Randonnée linéaire le long du Petit Sioulet et du Sioulet

Séjour n° 10. Randonnée linéaire le long du Petit Sioulet et du Sioulet.
Du vendredi 19 au dimanche 21 mars 2021 prévu à l’origine du 04 au 06 juin 2021.
Animateur : Michel J.
Nombre de participants : 8 dont 1 femme et 7 hommes.
Météo: neige au sol le vendredi, temps couvert puis éclaircies ponctuelles, quelques flocons dans l’après-midi. Samedi. Après une nuit froide, le reste de la journée a été ensoleillée avec une bise de Nord-Est. Dimanche, après une nuit fraîche, la journée a été claire et à l’abri du vent et douce.
Classement : moyen compte tenu des distances parcourues et des parties hors pistes.
Transport : dépose des participants avec deux véhicules, une Peugeot modèle 206 et une Renault, modèle Kangoo. Assistance, le vendredi en fin de matinée suite à la blessure de Régis avec la Peugeot 206. Récupération des adhérents, dimanche vers 16h30 à la plage de la Chazotte avec un Peugeot 3008 et une Citroën C8. Merci aux conducteurs, Germaine, Mady et Yves pour leurs disponibilités.
Kilométrage routier : 546
Temps de préparation du matériel et rédaction des divers documents : 10 heures.
Cartographie utilisée : cartes Ign, Top 25 et série bleue au 1/25000 n°2430 Est, n°2431 Ouest, n°2432 Ouest.
Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires ; afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Une des sources du Petit Sioulet

Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires : afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Faune rencontrée : une dizaine de chevreuils à différents moments et deux renards en chasse. De nombreux rapaces et notamment des milans royaux.

Mot de l’animateur.
Inédit, le challenge consistait à suivre au plus près les rivières, le Petit Sioulet, de la source choisie, puis le Sioulet jusqu’à sa disparition dans la retenue des Fades Besserves. Une grande partie de hors piste a été nécessaire pour réaliser le parcours, de longues traversées de forêts, des détours dus à la végétation dense, des pentes rocheuses contournées, des traversées de ruisseaux et d’une rivière. Le niveau d’eau du Sioulet nous a obligé à revoir parfois le tracé sur le terrain, les bords de la rivière n’étant pas accessibles. Une belle aventure dans un cadre sauvage avec deux bivouacs en pleine nature.


Quelques chiffres : données fournies par une montre Sunto (dénivelés et durée du déplacement) et une montre gps (distances parcourues et durées journalières des randonnées).
Dénivelées positives : 1415m. Dénivelées négatives : 1845m, kilométrage total : 58
Heures de déplacement sur les 3 jours 21h46. Heures de randonnées : 19h40
DD : durée du déplacement ; DR durée de la randonnée ; DP dénivelée positive ; DN dénivelée négative ; KM : kilométrage
Jour 1.Vendredi 19 mars(DD 7h18 DR 6h00 DP 295m DN 560m KM 16).
Le départ prévu à 08h00 a été différé compte tenu de l’enneigement des chaussées suite aux chutes de la nuit de jeudi à vendredi. Nous sommes partis sur des routes assez bien dégagées à 10h00. Arrivés à l’entrée de Tortebesse, la petite route puis le chemin carrossable qui nous conduisaient au départ de la randonnée étaient impraticables en voitures. A pied et après 2,5km, nous avons gagné le point de départ choisi dans la forêt domaniale de l’Eclache. La source ou plutôt les sources qui donnent naissance au Petit Sioulet sont principalement au nombre de deux, le ruisseau qui vient de l’étang situé à proximité du bois des Trois et un autre ruisseau qui ramasse une multitude de rases de la forêt domaniale dans le bois de la Ganne à une altitude de 950m environ. L’ensemble se rejoint au niveau du moulin des Renards où l’orientation devient Ouest. Nous cheminons sur des sentes, des chemins peu pratiqués et encombrés par des bois morts ou tombés au cours de l’hiver. A hauteur du moulin de Taillefer, nous partons vers le Nord, la neige a, peu à peu disparu au sol ou représente une couche peu épaisse. Avant Chez Détros, nous traversons une pâture pour gagner une zone boisée avant de couper la D82 et retrouver la forêt à Terre Noire. Des chemins nous permettront d’arriver avant le couvre-feu à notre bivouac après le lieu dit Chez Guyonnet.

