Jeu 29/10/2020 Pays coupés Pont de Rognon

Animateur : Mady
Nombre de participants : 18 animatrice comprise (9F, 9H)
Météo : beau temps automnal, ciel dégagé, température douce.
Distance : 25 km
Dénivelé : 900m de denivelé positif
Durée : 7h30
Classement Atlas : moyen (annoncée facile mais reclassée le dénivelé dépassant 800m)

ITINERAIRE : Pont de Rognon, Ravin de Quinsat, Thones le Vieux, Lenteuge, Plateau de Champille, Lambre, St Nectaire, Farges, Thones le Jeune, Grandeyrolles, Pont de Rognon. 

pho10.jpg

Le départ du Pont de Rognon près de la Couze Chambon et la remontée du ravin de Quinsat nous permet d’être immédiatement dans une nature calme. Après plusieurs traversées du ruisseau grâce à des petites passerelles de bois nous arrivons près d’une source d’eau salée. La terre rouge de la petite construction qui l’abrite laisse à penser qu’il s’agit d’une eau ferrugineuse. Quelques courageux font l’effort de se baisser pour l’atteindre afin de la goûter. Confirmation est donnée !

pho40.jpg
pho50.JPG

Le chemin s’éloigne du ruisseau pour suivre un cheminement un peu plus escarpé toujours dans la forêt. Le passage à Thones le Vieux permet d’évoquer les grottes situées au dessus du village et dans lesquelles des objets datant du paléolithique ont été découverts lors de fouilles. Le paysage est plus ouvert et nous apercevons sur notre droite le plateau de la Pinière et le village de Chazous. Plus loin c’est Olloix et le Puy de même nom. Mais brusquement fin du chemin. Une barrière nous interdit l’accès à un pré où paissent encore quelques vaches. Nous bifurquons sur la gauche pour essayer de le retrouver plus loin. Après avoir joué les sangliers au milieu de broussailles, passer au-dessus et en-dessous de barbelés nous le retrouvons enfin. Il nous conduit jusqu’à Lenteuge. Sur le plateau de Champille ,nouvelle interruption du chemin, un peu de hors piste s’impose encore. Mais il sera plus facile que le précédent car il s’agit essentiellement après un barbelé et un petit bois, de traverser des prés pour arriver à Lambre. Après St Nectaire direction plein est pour Farges, puis descente vers Thones le jeune en passant sous les puys des Parots et de Tomba. Belle vue sur les plateaux et sommets environnants au sud et à l’ouest qui sont toutefois cachés sous de noirs nuages. En altitude le temps n’est pas aussi clément. 

A Grandeyrolles petit arrêt à l‘église romane Saint Loup, datant de la fin du xi siècle, De l’extérieur nous pouvons admirer sa belle couverture en lauzes  refaite en 2002 et son clocher à peigne puis l’intérieur grâce à une habitante du village qui en ouvre la porte. Nous sommes près de l’arrivée, nous surplombons la vallée où coule la Couze Chambon, la Tour de Rognon vestige d’un château en bois du XII siècle avant de finir de descendre sur notre point de départ. Nous nous quittons contents d’avoir pu profiter d’une belle journée de grand air et en espérant pouvoir nous retrouver bientôt sur les chemins !

pho20.jpg
pho30.jpg

Petit complément pour ceux qui s’interrogeaient sur l’appellation pays coupés :

« La commune de Grandeyrolles, dont le bourg est situé sur le flanc du Puy de Grandeyrolles, se trouve dans ce que les géographes appellent les pays coupés, c’est-à-dire ceux qui font la jonction entre la riche plaine de la Limagne et les montagnes d’origine volcanique de la chaîne des Puys et des Dores (Puy de Dôme, Puy de Sancy,…).»

