Dim 27/11/2022 Sancy Le Mont Dore

ANIMATEUR : Michel D.
NOMBRE DE PARTICIPANTS: 11 ,HOMMES : 04 FEMMES : 07
METEO : temps dégage le matin et frais 4° couvert l’aprèm 15°
DENIVELE: openrunner 850m D+ et – DISTANCE: openrunner 24 km
DUREE DE DEPLACEMENT: 5h25
DUREE D’ENREGISTREMENT: 8h07

MOYENNE de DEPLACEMENT: 4,4km/h
CLASSEMENT ATLAS : Facile

KILOMETRAGE VOITURE : 90km A/R total pour 2 voitures

NOMBRE DE VOITURES: 03 , une sur place

ITINERAIRE : parking auberge du lac- barrage- GR 30- burons de montille-
PR les planches- les marais-PR le long de la Dordogne- source chaude de
Croizat- usine d’eau minérale-le Pregnioux-ruisseau de Cliergue-les
moulins-ruisseau des Vernières -grands prés-prés des Sagnes-Rigolet haut-
PR jusqu’au Mont Dore-cimetière paysager-Pailloux –PR ferme du Guéry-
retour aux voitures

Belle sortie appréciée de tous. Sur le parcours nous avons observé plusieurs chamois

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 24/11/2022 Chaîne des Puys ouest Orcival

Animateur : Liliane
Nombre de participants : 24, animateur compris   ( 13 F, 11 H)
Météo : températures fraiches. Soleil et nuages le matin, nuageux l’après-midi.

Terrain :   chemins agréables sur terrain en partie sec ou humide.
Distance :  24 kms   
Dénivelé :  800 m
Durée : 7 h 30 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 60 X 2 et 70 x 2 soit 260 kms, 3 voitures de 5 personnes et 1 de 4 personnes. 1 voiture de 5 personnes sur place.

Préparation et rédaction :  3 h

Itinéraire : Orcival, chemin de croix, PC 1032, Roche Branlante, PC 999, Rochefort Montagne, Les Granges, Puy d’Ebert, Montcheneix, St Martin de Tours, Château de cordés, GR, PC 1058-1036-898, Orcival.

Nous étions un bon petit groupe ce jeudi matin pour notre randonnée.

Nous partons d’Orcival, au pied de la Basilique, et empruntons directement le chemin de croix, jalonné de ses 14 stations que nous admirons au passage. Les températures sont un peu fraiches et du coup la montée jusqu’au calvaire nous réchauffe rapidement. Nous poursuivons notre marche avec pour objectif Rochefort Montagne. Nous ne manquons pas de faire une halte au point de vue indiqué sur la carte pour profiter du panorama Sud-Est d’Orcival. Puis après une rapide portion de petite route, nous bifurquons à droite dans un très agréable sentier avec vue dégagée sur le puy d’Ebert et alentours. En chemin, nous faisons un petit crochet jusqu’à la Roche Branlante que certains ne connaissaient pas. Ceux qui l‘avaient déjà vue, restent toujours impressionnés par cet énorme bloc posé en équilibre sur un autre. Force de la nature !

La roche branlante

Nous poursuivons jusqu’à Rochefort Montagne par un très beau chemin très confortable à fouler et en partie dégagé. Le soleil est de la partie et illumine toutes ces couleurs d’automne. Superbe ! L’objectif à Rochefort est la découverte du château, ou ce qu’il en reste ! En fait, un site a été aménagé à sa place. Nous y trouvons des informations intéressantes sur le château et un point de vue magnifique qui surplombe le village.

Le groupe sur le site du château

Mais l’heure du déjeuner approche. Nous continuons notre chemin par le hameau Les Granges et entamons la montée du puy d’Ebert. C’est là-haut, au soleil, à l’abris du vent et avec vue que nous sortons notre panier du sac.

le puy d’Ebert

L’après-midi, notre circuit nous fait traverser et découvrir les villages de Montcheneix et St Martin de Tours (et sa très jolie église), le très sympathique chemin qui longe en partie le Sioulot, jusqu’au château de Cordès. Nous ne pouvons qu’apercevoir celui-ci de loin car ses jardins ne sont pas ouverts à la visite en cette saison. Mais nous profitons tout de même de cette magnifique allée bordée d’arbres qui passe devant.

