Sam 27/11/2021 Marche sportive Volvic

Animateur : Sébastien
Lieu : Chaîne des Dômes, secteur Volvic
Terrain : enneigé, verglacé par endroits
Météo : nuageux, petit blizzard vers Plauzat, températures fraîches
Kilométrage : 3 voitures avec une moyenne de 30 km AR

Nombre de participants : 5 animateur compris (2F, 3H)
Distance : 22 km
Durée : 3h21 de déplacement, 2 pauses de 5 mn comprises, pour un objectif de 3h35

Itinéraire : Parc des Sources de Volvic, Les Goulots, contournement sud et ouest du Puy de Paugnat, contournement sud et ouest du Puy de Verrières, Manoir de Veygoux, Charbonnières-les-Varennes, Croix de Saint-Priest, Tournoël, Parc des Sources

Observations : Déplacement dynamique en dépit d’un terrain parfois délicat.

Je pense avoir fait une erreur d’orientation vers le Puy de Verrières, ce qui a raccourci le parcours d’un kilomètre. Au vu de notre rythme de progression, l’objectif aurait également été rempli avec ce kilomètre supplémentaire.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 25/11/2021 Le Lembronnais La vallée des Saints

Animateur : Liliane
Nombre de participants : 16 animateur compris (7 F, 9 H)
Météo : Humide, températures basses, plafond un peu bas et brouillard sur la fin de la rando Terrain : chemins humides et assez boueux par endroit
Distance : 22 km Dénivelé : 750 m Durée : 7 heures comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 110 X 2 et 80 X 2 soit 380 kms, une voiture sur place

ITINERAIRE : Chalus, Boudes, la Vallée des Saints (Les Saints et cirque des Mottes), Source de Bard, croisement de Charmaix Haut et Charmaix Bas, St Hérent, Les Granges, Villeneuve-Lembron, Chapelle Ste Madeleine, Chalus.

Les cheminées de fée

C’est du côté de la Vallée des Saints, dans le lembronnais que je choisis de conduire le groupe pour ma première rando en tant qu’animatrice dans l’association. Nous partons de Chalus, et c‘est une pluie fine qui nous accompagne sur le chemin bordé de vignes jusqu’à Boudes. Dans ce très joli village de vignerons, dont l’architecture date de l’époque médiéval, nous prenons le temps de contempler son église Saint Loup classée monument historique. Puis nous nous engageons sur le sentier qui va nous mener à La Valée des Saints, appelé aussi le « Colorado Auvergnat ». Et malgré la grisaille nous pouvons admirer les cheminées de fées qui se sont formées au cours du temps, érodées par l’eau et le vent, ainsi que le cirque des Mottes. Et même sans le soleil, le paysage est d’une beauté toute particulière dans ce décor de far-west avec ces couleurs d’automne. Nous reprenons notre chemin et faisons une halte à la source de Bard, source aux eaux rouges datant de l’époque romaine et découverte en 1882 par Michel Auger. C’est à Saint Hérent , magnifique petit village situé sur un éperon rocher que nous nous installons pour déjeuner. Nous prenons ainsi le temps d’apprécier ce site, composé du cimetière et de l’église Sainte Claire (édifice roman), ce beau site qui épouse la forme du rocher.

Les mottes

Après avoir déjeuné et savouré des gourmandises offertes par certains, nous reprenons notre rando jusqu’à Villeneuve- Lembron. Nous nous attardons devant le château imposant et l’église remarquable par son clocher.

La source de Bard

Sur notre dernière étape jusqu’à Chalus, nous faisons une halte à la Chapelle Sainte Madeleine qui a été la première église paroissiale de Chalus. Elle est dépourvue de clocher, les pierres ayant servi à construire le clocher de l’église actuelle de Chalus. Mais le brouillard commence à tomber, nous prenons le chemin en balcon qui monte au village, jusqu’au château qui nous accueille dans ce décor brumeux. Notre périple est terminé mais malgré la grisaille et le froid, c’est dans une ambiance très amicale et conviviale que nous dégustons une délicieuse terrine et un très bon cidre (tout fait maison !). Un grand merci à Jean-Louis de son attention et de nous avoir offert ce goûter. C’était donc une première pour moi. Aussi, je vous remercie tous pour votre accueil, votre sympathie et votre bonne humeur.

