours clément, au pic nous avions un peu de vent mais là nous sommes à l’abri, avec une belle vue sur le trajet du retour.
Dernière grosse montée pour passer le Puy de Serpanoux où la traversée du bois sera agréable sur un tapis de feuilles sèches et dégringolade régulière jusqu’à l’arrivée.
En chemin nous contemplons le château de Montfleury, domaine fortifié du 16° S ayant appartenu au Seigneur de la Guesle , Maître d’Hôtel de Catherine de Médicis. Géré par la même famille durant 300 ans, il a été racheté en 2013 pour être transformé en chambres d’hôtes et espace de réception.

Château de Montfleury


​Un puzzle de champs travaillés s’étale devant nous à la terre très différente de celle rencontrée ce matin. Passage par la Croix de Chacontat et par la fameuse fontaine où notre célèbre reine Margot se serait rafraichie. Le ciel s’assombrit, nous sentons quelques gouttes, en arrivant à Longues une averse vigoureuse nous suit jusqu’aux voitures.
Le petit gouter pour fêter Noël, prévu par l’animateur sur le parking de la gare, à proximité des voitures semble compliqué. Les relations de Fabien ont tout changé, un collègue cheminot nous a autorisé à utiliser une salle de la gare chauffée de surcroit, merci à lui.
Nous avons donc pris le temps de savourer une  délicieuse brioche de Noël accompagnée d’un petit effervescent, moment convivial apprécié de tous.

Gouter de Noel

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 18/12/2022 Sancy – Super Besse

Animateur : Michel D
Nombre de participants : 6 animateur compris (3F
Météo : très beau temps se couvrant sur le retour, température de -2° à 6°, vent du sud avec quelques rafales
Distance : openrunner 12 km  
Dénivelé : openrunner 650m +et – pour 4 adhérents et 500 m pour 2 autres 
Durée : 6h20
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 120 km A/R pour 1 voiture et 1 voiture sur place
Préparation et rédaction : 2 h

ITINERAIRE : Parking VVF de Super Besse, sous le Chambourguet, château d’eau, pc 1457, pc 1553, pc 1554, passage au téléski de la perdrix, passage à la flaque d’eau  sous le Paillaret, col du Paillaret, descente sur la cabane du téléski Ferrand Sud, pc 1671 sous Puy Gros, remontée sur le col du Ferrand Sud pour 4 adhérents et 2 qui sont restés sur le GR direction col de Couhay, pc 1639, pc 1535, retour voitures.

Journée idéale pour une escape en montagne auvergnate, neige correcte au départ avec une petite couche de 3 à 5 cm de neige fraîche sur neige dure. Les raquettes ont été mises mais peu efficaces dans ce peu de neige. Belle sortie appréciée de tous malgré le faible enneigement.

      -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

  Jeu 08/12/22  Combrailles – La Goutelle

Animateur : Georges
Nombre de participants : 19 animateur compris (11F et 8H)
Distance : 18 km
Dénivelé : 450 m
Durée : 6 h
Classement Atlas : facile
Météo : soleil toute la journée, froid le matin ( -6° au départ )
Kilométrage voitures :70 km pour 2 voitures et 90 pour 2 autres 1 voiture sur place soit 320 km
Préparation et CR : 2h30

ITINERAIRE : Départ de la Goutelle, les Monts, le Buchelier, pc 707, 669, 712, traversée du ruisseau de Teissoux, le Biot pc 746, la Ribeyre, traversée de la D941, Le Montot, retour à la Goutelle.

Retour en Combrailles pour cette rando de 18 km du mois de décembre. Nous partons de la Goutelle sous un beau soleil, mais un froid vif (-6° la météo nous avait annoncé du brouillard) en direction du ruisseau de Teissoux. La montée jusqu’au village le Monts nous réchauffe un peu.

Après avoir traversé la D 941 nous suivons le ruisseau de Queyrias et la D 570. Une sente nous permet de rejoindre la vallée du ruisseau de Teissoux. Le gel de ces derniers jours a eu raison des dernières feuilles, l’hiver s’installe. Nous traversons le ruisseau pour la 2ème fois et entamons la remontée jusqu’au village de Biot.

Ruisseau de Teissoux

Il est l’heure du casse-croûte, un petit muret au soleil nous sert de siège. Après ce bain de soleil et l’estomac plein, nous repartons en direction du village de la Ribeyre et la D941. Une dernière petite difficulté pour rejoindre le calvaire de Montot sur une butte volcanique avec des orgues sur sa face sud.

Calvaire de Montot

Retour aux voitures à la Goutelle toujours sous le soleil.

Merci à tous d’avoir bravé le froid vif au départ, à bientôt et peut être avec des raquettes aux pieds.