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

Dim 25/10/2020 Sancy Capucin

Animateur : Michel D.
Nombre de participants : 12 animateur compris   (9F,3H)
Météo : beau le matin pluie après 13h45
Dénivelé : 1070m
Durée : 6h30
Classement Atlas : Moyen  

Itinéraire : PC 1313 Col de la croix st Robert, parking auto, haut grande cascade 1319m, plateau de Durbise , haut des Egravats, descente sur le Fiz Roy, station du Mont Dore, les Longes, chemin des médecins puis sente pour remonter sur le plateau du Capucin, repas de midi a l’ancien téléphérique de la carrière du Capucin, direction montagne de Bozat, descente au site des pierres gravées des bergers, salon du Capucin, le Mont Dore, remontée sur la grande Cascade, retour au voitures.  

pho20.jpg

Une randonnée à thème “découvrir le site des  pierres gravées des Bergers”. Au départ du col de la croix st Robert, par un beau soleil d’automne, nous sommes descendus par une petite sente de montagne sur le Fiz Roy, non pas en Argentine mais bien en Auvergne. Malheureusement le site de cet hôtel 3 *** et en ruine, quel dommage. Après le passage aux Longes, nous remontons par une sente de montagne comme on aime au plateau du Capucin. Pause de midi à l’ancien téléphérique de la carrière du Capucin, puis départ pour les pierres gravées, mais la pluie nous a attrapés plus tôt que prévu. Découverte des pierres avec un ravissement du groupe qui n’avait aucune connaissance de ce lieu. Puis descente au Mont Dore suivi d’une belle remontée à la grande cascade. Une rando qui a ravi énormément tous les présents, avec les passages  très appréciés des sentes de montagne et surtout la découverte du site des pierres gravées.   

pho10.jpg
pho30.jpg

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 22/10/2020 Livradois Forez Escoutoux

Animateur : Yves
Nombre de participants :  15 animateur compris ( 7 F, 8 H)
Météo : Couvert et nuageux
Distance : 23 Km 
Dénivelé : 850 Mètres
Durée : 7 H pauses comprises
Classement Atlas : Facile, reclassée moyenne cause dénivelé et un peu de hors piste.
 

ITINERAIRE :Escoutoux, La Baconie, Ferrier, Carton, Château de Montguerlhe, La Croix des Quatres Chemins, La Vacherie, Ste Agathe, Le Pommier, Barry, Le Besset, Louchamp, La Bunie, PC 515, PC 442, Grand Cognet, La croix de Pierre, Escoutoux.

pho10.jpg
pho20.jpg

Aujourd’hui après le passage de la tempête Barbara, qui a laissé des stigmates bien visibles dans les forêts nous allons parcourir un secteur du Forez à partir d’ Escoutoux. Le sol est jonché de feuilles, de branches, et nous chevaucherons quelques troncs qui  obstruaient les chemins.
Des le contournement de l’église gothique St Sulpice le pieux, parée de magnifiques vitraux, le sentier s’élève avec une forte pente, ce qui sera notre échauffement. Le temps est couvert, nuageux, nous pensons que nous le garderons toute la journée. Entre sentes et chemins un peu plus marqués, nous continuons de grimper pour nous rapprocher du point culminant de la journée, les ruines du Château de Montguerlhe. Un peu de recherche en hors piste pour découvrir les fameuses ruines blotties dans la végétation et comme souvent malheureusement pas indiquées ni mises en valeur. Ces ruines sont les vestiges d’un château fort, à triple enceintes, du Seigneur de Thiers, datant du 11°S qui fut actif jusqu’au 16 °S. Après la révolution il devient carrière de pierres pour les villages environnants ce qui explique les restes très succincts encore présents. Montguerlhe, voulant dire ” Le mont d’où l’on peut guetter “, se situait sur la route du fer, du Dauphiné à Thiers, d’où son importance à l’époque.