La chapelle Ste Madeleine

Remarque : Bienvenue à Odette pour son retour parmi nous.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 21/11/2021 Allier Valignat

Animateur :    Christelle
Nombre de participants :  10 personnes 6 F 4 H
Météo : Vague éclaircie au départ puis ciel bas, brouillard et température basse le reste de la journée
Terrain :   Marneux, gras surtout en forêt (ornières)

Distance :  21 km   
Dénivelé :  400 m
Durée : 6h25
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 104 km x 2 soit 208 km

ITINERAIRE : Valignat, Veauce, portion GRP du Val de Sioule, avant la stèle direction Nord vers le PC 499, D180, Le Bray, Boussat, Les Bavins, La Roussille, Chassat, Bois Jaumal, Chassat, Bellenaves par le GRP,la Presle, PC 368 et 418, Valignat.

Découverte sympathique d’un secteur de l’Allier où nous allons peu souvent et où patrimoine bâti et beautés naturelles se côtoient dans l’atmosphère paisible de jolis petits villages !

Nous entamons notre marche sous un faible rayon de soleil qui éclaire une belle vue sur une mer de nuages dans la plaine et les collines environnantes.Par beau temps le panorama porte jusqu’au Livradois et la montagne bourbonnaise

Première curiosité avec le château de Veauce ,construction d’aspect un peu hétéroclite car des rajouts plus récents ont été faits à la partie médiévale.

Le site est connu par les amateurs du paranormal car son ancien propriétaire , Ephraïm Tagori de la Tour disait avoir la visite régulière du fantôme d’une certaine Lucie.Vers les années 1560, cette jeune servante dont était amoureux le baron de l’époque mourût dans un cachot où elle avait été enfermée par l’épouse jalouse et dès le lendemain les villageois disent avoir vu une silhouette lui ressemblant apparaître en haut d’une des tours.Le baron dit l’avoir vu de multiples fois.

En 1984, Jean-Yves Casgha, animateur de l’émission Boulevard de l’étrange sur France Inter est venu sur place avec son équipe et un médium .Ils y assisteront à une apparition étrange et déroutante … clichés et bandes sonores semblent démontrer une présence ..sans preuve scientifique réelle…je vous laisse faire votre opinion !!

Avec le brouillard, c’est dans une ambiance justement fantômatique que nous entrons dans le bois de Veauce porte d’entrée de la forêt des Colettes, beau royaume de 2000 hectares où dominent les hêtres et les chênes. En des temps plus reculés ,elle était peuplée de bûcherons, fendeurs, sabotiers qui logeaient sur place. C’était aussi la cachette de nombreux déserteurs et contrebandiers (pour contrer la haute gabelle, le trafic du sel entre Auvergne et Bourbonnais battait son plein).Ce dimanche, tout est paisible (ouf pas de chasseurs) et quelques belles couleurs automnales sont encore présentes. Jean-Michel nous explique le phénomène de loupe, ces grosses déformations que l’on peut voir sur certains troncs d’arbres.

Nous traversons plusieurs hameaux où l’on trouve fréquemment de grandes bâtisses témoins de l’opulence des barons et seigneurs qui résidaient dans le secteur.

Après une pause repas un peu fraiche mais bien installés sur un grand tronc couché au bord d’un pré, nous repartons d’un bon pas pour nous réchauffer, passage près de l’étang de la Roussille, joli site qui ,auréolé de brume, a pris une allure de petit lac irlandais .

Etape suivante avec la table panoramique du puy de Mamin qui surplombe la commune de Bellenaves.Le brouillard se trouvant bien avec nous , il faudra revenir pour apprécier les grands horizons qu’il cache !! on le repère de loin avec sa vierge, Notre Dame de la Défense, érigée en 1895 suite à un vœu du curé de la paroisse.

