Dim 14/04/2024 Rando Sancy Est – Col de la Feuille

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 6 animateur compris (2F-4H)
Météo : soleil et chaleur
Distance : 24,5 km  (GPS Laurence)
Dénivelée : 1437 m (GPS Laurence)
Durée : 8h pauses comprises
Classement Atlas : Difficile
Kilométrage auto 1 voiture – 80km
Préparation et rédaction : 3H0


Itinéraire : col de la Feuille, Verneuge, S/SE PC 1054, Bessole, Pradelle, Pic de Cluzel, Marcenat, Chananeille, Le Fayet, Ourcière, D978, Chastre, Lomprat, chemin des Croix, Col de la Feuille.

Il fait déjà chaud au col de la Feuille quand nous débutons cette rando du jour aux allures de montagnes russes comme le montre le profil ci-dessous.

Nous sommes au pays des Couzes Pavin et Valbeleix qui ont profondément entaillé le socle granitique et qui vont nous offrir de belles grimpettes une partie de la journée. Ça débute par une belle descente qui nous amène à Verneuge. C’est là que commence les ascensions du jour, sur une sente qui va nous faire prendre 350 m en 1,5 km. C’est un itinéraire de trail à la pente très soutenue qui ne laisse quasiment pas de répit jusqu’au plateau, à l’est de Trossagne. La montée s’est faite d’une traite mais le groupe en jambes continue le chemin sans s’arrêter, en profitant c’est vrai d’une belle descente qui nous fait perdre 400 m en un peu plus de 2 km. Montagnes russes, je vous disais 😊 Arrivés à Bessolle, petit hameau à l’organisation circulaire, nous continuons encore à descendre jusqu’au fond du vallon du ruisseau des Rives. Nous entrons alors dans le hameau de Pradelle qui semble vivant et habité : on entend des cris d’enfants… Une vieille femme range un immense tas de bois coupé. C’est une ancienne éleveuse à la retraite qui a cédé son troupeau de 30 laitières à son neveu qui produit du saint-nectaire et qui en vit bien nous apprend elle. Petite pause du groupe avant de remonter par un beau chemin jusqu’au pied du pic de Cluzel, notre  prochain objectif.

Ce sommet se découpe bien dans le paysage qu’on vienne de l’est, de Montaigut ou de l’ouest, de Besse. Malgré sa couverture boisée, le pointu est bien ce qui caractérise son sommet. Là encore, la pente est soutenue même si quelques zigzags soulagent un peu l’effort. La légère sente ne va pas au sommet et emmène les trailers au SE vers Courgoul. Nous finissons les 30 derniers mètres de dénivelée dans les ronces et les blocs de basalte. Au sommet, nous tenons à peine à 6 sur la pointe 😊Nous redescendons ce beau puy en hors-piste jusqu’au chemin de Pradelle que nous avions quitté avant la montée et qui va nous mener à Marcenat. Après encore une centaine de mètres de montée, nous parvenons enfin sur une crête plane puis bientôt descendante. Nous nous arrêtons manger juste avant la sortie des arbres et de leur couverture bienvenue par ce début d’après-midi étouffant. Vers Lagarde, le chemin de crête nous offre un beau belvédère sur le Signal du Luguet au sud, les éoliennes de Boslabert et le Mont Leiranoux au sud-est. La vallée de la Couze du Valbeleix est à nos pieds ; nous sommes pile dans l’axe du pic St Pierre que les glaciers du quaternaire n’ont pas pu lessiver …

Plus à l’est on devine la vallée de Sault qui va bientôt déboucher sur les gorges de Courgoul. Ces beaux points de vue nous offrent un peu de répit avant de reprendre la direction du plateau et de Chananeille qui semble pourtant tout proche. Mais c’est sans compter la grosse descente vers Marcenat 😊beau hameau encore bien habité lui aussi : que font les parents des familles qui peuplent ces petits bouts du monde ? Comme nous bifurquons avant d’atteindre Marcenat, nous ne verrons pas la belle chapelle du hameau. Nous remontons en effet vers le plateau en suivant la rive gauche du ruisseau des Rives que nous avions traversé dans la matinée à Pradelle. Une source à proximité de Chananeille nous offre un bon rafraichissement. Mais pas de quoi remplir les bouteilles vides de certains, pas confiants dans la pureté de l’eau… Pas grave, nous allons frapper à la porte de l’autochtone 😊. J’accompagne Santiago qui se fait remplir son récipient. Je vais frapper à la porte voisine et sans le savoir je « dérange » le vieux monsieur qui se prélassait devant sa télé qui diffusait en direct la course vélo de l’Amstel Gold Race… Il ne m’en veut pas et nous parlons deux minutes de la force de Van der Poel et de la future victoire de Pogadcar dans le Liège – Bastogne – Liège de dimanche prochain. Je repars muni d’une bouteille de Cristalline neuve offerte par ce chaleureux monsieur. Comme je l’avais annoncé aux collègues en début de rando, l’après-midi sera reposante en comparaison des efforts à déployer dans la matinée. Après avoir pris pied sur le plateau sur la D633, nous continuons sans difficulté notre route sans dénivelée jusqu’au Fayet. On touche presque le Sancy du doigt .