pho30.jpg
pho40.jpg

Descente par la Croix des Quatre Chemins pour rejoindre la Vacherie. petit allez retour en pleines fougères pour entrevoir le château de Vaulx maison bourgeoise hier, chambre d’hôtes cossue aujourd’hui. Sur notre gauche le Roc Blanc et la Grun de Chignore nous dévoilent leurs robes  d’automne aux couleurs chamarrées. Nous voici à Ste Agathe pour un pique-nique un peu venté. Poursuite en direction de Le Besset, à partir de là le parcours se gâte un peu car les forestiers comme à l’accoutumée ont détruit les petits sentiers pour les transformer en pistes forestières chaotiques, ondulées, bien encombrées et peu stabilisées. Après un gymkhana entre troncs, branches, terre meuble et pentes raides, nous finirons par atteindre le ruisseau des Roches, que nous traverserons sur une minuscule passerelle, avant de remonter sur le Grand Cognet. Toutes ses péripéties nous ont augmenté le dénivelé prévu.

Redescente sur le ruisseau des Vergnières que nous enjamberons allègrement. Dernière petite côte à proximité du château de Maubec avant d’effectuer les trois derniers kilomètres qui nous ramèneront au départ.
Comme pressenti le matin le temps sera resté couvert avec une température douce, seules quelques gouttes nous ont effleuré par moment ainsi que des rafales qui nous ont taquiné de-ci de-là.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 18/10/2020 Entre Combraille et Limagne Artonne

Animateur : Yves
Nombre de participants :  10 animateur compris ( 6 F, 4 H)
Météo : Journée ensoleillée.
Distance : 25 Km 
Dénivelé : 510 Mètres
Durée : 6 H 15 mn pauses comprises
Classement Atlas : Facile
ITINERAIRE :St Myon, Montclar, PC 358, Artonne, Glénat, Bens, Château de la Roche, Chaptuzat, Château des Bérangers, Chaptuzat Haut, PC 510, PC 525, PC 500, PC 460, Croix des Rameaux, St Myon.

pho10.jpg
pho20.jpg

Le secteur vallonné, entre Combrailles et Limagne ou plus précisément entre l’ancienne RN 9 et l’autoroute, peu fréquenté par Atlas n’est pas inintéressant, c’est ce que nous allons découvrir aujourd’hui.
Nous partons de St Myon traversé par la Morge où plusieurs sources minérales gazeuses en ont fait la réputation. Sources très renommées au 17°S,  dont certaines ont été exploitées jusqu’aux années 50. Au retour nous nous arrêterons à la source Desaix, la seule ayant conservé son autorisation, où nous pourrons apprécier le pétillant de son eau.

Nous contournons le village entre de grands champs labourés pour rejoindre Artonne ancien bourg fortifié où se dressent encore de belles demeures anciennes et rénovées, restes d’ une activité vigneronne importante. Passage devant de nombreuses fontaines avant de découvrir la collégiale romane St Martin. Montée au Puy St Jean où la vue sur la Chaîne des Puys, un peu dans la brume ce matin, nous laisse entrevoir une magnifique journée. Nous progressons sur le plateau de St Cirgues, traversons Glénat et Bens. Le soleil arrive nous allégeons les tenues.

pho30.jpg
pho40.jpg


Nous voilà devant le Château de la Roche, imposant avec ses deux tours qui encadrent l’entrée, mélange d’habitat médiéval et de Renaissance. Ici en 1503 est né Michel de L’Hospital, juriste, écrivain, poète, grande figure Auvergnate du 16°S. Nommé chancelier de France en 1560 par François II, il fut le symbole d’une politique de conciliation et de pacification. Nous quittons le bois qui entoure le château pour descendre sur Chaptuzat dont les pierres blanches de ses constructions donnent à ce petit village une éclatante gaieté. Il est midi passé, les ventres réclament, nous nous approprierons un petit amphithéâtre créé par les marches de la mairie pour un pique-nique digne d’une belle journée estivale. Petite séance émotion, la mairie d’aujourd’hui a remplacé l’école primaire d’antan, Monique présente avec nous, se souvient avec nostalgie de ses premiers jours en tant qu’institutrice dans ce bâtiment.