Vue sur le château de Cordès

Orcival n’est plus très loin et c’est par un sentier très agréable en partie dans les bois que nous rejoignons la petite route qui nous mène à Orcival. Nous terminons notre périple par la visite de la basilique et clôturons cette journée sportive dans la nature par la dégustation d’excellents cakes. Merci aux pâtissiers !

Merci à vous et à très vite.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 20/11/2022 Combrailles Prades

Animateur : Fabien
Nombre de participants : 16 (11 F, 5H) animateur compris
Météo : Soleil et grand ciel bleu le matin. Se couvrant très rapidement sur le coup des midi.
Légère pluie en début d’après midi.
Terrain : Sec
Distance : 23,1 km
Dénivelé : 690 m
Durée : 6h45 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrages auto : 2 voitures de Clermont (2x42km), 1 voiture en covoiturage au départ de
Durtol, 3 voitures sur place.
Préparation, rédaction : 3h

Itinéraire : Etang des Prades, Château de Chazeron, la Bourre, le Bois d’Argnat, le Court, les Briffons, Teilhède, Puy de Montaury, Gimeaux, Prompsat, les Régeas

C’est sous un grand soleil que nous partons de l’étang des Prades pour notre balade du jour. Direction ouest où nous montons en lacets dans une forêt encore vêtue de ces couleurs automnales. Cette forêt est parsemée de nombreuses sculptures sur bois que nous prenons le temps d’observer en distinguant une pieuvre, un hibou, une épée, des livres ouverts, etc…


(


Sortis de cette forêt, nous longeons quelques instants la route pour arriver sur une belle allée bien droite bordée d’arbres qui nous mènera au château de Chazeron.

Château de Chazeron

Après une petite pause devant ce château permettant de bien l’admirer, nous voilà repartis pour une bonne descente sur un sentier assez escarpé et étroit où nous croisons un groupe de moto cross qui prendra la peine de se garer et de couper les moteurs pour nous laisser passer. Après avoir traversé le ruisseau des Grosliers au débit encore bien faible malgré les pluies de ces derniers jours, nous remontons au bois d’Argnat. Durant cette montée, 2 ânes dans un champ occuperont le groupe un petit moment.

Dialogue d’A(n)ne

Sortis du bois d’Argnat, nous attaquons des chemins plus larges et plus plats qui nous méneront rapidement aux Briffons puis Teilhède. C’est dans cette commune que nous décidons de manger. Le temps du repas, le grand ciel bleu s’est très vite dégradé et à laisser place à un ciel beaucoup plus gris. Nous ne trainons donc pas et repartons et traversons Montaury et continuons le chemin pour rejoindre le GR 300 qui nous mène à Gimeaux. Nous prenons le temps d’observer la source du puits de Ceix.

Source du puits de Ceix

Un panneau explicatif à côté de celle ci nous indique que c’est une source salée et bouillonnante (son bouillonnement est dû à des remontées de gaz carboniques). La couleur rouge sang de cette source est dû à l’oxydation du fer contenu dans cette eau lors de son contact avec l’oxygène de l’air.

C’est sous les premières gouttes de pluie que nous repartons direction Prompsat où nous passons devant une belle demeure qui était la propriété d’Etienne Clémentel, homme politique de la 3ème République, maire de Riom, député, sénateur,.. Sortis de Prompsat, la pluie s’arrête et une dernière côte nous amène au pied du Puy Grammont. De là, nous bifurquons plein sud pour redescendre par une belle sente prononcée à travers bois pour rejoindre notre point de départ. Endroit où nous nous revigorerons entre tarte aux pommes maison, chocolat suisse et brioche aux pralines. Merci !

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 17/11/2022 Pays des Couzes Verrières

Animateur: Georges
Nombre de participants: 17 ( 7f et 10h )
Distance: 18 km
Dénivelé: 550 m
Durée: 5h30
Météo: soleil et nuages toute la journée, vent violent sur les hauteurs, un peu de pluie à l’arrivée.
Kilométrage voitures: 80 pour 2 voitures et 90 pour 2 autres soit 340 km
Préparation et CR: 2 h
Classement Atlas: facile

ITINERAIRE
Départ de Verrières, Fontenille, St Diéry Bas; St Diéry, ruisseau du Treuil, passage au sud ouest du puy de Conche, Saillant, retour à Verrières.