Puis nous descendons vers Bellenaves , objectif la visite du parc du beau château qui a été racheté en 1979 par le grand reporter d’Europe 1 Philippe Alfonsi. Dommage, nous trouvons porte close(en fait les visites ne se font qu’en été) mais la chance est avec nous car monsieur Alfonsi et sa compagne , la princesse russe Schirinsky-Schikmatoff sortent à cet instant et acceptent de nous faire entrer !!

Nous découvrons donc le très beau parc et d’imposants bâtiments flanqués de belles tours.Madame nous raconte quelques épisodes de leur épique installation , époque où le bâtiment était en piteux état et où ils allaient faire leur toilettes à la douche municipale .Ils ont beaucoup investi pendant toutes ces années pour redonner vie à ce bel endroit. Nous promettons de revenir pour faire la visite des intérieurs et les remerciont vivement de nous avoir gentiment accueilli !

Nous prenons le chemin du retour en suivant un moment la voie ferrée qui permet de rallier Riom et entamons la côte qui nous ramène à notre point de départ histoire de faire quand même un peu de dénivelée !

Merci à tous pour cette journée dynamique et conviviale

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 18/11/2021 Au pays des Couzes Cotteuges

Animateur : Georges
Nombre de participants : 19 ( 10 f et 9 h )
Météo :  ciel couvert avec un peu de brouillard en matinée, soleil l’après-midi
Terrain : gras par endroit
Distance : 20 km
Dénivelé : 800 m
Durée : 7h pause comprise
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 94 km pour 2 voitures et 44 pour 2 autres (2 voitures sur place ) soit 276 km

ITINERAIRE : départ de Cotteuge, Bessolle, Chananeille, Le Fayet, Chevalière, pic St Pierre, Lomprat, Cotteuge.

C’est sous un ciel bas que nous commençons cette rando au départ de Cotteuge. Le but est de rejoindre le plateau de la Jarrigue en passant par les villages de Chananeille et le Fayet. Le soleil nous rejoint sur le plateau, d’où nous apercevons la vallée de la Couze Valbeleix. Depuis le village de Fayet nous entamons la descente dans la vallée de la Couze Pavin, en direction du pic St Pierre.
C’est un petit plateau volcanique avec une vue à 360° sur les monts du Sancy, la chaine des Puys et les monts du Forez. Au pic se dresse une petite chapelle restaurée des 9° et 10° siècles, assise sur les ruines d’un complexe religieux et de dalles funéraires.
Après une petite halte au somment, retour à la vallée de la Couze Pavin et c’est en suivant le cours de la rivière que nous atteignons Cotteuge. Un petit aller-retour pour voir la cheminée de Fée, seule dans la forêt . Lors d’éruptions volcaniques, une masse de lave a été projetée en l’air et est retombée sur un sol argileux, l’érosion a déblayé l’argile, sauf sous l’énorme bloc de basalte.
Un sympathique pot a été offert par Monique pour son nouveau grade de Mamie, merci à elle.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 11/11/2021 Sancy Guéry

Animateur : Fabien
Nombre de participants : 17 (10 F, 07 H) animateur compris
Météo : Ensoleillé sur le 1er et le dernier tiers du parcours. Plus couvert sur le 2ème tiers. Températures élevées pour la saison.                                                          
Terrain : Gras en sous bois. Sec sur les plateaux
Distance :  28 km   
Dénivelé :  940 m
Durée : 8 h30 pauses comprises
Classement Atlas : Moyenne
Kilométrage auto : 76 x 2 et 50 x 2 soit 252 km

ITINERAIRE : Pessade, Puy de Védrine, Ouest Puy de Baladou, Ferme de la Tache, Cascades du Rossignolet et du Queureuilh, Prends toi Garde, Pailloux, cascade du Guéry, Col de Guéry, Col de l’Ouire, Puy de l’Aiguiller, Lac Servières.

La randonnée du jour aura été une randonnée « multi saison » : une température printanière, de jolies couleurs automnales et la vue sur des sommets du Sancy enneigés.