pho50.JPG


Légère remontée sur le plateau des Carrières pour apprécier la vue à l’infini vers le nord avec Gannat en premier plan. Retour par le château des Bérangers, demeure Renaissance privée en pleine rénovation, avant de gagner Chaptuzat Haut. A partir de là, nous basculons coté ouest avec une vue sur St Agoulin, Combronde et au loin les contreforts des Combrailles. Les noyers qui jalonnaient le parcours, et qui ont laissé échapper leurs noix, auront fait le bonheur de certains à voir les sacs bien remplis. De grands chemins nous feront slalomer, entre champs de betteraves, maïs, et tournesols bien chétifs et pas encore récoltés. La Croix des rameaux sera le dernier point de vue avant de rejoindre St Myon.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 15/10/2020 Combrailles Chapdes-Beaufort

Animateur : Georges 
Nombre de participants : 20  ( 11 F et 9 H ) 
Distance : 21 kms 
Dénivelé : 550 ms 
Durée : 6h 30 
Classement Atlas : facile ( malgré un passage difficile ) 
Météo : Brouillard au départ et petite pluie en fin de journée avec une humidité toute la rando  

ITINERAIRE : Chapdes-Beaufort, le Cheix, les Barras, Trimoulet, Montfermy, bord de Sioule jusqu’aux Fayots, Triolet, Moulin de Mazière, retour à Chapdes-Beaufort.   

pho10.jpg
pho20.jpg

Chapdes-Beaufort, point de départ de notre rando aujourd’hui, avec comme invité surprise le brouillard, direction plein sud pour rejoindre la vallée de la Sioule toute proche et le GR 4. Avant le village de Montfermy, nous quittons provisoirement le GR 4 pour emprunter une sente très aérienne sur une arête rocheuse pour rejoindre une croix au dessus du village. Certains passages s’apparentaient plus à de l’escalade que de la rando, la roche humide ne facilitant pas la progression. Bravo à tout le groupe qui a rejoint la croix sans trop de difficultés. La descente à Montfermy ne fut qu’une simple formalité, le village est construit sur un éperon rocheux et c’est au pied de l’église st Léger que nous avons pris le pique-nique. Elle est classée aux monuments historiques depuis 1908, elle date du 12° siècle et possède de magnifiques fresques du 14° siècle, mises à jour lors de travaux au début des années 80. Heureusement l’église était ouverte, c’est assez rare pour le signaler.   

pho30.jpg

 Nous retrouvons le GR 4 et la cascade: sa particularité, c’est qu’elle n’est pas naturelle, elle fut créée par les bénédictins du prieuré local pour alimenter un moulin de productions d’huile et de farine, on distingue encore ses ruines. Après avoir longé la Sioule, nous quittons la vallée pour rejoindre le village de Trioley et le moulin de Mazière et retour à Chapdes-Beaufort sous une petite pluie fine. Merci à tous et à bientôt sur de nouvelles sentes.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 11/10/2020 Montagne Bourbonnaise

ANIMATRICE : Christelle
CARTE IGN :     2629 E  et 2630E
NOMBRE PERSONNES : 14 Personnes animatrice incluse    9f  5h 
METEO :  Fraicheur, pluie , bruine, brouillard en première partie de journée et  éclaircies en fin de parcours
TERRAIN :  Humide mais pas trop de boue
DISTANCE : 20km  
DENIVELE :  490 m D+
DUREE :  6 heures pauses incluses
CLASSEMENT : Facile

ITINERAIRE : Départ stade de Saint Yorre direction NO rive gauche de l’Allier, à hauteur d’Abrest  passerelle de chemin de fer pour rejoindre le centre de la commune, PC 284, PC 397, Quinssat, les Jacquets, les Chaussins, les Baillons, PC 506, les Gays, la Côte, à hauteur du bois des Cous sente pour rejoindre le bois des 11 fusillés, cimetière de St Yorre, centre ville, pont sur l’Allier, retour aux voitures.

pho10.jpg

Saint Yorre, Vichy… nous voici au pays des villes d’eau… dans tous les sens du terme ! avec d’emblée une bonne averse pour nous accueillir sur le parking !