C’est au départ de Verrières, petit village sur les bords de la Couze Chambon, que nous commençons notre rando. A la sortie du village nous  suivons la Couze, rive droite, un petit arrêt pour voir l’aiguille de la roche longue ( c’est un site d’escalade ). Nous quittons la vallée en direction de Fontenille, une sente pentue nous guide jusqu’au village, nous apercevons le pic de St Pierre et le puy de roche Combière. Direction St Diéry bas avec son château médiéval et sa chapelle classée aux monuments historiques qui n’a été découverte qu’en 1903. Après St Diéry, retour dans la forêt, c’est l’heure du casse-croûte, le chemin à l’abri du vent et au soleil fera l’affaire. Nous repartons en direction du ruisseau du Treuil, après un petit étang sans nom, nous croisons des chasseurs, ils nous annoncent avoir tué deux chevreuils et que la battue est terminée ouf. Dans la forêt du puy de Conche, nous avons la visite de deux chiens avec une petite antenne et un gps autour du cou (apparemment ils n’ont pas fini la chasse). A Saillant petit arrêt pour admirer la cascade bien en eaux après les pluies de ces derniers jours. Après la cascade, un aller-retour pour voir le Dolmen du 4e siècle avant notre ère. Retour à Verrières où une petite pluie nous accompagne.

Merci à tous et à bientôt sur d’autres chemins.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 13/12/2022 Sancy ouest Tauves

Animateur : Thierry
Nombre de participants : animateur compris (7F-2H)
Météo : ensoleillé et doux
Distance : 24,5 km   (GPS)
Dénivelée : 680 m (GPS)
Durée : 7h30
Classement Atlas : Facile
Kilométrage voitures : 116 km – 2 voitures de Montferrand
Préparation et CR : 2h

Itinéraire : Tauves, Noilhat, Mézerat, le Buisson, St Pardoux, Longechaud, la Roche, montagne de la Roche, maison forestière au PC 1192, col de la Sœur, sud puy de Lachaud, la Chaleille, nord de Fougerolles, Tyrande, Theil Saint Gal, Tauves

Encore un dimanche de rando bien chaud pour la saison ! Départ de Tauves à l’ouest du Sancy, village placé sur un nœud de communication permettant de joindre le nord Cantal, le nord Corrèze et Clermont. Très commerçant donc 😊 : ce dimanche la boulangerie est ouverte mais également la boucherie. Pas mal pour un bourg de 780 habitants !

L’objectif du jour consiste à nous rapprocher de la Bourboule, plutôt du plateau de Charlannes… Dans la première partie de la rando nous aurons toujours le massif à vue, occasion de deviner le nom de chaque proéminence : pas toujours simple, simple finalement.

Nous sortons de Tauves par un fond de vallée bien froid où coule un ruisseau qui alimentait autrefois des moulins en aval de Tauves : le moulin de la Garde…et d’autres encore.

Nous nous retrouvons rapidement sur un plateau à près de 900 m au milieu de pâturages où paissent de bien belles vaches de toutes espèces mais où prédominent de belles Salers qui jouent presqu’à domicile. On en croise près de Mézerat qui divaguent un peu.

« Oh ce sont les vaches de Fargaix, elles ont l’habitude ! » m’apprend une habitante chez qui je suis allée toquer pour la prévenir… Un peu plus loin, c’est moins souriant : on voit dans un pré, une vache seule qui cherche à se relever mais qui glisse systématiquement sur le coté droit. Nous croisons le fermier qui sort du pré. Il nous apprend qu’elle a vêlé dans la nuit et que ça s’est mal passé. Le veau est mort et la pauvre mère n’a pas beaucoup de chance d’en réchapper. Le véto est attendu…. Dur le métier d’éleveur, principale activité du secteur. Peu après nous parvenons à Saint-Pardoux près de la Tour d’Auvergne. Le village est dominé par une butte sur laquelle fut construite fin XIXème la chapelle de ND de Natzy. Un malade local avait fait le vœu de remercier Notre dame du Sacre-Cœur en cas de guérison. Elle survint et la chapelle vit le jour, bâtie en basalte sur cette butte de Natzy. On y parvient par un chemin de croix. Un ruisseau coule sur les pentes ; son eau guérirait (miraculeusement) les maladies infantiles… Nous déjeunons peu après près de la Roche à l’entrée de la forêt du même nom. Comme d’habitude, nous prenons le temps de trouver le meilleur endroit qui coche toutes les cases : exposition, confort, points de vue.