Jour 2. Samedi 20 mars(DD 8h25 DR 8h00 DP 600m DN 700m KM 21).
Il fait froid au moment du lever du soleil mais la nuit a été tranquille, quelques flocons tombés donnent une ambiance particulière au petit déjeuner. La journée s’annonce belle et lumineuse. Toujours rive gauche, nous laissons rapidement le pont d’Herment sur notre droite lorsque nous traversons la D987 puis pénétrons dans le vaste bois de Chez Paris jusqu’à buter sur la rivière La Perchade, au débit aussi important que le Petit Sioulet. Pas de pont, l’exercice aquatique envisagé et annoncé dans la note technique devient réalité. En slip avec une hauteur d’eau à mi-cuisse, fraîche, nous franchissons l’obstacle, la rive opposée est dégagée et le soleil brille !

La rivière Perchade sous le soleil

A partir de maintenant, La Perchade et le Petit Sioulet deviennent à leur confluence, le Sioulet. Notre progression continue dans le bois du Mialler quelque peu chahuté par l’exploitation en cours et nous arrivons à une nouvelle petite rivière, la Ribière que nous traversons sur un minuscule mais joli pont de pierre au niveau du moulin des Brousses. Une belle forêt mixte composée de hêtres et de résineux nous amène au pont de Singlet puis par le bois de la Chapoule, pont Bagnard où nous passons rive droite. Une barre rocheuse, nous oblige à grimper en posant les mains afin d’atteindre le lieu-dit Poneix. Quelques pâtures traversées plus loin, nous arrivons sur la forêt domaniale de Combrailles. Quelques minutes à trouver le bon passage dans une odeur de lisier fraîchement répandu et dans des pentes aux courbes de niveau très serrées. Nous nous rapprochons à nouveau du Sioulet et une source trouvée sur le passage décidera de notre lieu de bivouac.


Jour 3. Dimanche 21 mars (DD 6h03 DR 5h40 DP 520m DN 585m KM 21).
La nuit fut moins froide et le lever de soleil illumine le pré où est posé le bivouac et une légère brume flotte sur le Sioulet tout proche. Aujourd’hui, l’itinéraire est plus simple et roulant. Le fond de vallée est atteint par un chemin fort humide puis une petite route nous fait traverser Val aux maisons magnifiquement restaurées. La route D941, importante, nous fait penser que la civilisation n’est pas loin. L’arrivée sur Pontaumur se fait en suivant le tracé du GR460 puis nous gagnons la rive droite pour suivre la sente des gorges du Sioulet aux méandres plus ou moins serrés. Cheminement magnifique avec des vues sur le cours d’eau à travers les arbres encore dépourvus de feuilles. Grossie par les eaux de la rivière Saunade arrivant de la rive gauche à la sortie de Pontaumur, la rivière s’élargit et laisse sur la rive des dépôts de sable. Des flaques d’eau font penser qu’il y a quelques jours le passage emprunté était sans doute très humide. Bientôt se dessine sur fond de ciel bleu et sur un promontoire rocheux, la petite église du XII ème siècle de Miremont qui possède un chevet caractéristique du roman auvergnat. Le village traversé, nous repassons le Sioulet rive droite, suivons pendant 1km500 environ la route pour éviter les différentes zones humides le long du début de la retenue. Une dernière grimpette et c’est la descente vers le plan d’eau. Le niveau est très bas et une large bande de sable sera notre voie jusqu’à la plage de la Chazotte, lieu de la récupération des participants de cette belle aventure.

Accidents ou incidents : après avoir parcouru environ 3,5 km, Régis a glissé et s’est tordu la cheville. L’évacuation s’est déroulée en fin de matinée grâce à Yves revenu sur les lieux. L’après-midi, Claude a également chuté. Il a souhaité avec courage continuer la randonnée malgré ma proposition de le faire rapatrier le samedi matin sur Clermont-Ferrand.

Observations : l’ambiance a été bonne au sein du groupe et une bonne entraide s’est mise en place au cours des trois jours.

le groupe à l’arrivée

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Raid hivernal Haux plateaux du Vercors sur le chemin du roi

Séjour n°2 Raid hivernal en raquettes à neige avec pulkas dans le Haut Jura

Du samedi 13 au mercredi 17 février 2021

Animateur : Michel D.

pho10.jpg

Nombre de participants : 06 (2 femmes et 4 hommes)

Météo : Sur l’ensemble du séjour beau temps avec grand soleil la journée, quelques nébuleuses le matin et le soir qui nous ont permis de prendre de superbes photos. Les trois premiers jours brise du nord avec températures négatives de -5 /-7 la journée et entre -10/-16 la nuit .Température confort dans la tente ~ -5 / – 8 (çà claquait des dents)