Nous rejoignons rapidement le bord de l’Allier en cheminant sur la nouvelle voie verte mise en service récemment. Elle permet de rejoindre le village médiéval de Billy. Nous ne pourrons pas prendre le temps d’une observation prolongée mais l’Allier est une rivière encore sauvage riche en faune où l’on trouve de nombreuses espèces.

Nous avons eu un beau point de vue sur la rivière en empruntant un passage aménagé sur le pont de chemin de fer. A  Abrest, nous entamons ensuite une montée au plateau des Hurlevents, pas de grandes rafales ce jour mais une brume épaisse qui nous empêchera de profiter du très beau panorama sur le Val d’Allier et la chaîne des Puys. Cette belle colline ensoleillée était jadis vouée aux cultures .Aujourd’hui disparues elles laissent la place aux broussailles où l’on peut notamment  trouver une bonne présence d’orchidées.

pho20.jpg
pho30.jpg

Nous avons ensuite cheminé entre  jolis petits vallons encaissés, plaines boisées et prairies avec de nombreux points de vue sur la Montagne bourbonnaise, le plateau du Vernet et sa tour de 95 mètres de haut. Passage devant le château des Chaussins construit au 15° siècle et en très bel état avec ses douves encore en eau.

Pique-nique avec petite dégustation d’eau de St Yorre, minérale pétillante dont la source a été découverte en 1850 par monsieur Larbaud (père de l’écrivain Valéry Larbaud) et nous repartons vite sous une bonne averse.

pho40.jpg

La descente vers St Yorre se fera avec de belles éclaircies qui permettront de profiter un peu plus du point de vue sur la plaine. Retour aux voitures où l’on aura juste le temps de grignoter une incontournable pastille de Vichy avant  le retour des averses (apparue en 1825 comme médicament pour la digestion elle est aujourd’hui une confiserie toujours appréciée). Merci à tous pour la bonne humeur et le bon rythme malgré cette météo maussade !!

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 08/10/2020 Artenes, Cros

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 23 animatrice comprise (13F, 10H)
Météo : couvert avec bruine intermittente le matin, belle éclaircie l’après midi, température douce
Distance : 25 km (open runner et GPS)
Dénivelé : 500 m de dénivelé positif (open runner et montre altimétrique)
Durée : 7h45 pauses comprises
Classement Atlas : facile

ITINERAIRE : Cros, Chistreix, Rochemave, Lacoste, Beth, Bois de Burols, Greloux, La Grangeoune, Précondat, Fouillat, Pont du Diable, Pont du Moulin des Anes, Sud Esparzeloux, Bois de la Gravière, Esplanchat, Cros

pho10.jpg
pho20.jpg

L’Artense dont le nom pourrait signifier « pays de l’ours » sera notre terrain de jeu ce jeudi. A cheval sur les départements du Puy de Dôme et du Cantal, ce plateau granitique héritage des glaciers du quaternaire, exposé à l’ouest, reçoit une forte pluviosité et l’eau y est abondante. Traversé par de nombreux ruisseaux et rivières, parsemé d’une multitude de lacs et d’étangs, la forêt y tient une place importante. Tout au long de notre parcours nous rencontrerons ce qui caractérise l’Artense : de nombreux blocs erratiques, des chemins très humides où s’écoulent pour certains les petits ruisseaux bien en eau suite aux dernières pluies mais aussi d’autres bien secs serpentant dans les belles forêts de hêtres ou de résineux ou entre des murets de pierre.