Départ de Pessade sous le soleil. Rapidement, la température clémente nous oblige à un arrêt pour retirer une couche de vêtement. C’est donc plus léger que nous cheminons sur le GR4 jusqu’au col de la Croix Morand ; cheminement qui nous permet une belle mise en jambe mais aussi de très jolies vues sur, entre autres, le Massif Adventif, le Puy Gros, la Banne d’Ordanche.

De ce col, nous bifurquons vers l’ouest et pénétrons dans un bois où nous accueille un épais tapis de feuille et qui nous amène à deux belles cascades Montdoriennes : la cascade du Rossignolet et la cascade du Queureuilh.

Après une petite pause photo de groupe, nous repartons pour le gros dénivelé du jour qui nous amènera jusqu’au sur le plateau du Guéry. C’est en presque fin de montée que nous effectuerons la pause déjeuner dans une vaste salle à manger avec une superbe vue sur le Massif du Sancy aux sommets enneigés.

Cascade de Queureuilh

Depuis le plateau du Guéry, nous redescendons sur le lac du même nom à travers la forêt domaniale du Guéry et profitons à nouveau d’une belle cascade. Après avoir longé la rive nord du lac de Guéry et atteint le col homonyme, nous remontons sur le col de l’Ouire avec une vue sur les roches Tulière et Sanadoire qui rappellera à certains participants du jour une récente balade.

Cascade du Rossignolet

Puis vient le temps de la dernière pause sur le Puy de l’Aiguiller où certains participants remarqueront que cet endroit, très souvent venté, était particulièrement calme en ce jour.

Nous rejoignons ensuite le Puy de Combe Perret. De là, j’avais prévu de descendre en hors piste plein nord à travers bois pour rejoindre le lac de Servières. Et, en fait, une très récente modification du GR 30 à cet endroit a fait que nous n’étions plus en hors piste mais sur le GR. Certains participants se sont demandés si cette modification avait un rapport avec le récent incident survenu à cet endroit. Après renseignement auprès d’un membre d’Atlas, baliseur, il s’avère que non, la modification ayant été décidée avant cet accident.

Nous voilà rendu au lac De Servières qui s’avérait être un joli miroir avec le soleil bas de cette fin de journée. La nuit approchant, c’est d’un pas rapide que nous rejoindrons notre point de départ.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 07/11/2021 Combrailles Les Ancizes

Animateur : Sébastien
Nombre de participants : 10 animateur compris (8F, 2H)
Météo : Très nuageux, températures fraîches
Distance : 24 km   
Dénivelé :  800 m
Durée :7 H 30 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 90 x 2, soit 180 km

ITINERAIRE : Les Ancizes, Pont du Bouchet, Roche Grande, Confolant, Belvédère d’Andrivet, Miremont, Grandes Bruyères, Sapins de Martinèche, Saint-Jacques d’Ambur, Chartreuse de Port-Sainte-Marie, Les Ancizes
 
 
Depuis les Ancizes, nous commençons notre progression par une descente dans un sous-bois aux couleurs de l’automne, nous offrant de belles échappées sur le lac de barrage des Fades. Ce lac artificiel est tellement encaissé que malgré ses 10 kilomètres de longueur, sa largeur maximale ne dépasse pas les 600 mètres. Après l’avoir traversé au Pont du Bouchet, nous le surplombons de sa rive ouest, d’où nous pouvons admirer le majestueux méandre qu’il dessine au niveau de la Côte d’Andrivet. Un peu plus loin, une colonie de milans dessine des cercles autour de ce que nous supposons être un futur repas. Et à l’arrière-plan, malgré la couverture nuageuse, nous parvenons tout juste à distinguer la base du géant des Dômes. Notre vision de la chaîne des Puys se limitera toutefois à cette image pour cette journée. Dommage…

Instant nostalgie lors de la traversée de Miremont. Ce village continue de faire vivre ses traditions par une installation permanente de mannequins, véhicules et outils rappelant les métiers et coutumes d’antan. Nous cheminons ainsi entre un tonnelier, un facteur ou encore un véhicule agricole semblant tout droit survenus d’un passé pas si lointain que cela.