Nous le trouvons : les monts du Cantal pas si éloignés nous font de l’œil. La première partie de l’après-midi se déroule dans les bois de la Montagne de la Roche où Sophie trouve quelques beaux cèpes. Nous sommes proches de la Stèle… Mais nous reprenons rapidement plein ouest pour entamer le retour vers Sauves. Passés le col de la Sœur, nous passons sous le puy de Lachaud dont les pentes ont été totalement déboisées au grand dam de Bénédicte qui avait des amis qui habitaient tout proche un magnifique buron devant lequel nous passons. Dédaignant la sente qui continue plein ouest , nous montons sur la crête au niveau du sommet du puy. Nous avons alors un très beau point de vue sur la Banne d’Ordanche et le puy Gros au nord-est.

Le retour après la Chaleille n’a pas un grand intérêt et nous sommes de retour à Tauves non sans effort pour enjamber deux vallons aux descentes et remontées bien sèches. La belle tarte de Pierre à l’arrivée conclut de la meilleure des façons une belle journée.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam 12/11/20 Marche Sportive autour du Puy de Dôme

Animateur : Michel J.
Terrain : souple, quelques flaques d’eau
Météo : température fraîche en matinée puis douce et chaude en fin de séance, ciel bleu
Temps de préparation et de rédaction : 2h00
Mise à disposition de matériel : néant
Kilométrage : 3 voitures, 1 voiture en co-voiturage au départ de Clermont (3 personnes) et 4 voitures sur place avec une moyenne de 35 km (aller et retour) soit 175 km
Nombre de participants : 7 animateur compris (3F, 4H)
Distance : 20,930 km ; moyenne 6,5 km/h (montre gps), dénivelée 470 m (montre altimétrique), 550 m (montre gps).
Durée : 3h12 (de marche) et 3h29 (déplacement et pauses compris). Échauffement et étirements non comptabilisés.
Itinéraire : départ parking n°1 « Puy de la Chopine » du panoramique des Dômes, col de Ceyssat, bac de Montmeyre, bac de Ceyssat, entre Balmet et Côme, Chabanne Vieille, Bois de Grouleix, Ouest et Nord du Puy de Fraisse, plateau de Fraisse, golf des Volcans, chemin des Gouris, parking.
Observations : globalement l’objectif de la sortie a été tenu même si la moyenne annoncée en début de séance à 6,6 km/h n’a pu être assurée sur l’ensemble du parcours.


                                                                                                        -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-




 

Jeu 10/11/2022 Combrailles Ossebet

ANIMATRICE : Christèle
NOMBRE PERSONNES : 16 P (9 F 7 H)
METEO Brume en début de randonnée, soleil et ciel bleu le reste de la journée
TERRAIN Quelques passages gras et un peu glissants
DISTANCE 21 KM DENIV 510 M D+
DUREE 6H45 pauses incluses
CLASSEMENT Facile
KM AUTO 100 km X 2, 74 km X 1, 80 km X 1
PREPA ET REDACTION 3 heures

ITINERAIRE Ossebet, la Brousse, la Villedieu, Puy de l’Arfilloux, Villatier, PC 888, Moulin du Bost, Cisternes la forêt, PC 774, vallon du ruisseau du Besanton , passage HP, Lavergne, PC 865, Puy du Faux, le Bartéry, Ossebet

RECIT : Arrivée en force des Atlassiens à Ossebet qui viennent troubler la tranquillité de ce petit hameau agricole où l’élévage domine. Toute la journée la présence de nombreuses vaches (de race prim’holstein majoritairement) nous rappellera que nous sommes au pays de Mont Lait. Atmosphère laiteuse également pour notre début de parcours avec un ciel encombré par la brume.

Dans la brume

Mais le soleil reprendra vite le dessus nous permettant d’apprécier les belles couleurs d’automne des forêts de Combrailles qui occupent encore un espace important notamment à proximité de la bien nommée Cisternes la forêt.