pho30.jpg
pho40.jpg

A l’entrée de Lacoste, nous aurons grâce à Michel toutes les explications nécessaires sur la tourbière annoncée par un panneau aux informations par ailleurs complètement effacées. Au passage près du parcours sportif de Bagnols pas de volontaires pour faire les exercices proposés, mais les assouplissements et étirements auront lieu un peu après Greloux pour passer des barbelés, le chemin devenu impraticable car envahi par les ronces et les arbustes. Nous découvrons au Pont du Diable sur la Tarentaine, une des rivières importantes de ce massif, de belles marmites et un peu plus loin rive gauche peu avant le Pont du Moulin des Anes, une ancienne construction en pierre qui amène beaucoup d’interrogations sur son utilité. C’est ensuite une belle remontée vers 2 petits étangs sous Esparzeloux. Une dernière traversée de forêt avec sauts de ruisseaux avant de retrouver un terrain plus découvert et nos voitures.

pho50.JPG

Au final nous n’avons pas rencontré d’ours, juste un petit écureuil traversant devant nous et quelques champignons pour la plupart non comestibles, fausses girolles, amanite tue mouches , sauf un magnifique cèpe de 1kg 200 trouvé par Michel.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 04/10/2020 Sancy Jassat et Besse

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 6 animateur compris ( 4  F, 2 H)
Météo : vent tempétueux et forte pluie jusqu’à midi puis fort vent sans pluie après 13h 
Distance : 26,5 Km 
Dénivelée : 850 Mètres
Durée : 7h05H  pauses comprises
Classement Atlas : Facile, reclassée en Moyenne

ITINERAIRE : Jassat, chemin des Queyres,  Courbanges, forêt de Courbanges, Leylavaux, Besse, Erissoux, puy des Prêtres, Le Verdier, les Côtes, St Victor la Rivière, près de Bessoles, tour du puy de Bessolles, bois de Rivaoire, Jassat

Petite rando a priori facile que les conditions météo ont rendu plus sportive surtout le matin. En effet, en débouchant sur le plateau de Courbanges après la belle montée du chemin des Queyres, nous sommes accueillis par un vent de tempête et une pluie qui nous fouette à l’horizontal. On ne devine quasiment rien des reliefs, la montagne de la Plate est invisible…. Il nous tarde de parvenir dans la forêt de Courbanges que nous voyons se dessiner progressivement. Une fois atteinte, elle nous accorde en effet une petite pause dans le programme “essorage” enclenché depuis 1 heure. Toute les bonnes choses ont un fin et il faut bien sortir du bois (!). Le froid qu’on avait presque oublié se manifeste pourtant au niveau des mains pour les quelques imprudents (comme moi) qui ne s’étaient pas munis de bons gants.

Je réfléchis d’ores et déjà à réduire la boucle si les conditions ne s’améliorent pas bientôt. Il est presque midi quand nous parvenons dans le hameau de Leylavaux. J’essaye de trouver l’agriculteur-trice pour obtenir la permission de nous abriter dans un bâtiment de la ferme. Le propriétaire nous autorise à rentrer dans une pièce du corp de ferme en plein travaux. Parmi les occupants occupés à casser des cloisons, je tombe sur un de  mes bons collègues de Michelin avec lequel j’ai partagé pas mal de déplacements et d’aventures asiatiques. Il est là pour aider son beau-frère (le propriétaire) qui n’est pas du tout agriculteur à restaurer la ferme récemment achetée. Belle parenthèse qui permet au groupe de se restaurer dans de bonne conditions. Un brasero allumé dans la cour permet de bien réchauffer les corps avant de reprendre notre route pour Besse.

Le point de vue des hauteurs nord sur la ville est inhabituel et il nous permet d’apprécier l’homogénéité du bâti et le dessin des murailles qui cernaient la ville. Gris des pierre bien mis en valeur par un franc rayon de soleil qui nous laisse entrevoir un mieux météorologique pour l’après-midi. Mais c’est toujours sous un fort vent que nous rejoignons St-Victor la Rivière. Question: où est la rivière ? En fait, le nom de la commune vient d’une déformation de “ribeire” qui signifie terrain plat… Entre le Breuil et St Victor, le département a contribué à l’installation d’un parcours géologique en 8 stations. Nous lisons sur deux d’entre elles le matériel pédagogique très informatif et didactique qui explique les pierres / forme du terrain à proximité immédiate. C’est très concret et bien illustré et devrait séduire les randonneurs de passage intéressé par l’origine des paysages traversés.