Et un autre voyage dans le temps nous attendait un peu plus loin, à la faveur d’un crochet vers les vestiges du monastère de la Chartreuse de Port-Sainte-Marie. Fondé en 1219 par les moines chartreux, cet imposant édifice eut une grande influence tout à la fois religieuse et commerciale jusqu’à la Révolution Française, notamment grâce à ses vignes et à son activité d’élevage.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 04/11/2021 Les Combrailles-Charbonnières les Vieilles

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 10 animatrice comprise (6F, 4 H)
Météo : Ciel couvert avec quelques éclaircies et aussi en 3 fois quelques gouttes. Température douce
Distance : 25 km (openrunner)
Dénivelé : 700 m (openrunner)
Durée : 7 h 30
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 2 voitures de Clermont fd (70 km X 2) soit 140 km
Préparation et rédaction : 2 h 30
ITINERAIRE : Charbonnières les Vieilles, les Incas, les Peytoux, Pery, Bord, Villemorie, la Biesse, Montoute, Croizet, la Coussidière, Gour de Tazenat, Charbonnières.

Ciel menaçant…

Charbonnières les Vieilles dont le nom vient de «charbon» car le bourg était autrefois producteur de charbon de bois, nous accueille ce jeudi pour la première randonnée de la saison 2021/2022. Nous prenons la direction de les Peytoux où nous traversons la Morge. La rivière qui prend sa source au sud de Manzat, près de l’étang de Lachamp à une vingtaine de kilomètres de là, a déjà une belle largeur.

La Morge

Notre cheminement nous en éloigne un peu pour mieux la retrouver au niveau du pont de Pery. Nous la retraverserons une nouvelle et dernière fois juste après Montoute. Sur la fin de parcours nous arrivons au Gour de Tazenat. Né d’une éruption qui remonte à environ 30 000 ans, lorsque le magma est entré en contact avec le ruisseau de Rochegude dont les eaux ont progressivement rempli le cratère créé, il s’étend sur un peu plus de 30 hectares avec un diamètre de 800 m en surface et de 400 m au fond du cratère. D’une profondeur estimée à 68 m, ses eaux abritent une faune aquatique variée. Ce cercle parfait où se reflètent les berges a été source d’inspiration pour Guy de Maupassant qui en a célébré les changements de couleur et sa beauté : « Lorsque le soleil fut prêt de disparaître, le ciel s’étant mis à flamboyer, le lac tout-à-coup eu l’air d’une cuve de feu ; puis, après le soleil couché, l’horizon étant devenu rouge comme un brasier qui va s’éteindre, le lac eu l’air d’une cuve de sang. Et soudain sur la crête de la colline, la lune presque pleine se leva, toute pâle dans le firmament encore clair. Et lorsqu’elle fut haut dans le ciel, le lac eut l’air d’une cuve d’argent ».

Le Gour de Tazenat

Nous empruntons par la droite le sentier qui le contourne, en étant attentifs sur les quelques passages rocheux bien glissants avec les feuilles mouillées. Mais le sentier suivi s’arrête brusquement. Broussailles d’un côté et rochers de l’autre. C’est en escaladant ces derniers, heureusement avec de belles prises pour les mains et les pieds que nous retrouvons le sentier «officiel». Merci à Yves d’avoir ouvert «la voie» et à tous d’avoir suivi.
Cet intermède «aventure» passé, il nous reste à gagner Charbonnières. De beaux chemins nous amènent jusqu’au centre du bourg. Un passage devant le château de Lord Davis, blanche construction du 19ème siècle en calcaire de Souvigny et c’est l’arrivée aux voitures.
Cidre et panettone offerts par Monique pour fêter son tout nouveau statut de Mamie ( vive Gaël ! ) terminent cette journée où nous avons profité de beaux chemins et de belles couleurs d’automne.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 31/10/2021 Chaine des Puys côté est

Animateur : Thierry
Nombre de participants :  animateur compris  5 (2F, 3H)
Météo : grand soleil et grande douceur       
Distance : 28 km   
Dénivelé : 1107 m
Durée : 8h30 pauses comprises
Classement Atlas : difficile
Kilométrage auto : (14km pour deux voitures)

ITINERAIRE : Gare de Durtol, croix des Combes, bois de Ribage, Sarcenat, PC818,
intersection D90, intersection D773, croix de Ternant, long du bois de Côte Verse à main
droite, PC964, pente est du Grand Sarcoui, sommet, descente plein nord, Petit Sarcoui,
intersection D559,D775,puy de Chaumont, descente plein ouest vers puy Chopine, NE vers
D775, Chanat la Mouteyre, SE vers puy de Pérady, la Mouteyre, Ternant, Suquet Morand,
Sarcenat, côte de Pégnu, Durtol.