Lumière d’automne

Le départ du brouillard nous a permis, à l’approche du Puy de Redondet, de retrouver la ligne des sommets du Sancy avec une petite révision des noms de certains. Après une descente le long d’une belle chênaie, un joli pré arrosé de soleil et à l’abri de la brise nous tend les bras ! il est tout juste midi , Jean Louis n’est pas là pour le rappeler… mais nous avons une pensée pour lui et décidons de vite profiter de cette agréable aire de pique-nique  et profiter d’une première valse de douceurs apportées par certains que l’on remercie!!

Après la reprise, traversée du tranquille village de Cisternes la Forêt avant de plonger vers le ruisseau du Besanton .


Descente vers le Besanton

Les pluies de la veille ayant grossi le petit cours d’eau, la traversée se fera en prenant appui tant bien que mal sur quelques grosses pierres ou carrément en mode trempette histoire de stimuler la circulation !.


Rafraichissant passage à gué

Nous enchainons sur une petite montée hors-piste dans les bois qui réchauffe vite les pieds humides !

Montée dans le bois des Chirons

Puis c’est la remontée vers Lavergne et ses jolies maisons en pierre et la traversée d’un plateau dominé par un certain Puy du Faux (895 m) où l’on profite d’une belle vue étendue sur la totalité de la chaîne des Puys.

Vue sur les Dômes depuis le plateau du Puy du Faux

Fin de parcours très agréable car ciel bleu, soleil et douceur nous accompagnent mais avec le changement d’heure, l’astre jaune décline rapidement et se couche déjà derrière les collines lorsque nous retrouvons les voitures. La température baisse nettement ! Heureusement une sympathique collation offerte par Régine réchauffe vite l’atmosphère ! Grand merci à elle ! Et merci à tous les participants, c’est un grand plaisir de retrouver le «  gang » du jeudi !!

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 06/11/2022 Val d’Allier Chidrac

Animateur : Jean-Michel
Nombre de participants : 13, animateur compris (9 F, 4 H)
Météo : Frais le matin, nuages et soleil, peu de vent
Terrain : Sec
Distance : 23,5 km
Dénivelé : 530 m
Durée : 6h35 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 3 X 80 km
Préparation et rédaction : 3h

ITINERAIRE : Chidrac, St Cirgues sur Couze, St Vincent, St Floret, Chazeras, Tourzel, Antaillat, Puy de Mercoeur, Meilhaud, Chidrac

La journée se déroule à partir de Chidrac sur un versant nord de la Couze Pavin, qui faisait partie du Dauphiné d’Auvergne. Départ de la salle polyvalente ; le temps est frais, de saison, mais restera sec toute la journée avec soleil le matin, nuages à midi, soleil en fin d’après-midi. Nous traversons la Couze Pavin pour arriver à St Cirgues sur Couze où l’on peut admirer un important château du 16ème siècle qui a malheureusement brûlé en 1990 et mériterait une réhabilitation. Thomas Bohier, homme d’État au service des rois de France l’a édifié ainsi que le château de Chenonceau dans le Val de Loire qui est devenu propriété du Roi François 1er

Château de St Cirgues sur Couze

Nous allons remonter la Couze jusqu’à St Floret en passant par St Vincent aux maisons bien restaurées et aux jolis pigeonniers. A un endroit on observe des travaux de consolidation des berges de la couze renforcées par des rangées de piquets de robinier

En remontant vers St Floret le long de la Couze Pavin

St Floret situé sur la Via Arverna du Chemin de Compostelle nous accueille avec son pont médiéval de la Pède surmonté d’un oratoire avec une Vierge à l’enfant et son château fort du 13ème siècle avec un donjon renfermant des fresques illustrant le roman de Tristant et Iseut.