Jassat se rapproche et il est relativement tôt: pour compenser la réduction de la boucle autour de Besse, je propose au groupe de faire le tour du puy de Bessolles qui s’élève juste au-dessus de nous… Sans en avoir l’air, ce tour nous fait dépasser les 25 km annoncé et m’oblige à reclasser la rando en “moyenne”. Finalement, tous les participants n’ont pas regretté d’avoir bravé le mauvais temps qui n’a duré que 3 heures et qui a permis de vérifier l’efficacité des matériels.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 01/10/2020 Val d’Allier St Georges sur Allier

Animateur : Yves
Nombre de participants : 13 animateur compris ( 5  F, 8 H)
Météo : Averses en matinée, éclaircies et soleil l’après midi
Distance : 25 Km 
Dénivelé : 900 Mètres
Durée : 8H  pauses comprises
Classement Atlas : Facile reclassée en moyenne

ITINERAIRE : Pérignat sur Allier, Lignat, Saint Georges sur Allier, Montfoulhoux, Puy de Saint André, Busséol, Puy Saint Romain, Mirefleurs, Pérignat sur Allier.

pho10.jpg
pho20.jpg

Départ de Pérignat sur Allier, auto proclamée en 1999 Capitale Mondiale de l’Epouvantail. Arrêt devant l’église où, en Août 1674, Jean Canoy le sacristain de l’époque a été foudroyé en sonnant les cloches. Passage sous la porte vestige d’une enceinte fortifiée. Petit détour par le bois de Lachat pour un recueillement devant le monument où, le 15 juin 1944, 10 jeunes résistants ont été fusillés par des militaires allemands. L’un d’eux, Max Cyprien, par miracle, n’ayant été que blessé, fut sauvé par une chaine de solidarité entre habitants. Daniel , présent avec nous aujourd’hui, qui l’a bien connu en tant que collègue de travail, nous a certifié la véracité de cette lâche fusillade. 

La pluie arrive, nous l’attendions plus tard vers la mi-journée. Une fois équipés, nous repartons direction Lignat. Nous contournons le Puy marmo-calcaire de Fontanay pour découvrir le château éponyme du 17°S et ses jardins à l’anglaise du 19°. Nous sommes dans un ancien village vigneron et de magnifiques vignes bien entretenues peuplent encore les coteaux sud. Petit aller/retour à la Gargoullière, geyser d’eau ferrugineuse que nous ne verrons pas s’élever malgré notre attente.  

pho30.jpg
pho40.jpg


Jusque là, nous marchions dans la plaine, à partir de maintenant nous entamons le dénivelé pour atteindre Saint Georges où nous remarquerons le porche sculpté de l’église gothique. Les averses se succèdent plus ou moins vigoureuses et nous accompagneront jusqu’au Montfoulhoux. Le ciel  a l’air de s’éclaircir à l’ouest. D’en haut, quelques trouées dans les nuages nous permettent de découvrir les alentours et la Chaine des Puys. La pluie cesse, pique-nique à l’abri du vent dans une végétation luxuriante. 