La volonté de diminuer drastiquement le kilométrage auto et des prévisions météo
annonçant de la pluie m’ont amené à proposer une randonnée de proximité dans la chaîne
des Puys. Bien m’en a pris : météo exceptionnelle et cheminements remarquables sous de
belles frondaisons automnales. L’objectif principal était de rejoindre des volcans que nous
fréquentons rarement, par des chemins que nous empruntons peu souvent. Départ assez
inédit je crois de la gare de Durtol en direction de Sarcenat par des chemins bordés de
grands chêne séculaires. Au vu du nombre de bogues vides sur le sol, on se doute que
l’endroit est bien connu des locaux, amateurs de crème de marron. Passés Sarcenat et sa
belle fontaine aux merles construite en 1800 toute en pierre de Volvic, le chemin s’élève
progressivement dans une alternance de pré et de bois au feuillage coloré. C’est l’occasion
de faire un petit détour par la croix de Ternant de laquelle nous avons un beau panorama sur
l’agglo clermontoise, de la montagne Bourbonnaise jusqu’aux crêtes du Forez. Cette croix a
été construite en 1933 par l’Abbé Ferrandon pour commémorer le 1900ème anniversaire de
la mort de Jésus. La croix haute de 22m est la propriété de l’évêché de Clermont-Ferrand.
Ce sont les habitants de Ternant qui ont acheminé le matériel de construction. En 1988 (?),
un dispositif d’éclairage a été installé. Elle sert depuis de nombreuses années de site
d’émission des radios locales catholiques comme RCF. Après un court « recueillement »,
nous prenons la direction de la pente est du Grand Sarcoui que nous remontons comme
nous pouvons jusqu’au sommet. L’inclinaison sur ses deux tiers est forte, près de 60° (ou
31%) avec des arbustes qui ne nous facilitent pas la progression. Le sommet à 1141m est
préservé car peu de monde y accède (du fait d’une interdiction de prendre son chemin à
partir des grottes, je crois). Le tapis de bruyère est imposant et me fait regretter de n’être pas
monté au temps de sa floraison… Un vent du sud assez soutenu nous incite à trouver plus
bas notre salle à manger du jour. La pente nord du volcan est recouverte par une belle
hétraie qui rend la descente beaucoup lus simple que la montée.

Un chemin étroit sépare le bas du Grand Sarcoui de la pente du Petit Sarcoui. En fait,
le Grand Sarcoui s’est construitsous la double contrainte au sud du puy des Goules et au nord
du Petit Sarcoui -tous deux cônes stromboliens – qui ont limité son extension : la lave très
visqueuse puisqu’on a affaire à un dôme trachytique s’est accumulée jusqu’à former ce beau
dôme régulier en forme de chaudron renversé. Les vulcanologues avancent l’idée que son flanc
nord-est se serait écroulé (comme le Mont St-Hélène en 1980) ce qui expliquerait tous les débris
trachytiques plus ou moins importants que l’on trouve sur près de vingt hectares au NE de l’édifice :
résultat d’une coulée de débris d’avalanche. La poursuite de l’éruption et de l’écoulement de
lave pâteuse ont alors provoqué la « cicatrisation » du dôme qui a de fait repris la forme très
régulière que nous pouvons observer aujourd’hui. Après un rapide déjeuner sur la pente du
« grand-frère » Petit Sarcoui, nous parvenons vite au point le plus haut (1041m) de la lèvre
est du cratère (c’est un cône strombolien !) avant de redescendre au fond et de remonter sur
sa lèvre Ouest. Le cratère recouvert d’une forte végétation semble très large. Vite
redescendu vers le croisement D559/D775, nous nous acheminons vers notre troisième
volcans le puy de Chaumont que nous attaquons plein nord par une belle hétraie.