Conditions d’enneigement parfaites sauf le jour 4 mardi car changement de temps avec un vent de sud qui ont rendus la neige très collante et le déplacement plus difficile

Hébergement : en tentes hivernales individuelles cause Covid, les 4 soirs

Départ du lieu de RdV de Clermont à 7h et arrivée à Combau à 12h30

Données techniques fournies par Iphigénie & GPS

pho20.jpg

Jour 1 (samedi 13) Parking de Combau / Bivouac au dessus de la cabanne de l’Essaure

Itinéraire : Heure de départ : 13h30 repas puis en route pour le Raid, remontée de vallée de Combau, refuge. Essaure , dure montée dans 20/30 cm de neige fraiche, bivouac vers 1670m.
Heure d’Arrivée : 16h 1er montage de tente dans le froid -10°
Distance parcourue : 3 km600 dénivelé : +286 m. Durée : 2h 30. Avant le repas petite rando de 1h30 pour se réchauffer et découvrir le Mont Aiguille et  retour sous les étoiles.

pho30.jpg
pho20.jpg

Jour 2 (dimanche 14) bivouac / Jasse des Fourmis
Itinéraire : levé à 7h30 Heure de départ : 9h45. Forte montée au col de Greuson 1759m, bergerie de Chamousset, sous la tête des Baumiers et panoramique sur Chichilianne 1000m, le Mont Aiguille 2087m et le Grand Veymont 2341m.
Heure d’arrivée : 15h15. Installation du bivouac puis ~2h rando raquettes pour faire la trace du lendemain.
Distance parcourue : 7 km dénivelés : -207 m+ 230 m. Durée  : 5h30 avec les pauses

pho10.jpg
pho20.jpg

Jour 3 (lundi 15) Jasse des fourmis / col de la Croix du Lautaret 1811m

Itinéraire : Levé 7h30. Heure de départ : 9h30, nous partons dans nos traces faites la veille, la fontaine Pourrie, l’ancienne jasse du jardin du Roi, petit col et bergerie du jardin du Roi 1733m, forte montée en zigzag jusqu’au col de la croix du Lautaret, arrêt à 15h30 et montage du 3 ème bivouac. Distance parcourue : 3 km 700 dénivelés : -200m+ 40m. Durée de la rando : 3h45, moyenne : 1,5 km/h. Durée du déplacement : 6h avec les pauses

pho10.jpg
pho20.jpg

Jour 4 ( mardi 16) Bivouac du col / Source de Grailler 
Itinéraire : Levé à7h30 Heure de départ : 10h direction Nord-Est PC 1851, pas de la Coche, puis source de Grailler. Arrêt à 14h et montage du dernier Bivouac, puis rando raquettes en boucle vers les quatre Têtes et en ligne de crêtes jusqu’au PC 1714m, très beau panorama à 360° sur la plaine de Chichilianne, le mont Aiguille, et les falaises de la montagnette juste au dessus de notre campement. magnifique couché et levé de soleil sur notre dernier spot.
Heure d’arrivée : 14h. Distance parcourue : 3 km 400 + 3 km en boucle, dénivelés : -60m+ 190m. Durée  : 4h + 1h30 en boucle

pho10.jpg

Jour 5 (mercredi 17) Bivouac 4/ Parking Combau
Itinéraire : Levé à 7h heure de départ 9h etdescente sur la bergerie du Combau, passage à la fontaine des Prêtres où on fait le plein d’eau du Vercors pour le retour sur Clermont. Arrivée aux voitures à 10h30 et chargement.
Retour sur Clermont départ : 11h. Arrivée à Clermont à 16h30
Classement ATLAS : séjour Moyen
Matériel mis à disposition : 2 toiles de tente Atlas + 1 tarp (pas utilisé) + 4 pieux à neige +1 paire raquette de secours (pas utilisée) + 3 pelles à neige + 2 piolets + 3 sursacs duvet + 24 sardines neige en inox + 3 pulkas avec double harnais + 3 tapis de sol + 1 réchaud à gaz avec 1 cartouche.
Dégâts Matériels : tente Nord Face 1 arceau de la tente cassé + décollement de la repartions précédente du tapi de sol de celle-ci.
Avec ce petit groupe, il a été possible de faire un itinéraire inédit qui demande à être renouvelé dans cette formule qui a bien plu.  Un excellent séjour. Tous les ingrédients étaient réunis pour que ces cinq jours se passent dans les meilleures conditions. Des cheminements fabuleux et de qualité dans ce merveilleux Vercors sauvage qu’aucun adhérant ne connaissait, des paysages magnifiques, une très bonne ambiance avec le groupe, bonnes parties de rigolade les soirs au bivouac que tout le monde a appréciées, de bons repas chauds le soir préparés individuellement.
Ce fut une très belle aventure pour nous tous.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