St Floret vu du pont de la Pède

Nous empruntons le joli sentier qui monte vers l’église du Chastel où se présente une vue sur le Massif du Sancy couvert de neige récente. L’église est entourée d’un cimetière qui présente des tombes anthropomorphes carolingiennes et un curieux ossuaire pyramidal. En quittant le site nous croisons une équipe de collectionneurs de voitures anciennes qui font une pause en plein air. Le chemin large nous mène en montée vers le hameau de Chazeras puis le village de Tourzel où nous nous installons sur une place pour le pique-nique. Liliane nous fait découvrir les délicieux crackers aux lentilles corail qu’elle a confectionnés. Le village de Tourzel abrite le Moulin des Volontaires, actuellement gîte d’étape, qui a reçu l’équipe d’Alain Bashung en 2003 pour la préparation de sa Tournée des grands espaces (chaque chambre a pour nom le titre d’une de ses chansons). Nous reprenons la route puis le chemin en descente avec sur la droite le Puy d’Ysson et le Puy de Vodable. Le parcours traverse Antaillat et rejoint le Puy de Mercoeur, homonyme de celui proche de Laschamps, mais plus modeste. Nous grimpons au sommet avec une petite vue sur le Sancy puis le contournons pour retrouver la Couze Pavin. Dans la descente, belle vue sur les grottes de Perrier occupées jusqu’à la moitié du 20ème siècle et qui ont été bien restaurées par une association locale

Vue sur Perrier et ses grottes troglodytiques

Le retour s’effectue sur un bon chemin rectiligne qui traverse Meilhaud où nous faisons une pause dans les remparts d’un ancien château médiéval situé au centre du village

Une échauguette à Meilhaud

Juste après Meilhaud, le château de Langlade propriété d’un haut fonctionnaire qui a été Secrétaire général des Iles Wallis et Futuna puis Préfet de la Savoie. Le chemin nous ramène à St Cirgues puis à Chidrac terme de la randonnée. A bientôt pour une nouvelle sortie.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 03/11/22 Yronde – Livradois

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 17 animatrice comprise (7F, 10H)
Météo : ciel couvert
Distance : 21 km
Dénivelé : 800 m
Durée : 6h30
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 150 km pour 2 voitures de Clermont Fd et 64 km pour 2 voitures du Crest, soit au total 214 km
Préparation et rédaction : 3h

ITINERAIRE : parking du cimetière de Yronde, Buron, traversée D49 au point côté 573, point côté 683 , la Tiolière, Sud de Langlade, Chalogne, Pignols, traversée D225 au point côté 606, est du Puy de la Gardelle, Fayet, Font Merle, Col de la Croix des Gardes, Foncrépon, Yronde.

Vers Buron

Le départ s’effectue sous un ciel couvert mais avec un magnifique panorama sur les sommets des Dômes et de la chaîne du Sancy. Un vent du sud-ouest nous accompagne dans la montée au village de Buron dominé par la sombre silhouette de son château en ruine. Arrivés au centre du village, nous prenons quelques instants pour visiter la chapelle.

Girouette dans le village de Buron


Dommage, l’absence de clarté et de lumière (nous ne trouvons pas de bouton !) empêche de découvrir la fresque peinte sur la voûte qui évoque la légende du triste sire Robert de Buron, la terreur du pays.

Nous quittons le village en contournant La Motte, et nous dirigeons plein Est, direction le bois de la Comté. Dans la descente vers la D 49, nous remarquons une magnifique mais singulière sculpture en bois du Christ !


Après la traversée de la route nous nous retrouvons rapidement à l’abri du vent d’abord grâce aux haies qui bordent le chemin puis avec le passage en forêt entre le Puy de St Hippolyte et le Puy des Chaumes. A la Tiolière, nouveau passage dégagé, au loin les Dômes et en contrebas Vic-le-Comte qui paraît tout proche.

Vic-le-Comte et la chaîne des Puys

Mais autre chose nous interpelle : est-ce une statue ou un être vivant assis, immobile, en tenue de camouflage avec un fusil sur les genoux en bord du pré ? Un léger mouvement de tête et le mystère est éclairci ! Nous poursuivons en direction de Pignols que nous apercevons au loin. Nous montons jusqu’en haut du village pour arriver à l’église Sainte Madeleine renommée pour ses peintures murales datant du 14ème et 16ème siècle. Elle est fermée et ce n’est qu’après un aller retour à la mairie pour récupérer la clé que nous pouvons découvrir les particularités et richesses de l’édifice.

Peintures de l’église du 13ème siècle de Pignol

Après la visite il est encore trop tôt pour le pique nique et sur ce point haut nous ressentons fortement les rafales de vent. Nous attendrons un lieu plus abrité. Belle surprise à la sortie du village, où des légumes d’été, tomates, poivrons, aubergines sont encore bien présents dans un jardin. Le chemin passant dans le bois du Cheix Blanc étant fermé pour cause de travaux forestiers, je modifie le parcours pour arriver, sans passer par le Pont de la Pendue, à la D 225.