Le sommet (1108m) est vite atteint et nous nous retrouvons vite au bas de sa pente malgré de
grosses ronces qui nous auraient bien gardées avec elles. Nous trouvons vite le large
chemin qui va nous conduire au nord du puy vers la D775 et Chanat la Mouteyre. Nous
avons de ces chemins de beaux points de vue sur la Nugère et Jume et Coquille. Nous
rejoignons le beau hameau de la Mouteyre après des tours et détours à travers le bois de
Clerzat. La commune de Chanat a mis en place récemment trois circuits de randonnées,
dont un que nous empruntons partiellement, la rando « Des trois villages ». Le balisage est
joli mais très espacé. Comme je pense que la commune n’a pas produit le petit topo qui va
bien, la rando ne me parait pas très confortable. C’est une constante ! Sans carte le
randonneur du dimanche qui voudrait suivre des PR balisés aurait le plus grand mal. On en
a encore la preuve en rejoignant Ternant : des changements de direction ne sont pas signalés
alors que le sentier au sol est quasiment invisible. C’est ballot randi ! pardon BaliRando !
La sortie de Ternant est moins « fluide » que celles des autres villages/hameaux traversés et
nous oblige à consentir quelques centaines de mètres de goudron. En regardant bien la
carte il y avait un beau chemin à l’ouest de la D90. Un rapide HP à travers une exploitation
agricole que nous quittons vite nous ramène sur le chemin de Sarcenat. Le retour vers Durtol
n’est alors plus qu’une formalité. Il est temps car la troupe est bien fatiguée par cette
randonnée un peu plus longue que nos standards, surtout hérissée de beaux coups de cul
qui ont certainement pompé un peu d’énergie.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 28/10/2021 Sancy ouest Rochefort Montagne

Animateur : Georges
Nombre de participants : 13 ( 8 f et 5 h )
Météo : soleil toute la journée, vent sur les hauteurs
Terrain : gras sur certains secteurs
Distance : 22 km
Dénivelé : 900 m
Durée : 7h 45 pause comprise
Classement Atlas : annoncée facile et reclassée moyenne
Kilométrage auto : 72 km pour 2 voitures, 78 pour 1 autre et 1 sur place soit 222 km

ITINERAIRE : Rochefort-Montagne, pc 999, Roche branlante 1128, Rouchaube haut,
Douharesse, La Montagne du Gros, Sommet de la Roche Sanadoire, traversée du
ruisseau de Fontsalade, sommet de la Roche Tuilière, La Malviale, retour à Rochefort
Montagne.

La roche branlante


Rochefort-Montagne, notre point de départ avec pour objectif la remontée du
ruisseau de Fontsalade jusqu’à sa source. C’est rive droite que nous commençons
notre rando en direction du plateau, un petit allez-retour pour découvrir la Roche
Branlante : un énorme bloc de roche volcanique posé en équilibre sur d’autres. Le
prochain objectif, les Roches Tuilière et Sanadoire, ces deux sentinelles
appartiennent au massif volcanique de l’Aiguiller dont la période d’activité
s’échelonne entre 2,2 et 1,8 millions d’années. A l’époque, ce volcan était en partie
recouvert d’une calotte glacière. Ces deux roches sont des protrusions ( une
protrusion se forme lors d’une éruption volcanique lorsque la viscosité du magma fait
que celui-ci monte lentement sous la forme d’un piston ). Au fil des siècles, les
glaciers ont érodé les deux roches pour former une vallée en auge. Au moyen-âge, la
roche Sanadoire était surmontée d’un château, il servait de repaire aux mercenaires
Anglais pendant la guerre de cent ans. En 1373,les ducs de Bourbon et les
seigneurs d’ Auvergne durent l’assiéger pour déloger les 300 Anglais présents sur le
site. A la fin du xv siècle un tremblement de terre provoqua l’effondrement de la
partie sommitale.