“Activités dans les Dômes”

Séjour n°1 : Hivernale dans le Sancy devenue Activités dans les Dômes
Date : du samedi 06 février au dimanche 07 février 2021

Animateur : Michel J.  
Participants : 11 (2F 9H)

Kilométrage auto : 150 km 

Matériel utilisé et mis à disposition par l’association
1 tarp de marque Berghaus, 3 tentes Ferrino modèle Messner, 1 tente Nordface modèle VE25, 7 couvertures de survie « orange », 7 sursacs goretex.
Pour la partie technique, piolets, crampons semi-automatiques, poignées d’ascension, descendeurs, mousquetons à vis et simples, baudriers avec longes, cordes, sangles.

Hébergement
Nuit sous le tarp pour Benoît, des tentes individuelles et une bi-places pour un couple, en pleine nature
Météo
Samedi, doux avec un ciel couvert et une petite percée du soleil l’après-midi. La pluie annoncée est arrivée au moment du couvre feu vers 18h00. La pluie s’est arrêtée au petit matin et une température négative nous a accueilli pour le petit déjeuner avec une légère brise de nord-est. La matinée a été nuageuse puis quelques éclaircies se sont manifestées et un doux soleil était présent pour l’arrivée de la marche sportive.

pho10.jpg

Organisation
Compte tenu de la neige de mauvaise qualité pour les exercices prévus, j’ai décidé en concertation avec les adhérents inscrits de modifier le programme du week-end. Le samedi sera consacré à la technique et le dimanche à un entraînement foncier.
Adaptabilité et réactivité sont les maîtres mots de cet hiver où les températures jouent le yoyo !

Programme réalisé
Samedi : j’ai mis en place plusieurs ateliers sur une pente orientée nord-ouest de 40 % du puy de la Nugère.
– une corde fixe statique sur environ 40 mètres avec des relais pour se familiariser à
l’utilisation d’une poignée d’ascension.
– deux cordes dynamiques pour des descentes en rappel.
Après avoir déposé, tout notre matériel de bivouac sous un tarp de protection, nous nous sommes dirigés vers le lieu de l’entraînement. Pour présenter les activités, je me suis appuyé sur deux adhérents ayant une habitude des pratiques à titre personnel ou dans le cadre associatif, Janine et Michel D.
Après avoir évoqué les objectifs de la journée, j’ai procédé à la présentation du matériel individuel et à sa distribution à savoir crampons semi-automatiques et crampons à lanières (matériels personnels mis à disposition), baudriers, poignées d’ascension,
descendeurs, piolets.
Les déplacements basiques ont été montrés à la montée, à la descente, en traversée avec la position des pieds et le transfert du poids d’un pied sur l’autre etc…. Après cette première phase mise en application par les participants, nous avons travaillé sur les
ateliers de cordes.
Après le pique-nique, j’ai demandé de pratiquer non plus à main nue mais avec des moufles ou de gros gants et de manipuler notamment la poignée d’ascension d’une seule main.
Pour la descente en rappel, j’ai montré la technique utilisée au Népal sur des pentes en neige profonde.

Je précise que sur les dix participants, huit ont montré de l’intérêt pour l’expédition sur le massif du Rolwaling au Népal en 2022 ou 2023.
Vers 16h00, nous sommes allés installer le bivouac.

pho20.jpg

pho30.jpg

Dimanche : après avoir petit-déjeuner, nous avons démonté le bivouac et sommes retournés aux voitures stationnées

à une heure de marche.
Objectif annoncé : faire entre 12 et 13 kilomètres en moins de deux heures sur un terrain varié. Des bâtons de marche nordique avec gantelets ont été mis à disposition pour cet entraînement sous la forme marche sportive avec quelques accélérations dans les parties pentues. Le parcours dans un triangle compris entre Paugnat, Lambertèche et col de la Nugère a été réalisé en 1h47 pour 12km720 à la moyenne de 7,1km/h (données fournies par une montre Gps de marque Garmin).

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-