Après le pique nique pris confortablement assis sur le parapet du pont franchissant le ruisseau de Pignols nous empruntons une petite sente le longeant pour retrouver le chemin qui nous permettra de passer à l’est du Puy des Gardelles. Au Fayet, le ciel se découvre et le soleil fait une timide apparition.Deux broutards de race Salers, échappés du pré voisin où paissent leurs congénères, nous regardent passer. Pourvu qu’ils ne veuillent pas nous suivre comme le font quelquefois les chiens rencontrés ! Pas de risque, avec le «sautadou» assez remarquable, construit avec des petites branches de robinier faux acacia, disent les connaisseurs, qu’il faut utiliser pour passer la clôture.


Après de beaux chemins, une petite sente nous remonte sur Font Merle où l’on retrouve un chemin en courbe de niveau qui va nous conduire jusqu’au col de la Croix des Gardes. En cours de chemin, questionnement au sujet d’une borne en granit positionnée sur le bord et dénommée «Borne Nampeau». Personne n’a la réponse et même les recherches ultérieures ne me permettent pas d’en préciser la signification.

Au col, le ciel est à nouveau bien sombre et laisse échapper quelques gouttes. Mais l’averse est de très courte durée et la descente sur Foncrépon s’effectue au sec. On traverse le village aux belles maisons de pierre pour emprunter le chemin de l’abbaye (pour information l’abbaye du Bouschet où nous ne passerons pas), et au niveau du ruisseau de la Palle, remontons sur Yronde. Le ciel toujours très chargé sur la chaîne des puys laisse supposer que le temps y a été beaucoup moins clément que sur notre parcours. Merci à tous de votre présence et des distributions de gâteaux et friandises après le pique nique et à l’arrivée.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 30/10/2022 SUD CLERMONT- FD – Veyre-Monton

Date : 30/10/2022
Animateur : Yves
Nombre de participants :12 animateur compris (9 F, 3 H)
Météo : Ciel dégagé, température douce, légère brise sur les hauteurs
Distance : 22 km
Dénivelé : 700 m
Durée : 7h15 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 40 km pour 2 véhicules et un véhicule sur place
Préparation et rédaction : 2h30

ITINERAIRE : Parking du Crest, Monton, Veyre, Soulasse, Corent, Les Martres de Veyre, Le Cendre, Orcet, Retour Parking.

Une fois n’est pas coutume, et problème de carburant aidant, ce matin nous partons du parking de covoiturage du Crest. Plusieurs objectifs pour cette journée, le premier d’un blanc immaculé se distingue à peine devant nous, déjà enveloppé par un beau soleil matinal, car il n’est que 8h30. Nous avons reculé nos montres d’une heure cette nuit, mais les astres n’ont pas varié la leur. Nous nous dirigeons donc vers le Puy de Monton, célèbre par sa vierge.
Passé l’autoroute, petite information sur les mégalithes découverts lors de l’élargissement de celle-ci. Alignement d’une trentaine de menhirs de 1m à 1.60 m de haut sur 150 m de long, un des plus important du centre de la France. Malheureusement afin de ne pas retarder les travaux, ils ont été retirés et transportés en lieu sûr, aucun panneau ne confirme les fouilles, dommage !
La pente s’accélère rapidement pour arriver au pied du puy, constitué de blocs de basalte consolidés par du tuf lors d’une phase éruptive des Monts Dore. Creusé dans la falaise un site troglodyte, composé d’une soixantaine de cavités renforcées par des murs de soutènement, fut occupé de la fin du Moyen Age jusqu’au début du 20°siècle. Suite à des éboulements l’accès est interdit actuellement. Nous l’apercevrons lors du passage en bordure du village.

Grottes troglodytes

Petit bout de hors-piste en pleine pente pour atteindre le sommet surmonté de cette impressionnante Vierge à l’enfant de 14 m de haut posée sur une petite chapelle servant de piédestal. L’ensemble mesurant 21 m pour un poids de 220 tonnes. Sa hauteur en fait la quatrième plus haute de France, sculptée par Aristide Belloc dans des blocs de pierre de Beaucaire de 1864 à 1869. Depuis son inauguration en 1869 a  lieu, chaque année fin août, un pèlerinage. Le canon Prussien à ses pieds surprend un peu, mais une plaque nous explique sa raison d’être.
​Il souffle une légère brise. mais la douceur est bien là. La vue à 360°, malgré notre faible altitude 585 m est très lumineuse à l’horizon, la table d’orientation également à 360° nous aide à identifier les éléments caractéristiques du panorama.