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

Jeu 01/12/2022 Montagne Bourbonnaise – Ris

Animatrice : Christelle
Nombre de participants : 22 Animatrice comprise, 15 f  7 h
Météo : Brouillard et légère bruine le matin, ciel couvert le reste de la journée, 5 degrés avec quelques passages sous le vent du nord.
Terrain : Correct dans l’ensemble, quelques passages gras.
Distance: 22 KM 
Dénivelé : 580 m D+
Durée : 6H40
Classement : Facile
Km auto :116 KM X 2 et 90 KM X 3 soit 502 km
Préparation et rédaction: 1H30

ITINERAIRE  Ris, cascade du Saut du Loup, Bancherelle, les Murs du Temple, la Croix des Andrés, Barnaudière, les Morands, D 175, Piégut, Mariol, Le Raton, Ris.

Ce premier jeudi de décembre, randonnée par un temps maussade et bien humide mais le bon rythme des marcheurs et les grimpettes dans les sentiers boisés ne nous ont pas laissé le temps de nous refroidir.

Montée dans le bois de la Coutière

Malgré l’absence de soleil, la nature et les arbres habillés de leurs jolies robes dorées nous ont encore offert de bien belles images !

La nature en robe automnale

A proximité de Ris, on peut aller découvrir la jolie cascade du Saut du Loup dont le débit reste bien réduit compte tenu de la faible pluviométrie actuelle. Le fameux loup aurait sauté pour échapper à des chasseurs… dixit la légende !

Cascade du Saut du Loup

Nous remontons ensuite une très jolie sente forestière qui serpente le long du ruisseau. Suite à une erreur de bifurcation, petite et confortable montée en hors- piste sur un sol rendu bien « moelleux » par la présence d’une grosse épaisseur de mousse ! Je ne devais pas être bien réveillée car je bataille de nouveau dans la forêt de Ris pour identifier le bon chemin et parvenir enfin à trouver un tout petit étang à proximité de Bancherelle où nous empruntons un filet de sente bien encombré par les branches. On apportera la serpe la prochaine fois !!

On apportera la serpe la prochaine fois !!

Nous traversons un secteur jadis bien occupé par les Templiers mais on ne trouve plus trace des anciennes commanderies et châteaux de l’époque. Reste un beau paysage de creux et douces bosses réhaussés par les couleurs de saison ! La montagne bourbonnaise mérite toujours le détour ce qui a agréablement surprit certains participants qui ne la connaissaient pas !

Avant de rejoindre une zone plus exposée, petite halte pique-nique à l’abri du vent où boissons et plats chauds sont bienvenus puis nous rejoignons la partie haute du parcours où malheureusement la couverture nuageuse nous empêchera de profiter d’une vue plus étendue sur le Montoncel, les monts du chemin de la Ligue coté est et la chaîne des Puys côté ouest. Puis nous replongeons vers le petit hameau de Piégut et ses jolies bâtisses en pierre nichées dans un beau cadre de verdure.

Vue depuis Piégut

Nous remontons un agréable sentier boisé le long du Darot, petit cours d’eau qui descend vers la commune de Mariol que nous contournons avant de retrouver Ris. Avant de rejoindre les voitures, nous prenons le temps de visiter sa très vielle église (une partie date de 979).

Nef église de Ris

Sa nef voûtée très haute surprend (c’était une expérimentation avant d’entamer la construction de la célèbre abbaye de Cluny) et l’on y observe également de belles fresques du 12 et 15èmes siècles. L’édifice commence à vraiment souffrir des attaques du temps. Des projets de réhabilitation semblent en cours.

Le martyre de Ste Agathe

Merci à tous pour votre bonne humeur et les petites gourmandises et d’avance bonnes fêtes de fin d’année à tous  !

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 30/10/2022 Sud Clermont- Fd – Veyre-Monton


Animateur : Yves
Nombre de participants :12 animateur compris (9 F, 3 H)
Météo : Ciel dégagé, température douce, légère brise sur les hauteurs
Distance : 22 km
Dénivelé : 700 m
Durée : 7h15 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 40 km pour 2 véhicules et un véhicule sur place
Préparation et rédaction : 2h30

ITINERAIRE : Parking du Crest, Monton, Veyre, Soulasse, Corent, Les Martres de Veyre, Le Cendre, Orcet, Retour Parking.

Une fois n’est pas coutume, et problème de carburant aidant, ce matin nous partons du parking de covoiturage du Crest. Plusieurs objectifs pour cette journée, le premier d’un blanc immaculé se distingue à peine devant nous, déjà enveloppé par un beau soleil matinal, car il n’est que 8h30. Nous avons reculé nos montres d’une heure cette nuit, mais les astres n’ont pas varié la leur. Nous nous dirigeons donc vers le Puy de Monton, célèbre par sa vierge.
Passé l’autoroute, petite information sur les mégalithes découverts lors de l’élargissement de celle-ci. Alignement d’une trentaine de menhirs de 1m à 1.60 m de haut sur 150 m de long, un des plus important du centre de la France. Malheureusement afin de ne pas retarder les travaux, ils ont été retirés et transportés en lieu sûr, aucun panneau ne confirme les fouilles, dommage !
La pente s’accélère rapidement pour arriver au pied du puy, constitué de blocs de basalte consolidés par du tuf lors d’une phase éruptive des Monts Dore. Creusé dans la falaise un site troglodyte, composé d’une soixantaine de cavités renforcées par des murs de soutènement, fut occupé de la fin du Moyen Age jusqu’au début du 20°siècle. Suite à des éboulements l’accès est interdit actuellement. Nous l’apercevrons lors du passage en bordure du village.