Mon but suivant était de rejoindre le pied des falaises du Puy Saint André, le chemin se perd, nous suivons par erreur une pente fortement inclinée qui malheureusement nous conduira au sommet. C’est ici que la randonnée est passée de facile à moyenne ! Nous retrouvons un sentier qui se dirige vers les falaises car le hors piste sur les rochers : “mission impossible ! ” Nous voici enfin au pied où, dans les années 70, une carrière de basalte occupait les lieux. 
Descente sur Busséol, célèbre pour son château du 12°S , qui reçut la visite du Pape Alexandre III et de nombreux Rois de France. Il permit à Catherine de Médicis et à la Reine Margot de porter le titre de “Dames de Busséol”. Propriété de la famille Houlier depuis 1966, le château a été lauréat de l’émission “Chef d’œuvre en péril” en 1970. Après quelques dernières gouttes, le soleil et le ciel bleu sont revenus.

pho50.JPG


Le groupe quitte Busséol gaillardement pour attaquer “l’Everest des Limagnes ” : le Puy Saint Romain qui sera vaincu rapidement. Quel 360° magnifique ! Le temps est transformé, on n’aurait pas parié cela ce matin. Nous apercevons même quelques petites taches blanches sur le Sancy. Ce qui chagrine certains, c’est que l’on ne distingue pas le casque de Gergovie car la luminosité de l’heure le laisse dans l’ombre ! Petite hésitation pour reprendre, ( mais nous finirons par le trouver !), le sentier qui nous conduira à Mirefleurs. Arrivés en haut du village, à proximité de nous se trouve le château de Chalendrat, demeure principale de Georges Onslow, compositeur célèbre de musique de chambre pour cordes né à Clermont Ferrand et enterré au cimetière des Carmes. 

Notre parcours se poursuit par la Roche Noire, au pied des falaises de lave noire consolidées suite à l’éboulement rocheux de 2005, et le long des sablières pour regagner Pérignat. La journée a été bien plus belle que prévu. Satisfaction et surprise de tous lors de l’annonce de la distance et du dénivelé car ils ont été accomplis sans que l’on s’en rende compte.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 27/09/2020 Chaîne des puys Royat

Animateur : Mady
Nombre de participants : 8 animatrice comprise (6F, 2H)
Météo : Pluie en continu et températures fraîches.
Distance : 21,500 km (open runner)
Dénivelé : 600 m (open runner)
Durée : 6h pauses comprises
Classement Atlas : facile

ITINERAIRE : Cimetière de Royat, Rocher du Salut, Charade, Manson, contournement du puy de Manson par est et nord, contournement du Puy de Marmoison, traversée D942, Péage, gare du train du Puy de Dôme, c, La Font de l’Arbre, Fontanas, chemin des crêtes, Royat. 

 Il pleut au départ. Bien encapuchonnés nous voilà partis sur le chemin de la Pauze pour gagner d’abord le Rocher du Salut où on ne s’attarde pas trop à contempler la vallée avant d’arriver à Charade. Par un temps pareil, pas un joueur sur le golf ! On poursuit en direction de Manson et arrivons sur la D 90 par un petit chemin très agréable. Il faut ensuite longer le bord de route pour prendre le chemin qui passe sous le puy de Manson. Ma proposition de pousser jusqu’à la Chapelle St Aubin ne rencontrant pas de succès, tout le monde préférant rester à l’abri des arbres, je me contente de rappeler qu’il y aurait là une source miraculeuse qui aurait en autres vertus celle de soigner les problèmes oculaires et la propriété de renforcer l’amour. Au moment d’emprunter le chemin qui contourne le puy de Marmoison, nous rencontrons un autre courageux, qui effectue son jogging en solitaire. Il fera partie des rares rencontres de ce jour avec 4 ou 5 marcheuses de nordique sur le chemin des Gouris et 2 promeneuses un peu plus bas.

Il pleut toujours, le vent souffle en rafales et comme nous arrivons près de la gare du train du Puy de Dôme je demande l’autorisation de pique niquer à l’intérieur ce qui nous est gentiment accordé. Nous repartons revigorés par cette pause au chaud et au sec. C’est maintenant la descente par le chemin de la Roche Pertuisade vers la Font de l’Arbre et Fontanas puis le chemin des crêtes pour arriver à Royat. Une randonnée dans la bonne humeur malgré ces mauvaises conditions météo.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o