Vierge de Monton

Rencontre fortuite avec une association, qui dresse des chiens pour la recherche de personnes, en opération d’entrainement ce matin sur le puy et dans le village en contre bas. A la sortie du village, interrogation à l’approche d’un étrange animal fait de bois et de paille, tout le monde donne sa version, pour certains un lama (!!!), pour d’autres, un escargot et pour tous  c’est bien un hôtel à insectes.

Hôtel à insectes


Direction la réserve naturelle du Puy de Marmant que nous traversons avant d’arriver à Veyre. Nous sommes au sud de Clermont-Fd où beaucoup de villages ont connu une activité viticole importante avant l’arrivée du phylloxéra, cela a permis au département d’être à cette époque le 3e département viticole de France. Une cave coopérative « La Cave St Verny », seule du département, est encore présente à Veyre.

Descente du Puy de Marmant

Nous traversons la Veyre, ruisseau qui a donné son nom au village, et nous voilà partis à l’assaut du plateau de Corent. La montée est assez pentue jusqu’à Soulasse et un petit coup de rein nous permet d’arriver sur ce grand plateau. De nombreuses reconstitutions, au regard des fouilles effectuées, nous confirment qu’ici au néolithique l’oppidum était la capitale des Arvernes. Nous nous approchons au bord de la falaise pour découvrir les méandres de l’Allier et nous entamons la descente sur Corent. Village connu pour son vin rosé, de cépage gamay, répertorié Côtes d’Auvergne AOC.

Oppidum de Corent

Dégringolade des Côtes Blanches avec l’Allier en toile de fond. Nous traversons l’extrémité sud-est des Martres de Veyre, pour nous approcher de l’Allier, où nous prenons dans un petit coin champêtre, presque les pieds dans l’eau, notre pause méridienne sous un soleil étincellent bercé par un léger clapotis. Pique-nique fini, nous repartons en longeant la rivière sur quelques mètres, pour découvrir une des nombreuses sources minérales naturelles qui se situent sur la commune : « La Font de Bleix », légèrement gazeuse, non ferrugineuse au débit peu important mais régulier. Elle sort à mi falaise, à quelques mètres au-dessus du niveau de l’Allier, plus ou moins cachée, entourée de mousse pétrifiée, dont le trop plein s’épanche dans la rivière.

Source La Font de Bleix

Nous remontons plusieurs petites marches en bois et terre pour nous éloigner un peu du bord de l’eau. Nous longeons encore quelque peu la rivière, avant de la quitter définitivement, pour traverser Les Martres de Veyre en direction des Hauts de Chamblade au pied du Puy de Tobize. Le chemin grimpe fortement pour arriver au Puy de la Pierre. Entre ce dernier et le Puy de la Chèvre nous sommes entourés de vignes remarquablement entretenues et de vergers un peu délaissés. Nous poursuivons nos montagnes russes par le Puy de Marmant, deuxième de la journée, mais sur la commune du Cendre celui-là, utilisé comme pente école de parapente. Etonnant d’avoir deux puys au nom identique à 4 km l’un de l’autre !
Après une descente escarpée, cap sud-ouest en pente douce vers Orcet pour rencontrer l’Auzon, ruisseau paisible, et le remonter partiellement. Contournement de l’étang des Pèdes où plusieurs pécheurs taquinent le poisson. Avant de repasser sous l’autoroute, nous marchons à proximité du Domaine du Val d’Auzon réputé pour son cabaret « Le Garden Palace » et traversons le golf de 18 trous sans prétention, animé par des golfeurs qui s’adonnent à leur passion.
La buse métallique passée, il nous reste un dernier effort pour grimper à la Garde d’où l’on domine le parking, on se laisse glisser tranquillement et nous voici aux voitures.
Malgré que ces différents puys ne soient pas très hauts, nous aurons quand même effectué 700 m de dénivelé positif tout en restant dans la partie basse de la métropole, le tout agrémenté de curiosités variées.