Grottes troglodytes

Petit bout de hors-piste en pleine pente pour atteindre le sommet surmonté de cette impressionnante Vierge à l’enfant de 14 m de haut posée sur une petite chapelle servant de piédestal. L’ensemble mesurant 21 m pour un poids de 220 tonnes. Sa hauteur en fait la quatrième plus haute de France, sculptée par Aristide Belloc dans des blocs de pierre de Beaucaire de 1864 à 1869. Depuis son inauguration en 1869 a  lieu, chaque année fin août, un pèlerinage. Le canon Prussien à ses pieds surprend un peu, mais une plaque nous explique sa raison d’être.
​Il souffle une légère brise. mais la douceur est bien là. La vue à 360°, malgré notre faible altitude 585 m est très lumineuse à l’horizon, la table d’orientation également à 360° nous aide à identifier les éléments caractéristiques du panorama.

Vierge de Monton

Rencontre fortuite avec une association, qui dresse des chiens pour la recherche de personnes, en opération d’entrainement ce matin sur le puy et dans le village en contre bas. A la sortie du village, interrogation à l’approche d’un étrange animal fait de bois et de paille, tout le monde donne sa version, pour certains un lama (!!!), pour d’autres, un escargot et pour tous  c’est bien un hôtel à insectes.

Hôtel à insectes


Direction la réserve naturelle du Puy de Marmant que nous traversons avant d’arriver à Veyre. Nous sommes au sud de Clermont-Fd où beaucoup de villages ont connu une activité viticole importante avant l’arrivée du phylloxéra, cela a permis au département d’être à cette époque le 3e département viticole de France. Une cave coopérative « La Cave St Verny », seule du département, est encore présente à Veyre.

Descente du Puy de Marmant

Nous traversons la Veyre, ruisseau qui a donné son nom au village, et nous voilà partis à l’assaut du plateau de Corent. La montée est assez pentue jusqu’à Soulasse et un petit coup de rein nous permet d’arriver sur ce grand plateau. De nombreuses reconstitutions, au regard des fouilles effectuées, nous confirment qu’ici au néolithique l’oppidum était la capitale des Arvernes. Nous nous approchons au bord de la falaise pour découvrir les méandres de l’Allier et nous entamons la descente sur Corent. Village connu pour son vin rosé, de cépage gamay, répertorié Côtes d’Auvergne AOC.

Oppidum de Corent

Dégringolade des Côtes Blanches avec l’Allier en toile de fond. Nous traversons l’extrémité sud-est des Martres de Veyre, pour nous approcher de l’Allier, où nous prenons dans un petit coin champêtre, presque les pieds dans l’eau, notre pause méridienne sous un soleil étincellent bercé par un léger clapotis. Pique-nique fini, nous repartons en longeant la rivière sur quelques mètres, pour découvrir une des nombreuses sources minérales naturelles qui se situent sur la commune : « La Font de Bleix », légèrement gazeuse, non ferrugineuse au débit peu important mais régulier. Elle sort à mi falaise, à quelques mètres au-dessus du niveau de l’Allier, plus ou moins cachée, entourée de mousse pétrifiée, dont le trop plein s’épanche dans la rivière.

Source La Font de Bleix

Nous remontons plusieurs petites marches en bois et terre pour nous éloigner un peu du bord de l’eau. Nous longeons encore quelque peu la rivière, avant de la quitter définitivement, pour traverser Les Martres de Veyre en direction des Hauts de Chamblade au pied du Puy de Tobize. Le chemin grimpe fortement pour arriver au Puy de la Pierre. Entre ce dernier et le Puy de la Chèvre nous sommes entourés de vignes remarquablement entretenues et de vergers un peu délaissés. Nous poursuivons nos montagnes russes par le Puy de Marmant, deuxième de la journée, mais sur la commune du Cendre celui-là, utilisé comme pente école de parapente. Etonnant d’avoir deux puys au nom identique à 4 km l’un de l’autre !
Après une descente escarpée, cap sud-ouest en pente douce vers Orcet pour rencontrer l’Auzon, ruisseau paisible, et le remonter partiellement. Contournement de l’étang des Pèdes où plusieurs pécheurs taquinent le poisson. Avant de repasser sous l’autoroute, nous marchons à proximité du Domaine du Val d’Auzon réputé pour son cabaret « Le Garden Palace » et traversons le golf de 18 trous sans prétention, animé par des golfeurs qui s’adonnent à leur passion.
La buse métallique passée, il nous reste un dernier effort pour grimper à la Garde d’où l’on domine le parking, on se laisse glisser tranquillement et nous voici aux voitures.
Malgré que ces différents puys ne soient pas très hauts, nous aurons quand même effectué 700 m de dénivelé positif tout en restant dans la partie basse de la métropole, le tout agrémenté de curiosités variées.