Roche Tuillière


Nous voici au pied de la roche Sanadoire, nous posons les bâtons qui ne nous seront
d’aucune utilité et c ‘est avec les mains que nous escaladons la première partie. La
progression est lente, la pente devient moins raide, nous atteignons le sommet avec
soulagement. C’est une première pour certains, la vue est magnifique avec la roche
Tuilière en face qui nous attend. La descente est moins rapide, la vigilance est de
rigueur.

Roche Sanadoire


Nous descendons au fond de la vallée après avoir traversé le ruisseau de
Fontsalade, c’est la remontée en direction de la roche Tuilière que nous atteignons
vers 1h30 pou le pique-nique. Elle a été exploitée pour ses pierres de Lauze, elle est
aujourd’hui classée. Dernier site à voir, le domaine de la Malviale, il a été construit
entre 1890et 1900, avec la magnifique grange dont la charpente et ses dimensions
ont fait sa renommée. Malheureusement aujourd’hui elle est en ruine, seule subsiste
la maison du fermier qui est aujourd’hui occupée par un monastère orthodoxe avec
des moniales. Retour à Rochefort-Montagne, une petite halte au bistrot du coin pour
clore cette magnifique journée ensoleillée.
Merci à tous pour avoir bravé les difficultés et selon la formule toujours dans la bonne
humeur.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 24/10/2021 Val d’Allier – Coudes

Animateur : Yves
Nombre de participants :  animateur compris 11 (9F, 2H)
Météo : Frais le matin, ensoleillé et chaud l’après-midi
Distance :  25 km   
Dénivelé :  600 m
Durée : 7 H pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : (52 X 2 et 22 X 1 soit 126 km)
Préparation et rédaction : 2 H

ITINERAIRE : Coudes, Sauvagnat-Ste-Marthe, Pardines, Neschers, Chadeleuf, Coudes.

Le but du jour était de découvrir et apprécier le patrimoine bâti des villages traversés. Anciennes places fortes ou villages fortifiés, ils ont été également durant le 19°siècle d’importants villages vignerons dont les belles et grandes demeures en sont le témoignage.

Après un départ très frais, 3°C en bord de Couze Chambon, la montée, avec du givre bien présent dans les zones d’ombre, nous réchauffe un peu. A Sauvagnat-Ste-Marthe les remparts et le château sont notre première halte.

Château de Sauvagnat-Sainte-Marthe

Nous gagnons le plateau de Pardines, où la vue, sur les Dômes, le Sancy, le Forez, entre autres, est splendide ce matin, mis en valeur par la levée du soleil qui nous caresse les épaules. La traversée du plateau se fait tranquillement en repérant et dénommant villages et puys environnants. De Pardines, un beau panorama sur la Vallée de la Couze Pavin cette fois, s’offre à nous.

Direction le château de la Ronzière, commanderie des Chevaliers de Malte jusqu’en 1790, et gîte équestre renommé aujourd’hui. Descente sur Neschers, construit en bout de la coulée de lave du volcan Tartaret dont l’éruption a barré la Couze de Chaudefour pour donner naissance au lac Chambon. Au fond du village, caché dans un décor champêtre, se trouve un pont gallo-romain à trois arches, très étroit et bien conservé, qui enjambe la Couze Chambon.

Château de la Ronzière
Pont gallo-romain à trois arches de Neschers

Avant Chadeleuf, ancienne seigneurie d’Issoire, petit détour pour dénicher le château de Lavaur que l’on ne pourra qu’entrapercevoir car blotti dans un parc à la végétation débordante.  Mon insistance à contourner le site pour finalement ne rien voir ou presque a incité les participants à me charrier gentiment. Avant Coudes, il reste encore une curiosité locale. Le sentier symbolisé sur la carte semble déboucher juste en face, je croise les doigts. Nous traversons la Couze, sur une passerelle d’un autre âge, marquée par le temps. Soudainement notre regard est capté par une imposante construction, le château de Beauvezeix, villa néo-classique privée du 18°S avec ses parterres et bassins à la française. Nous retraversons la Couze par une passerelle plus moderne pour retrouver nos voitures.

Château de Beauvezeix

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-