Le regard englobe le massif, du Pailleret jusqu’au col de la croix Morand. On ne s’en lasse pas ! Nous quittons vite le hameau du Fayet pour prendre la piste qui doit nous amener en direction d’Ourcière. Dans les pentes d’un vert éclatant d’un talweg, des vaches allaitantes sont confortablement allongées et jettent un œil discret à leur progéniture folâtrant autour d’elles. Un peu plus loin et rompant avec ce charme pastoral, une vieille décharge agricole apparait sur le bord du chemin surplombant un ravin aux pentes carbonisées qui abritent les multiples déchets polluant de l’activité d’élevage.

Habitués à ces fautes de goûts qu’on retrouve fréquemment dans nos territoires d’élevage, nous reprenons le chemin de la vallée. Bientôt le sentier pourtant bien marqué sur la carte disparait sur le terrain : le soupçon de hors-piste annoncé sur le répondeur se matérialise sur le terrain. Nous slalomons en descente entre ronces et genêts jusqu’à butter sur la sente qui nous mène à l’entrée d’Ourcière. Entre les arbres, on aperçoit Besse pas très loin. Ourcière, minuscule hameau traversé par la Couze Pavin est pourtant équipé d’une grande salle municipale (comme Lomprat sa juste voisine) : Michel nous apprend que c’est le rachat de l’électricité produit dans la petite centrale en amont du hameau par ex EDF qui permet ces investissements conséquents… A la sortie du hameau, nous sommes obligés d’emprunter la D978 qui relie Champeix à Besse sur 150 m : dangereux ! Peu après nous parvenons au hameau de Chastres. Nous passons à côté d’une maison très ancienne mais restaurée avec un pignon « à saut de moineaux ». Michel nous explique que cette sorte « d’escalier extérieur » qui encadre le pignon permettait aux couvreurs d’atteindre le toit pour y faire les réparations sur la couverture de chaume. Les marches de cet « escalier » sont en fait des lauzes … Un peu plus loin nous entamons la conversation avec une jeune femme qui nettoie les abords de sa belle ferme. Nous commençons à lui poser des questions sur l’activité agricole de la famille. Elle fait rapidement appel à son mari qui nous répond gentiment. Il élève près d’une soixantaine de vache allaitantes sur une superficie de prairie de 70 hectares. A la belle saison, il monte ses bêtes à l’estive sur une « montagne » près de Picherande. La femme ne s’occupe pas du tout d’élevage car elle travaille à Issoire. Originaire de Ceyrat, elle nous fait comprendre à demi-mots que l’intégration dans la collectivité rurale du secteur ne va pas de soi quand on est étrangère… Après ce long échange très instructif, nous rejoignons Lomprat pour notre dernier « coup de cul » de la journée : il faut bien remonter au col de la Feuille pour récupérer la voiture 😊 Nous empruntons un chemin de croix qui monte à la chapelle du pic Saint-Pierre. Au début du chemin nous tombons sur un curieux monument à la statuaire étrange qui a vu les siècles passer.

C’est un calvaire païen -Celte – qui a fait l’objet d’une récupération chrétienne au début de l’évangélisation du pays. Les personnages et les scènes ont été détournés pour imager les Evangiles du nouveau culte…. A mi- pente, nous laissons le chemin qui continue jusqu’à la chapelle pour emprunter une sente presqu’effacée qui nous mène directement au col et à la fin d’une belle randonnée exigeante parcourue dans un excellent état d’esprit.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 11/04/2024 Rando Cantal – La Chapelle-Laurent

Animateur : Yves
Nombre de participants : 20 animateur compris ( 9 F, 11 H)
Météo : journée ensoleillée avec fraicheur matinale
Distance : 26 km
Dénivelé : 900 m
Durée : 7h40
Classement Atlas : Moyenne
Kilométrage auto : 146 km pour 2 véhicules et 180 km pour  2 autres soit 652 km + 1 voiture sur place
Préparation et rédaction : 3h

ITINERAIRE : La Chapelle-Laurent, Loubarcet, Alleret, Saint-Poncy, Arches, Lignerolles, Pont le Boucharat, Pont de Catzara, Le Monteil, La Gare, Loudières basse, Loudeyrette, Le Pont Saint, La Picardie, La Chapelle Laurent

Malgré un soleil bien présent, petite fraicheur ce matin au départ de la Chapelle-Laurent, où le thermomètre ne dépasse pas les 5 degrés, aidé par une légère brise. Direction Ouest pour gagner l’ancien volcan de Loubarcet à la roche rouge que l’on retrouve sur les constructions voisines. Sur ce piton volcanique, où se trouvait une forteresse seigneuriale, il ne reste que la Chapelle Sainte Anne, fondée en 1215, encastrée aujourd’hui dans une grange, pourtant inscrite aux Monuments Historiques en 1994.

Chapelle Sainte Anne

Juste en face, une première table d’orientation avec une vue très nette sur le massif Cantalien immaculé.

Les Monts du Cantal enneigés

De l’autre coté du bourg, à quelques mètres, une 2° table face au Cézallier, Sancy et Dômes, nous permet de nous repérer dans l’espace. Avec les 2 tables, le 360° est garanti.


Grande descente sur le pittoresque village de Saint-Poncy, flanqué de sa belle église romane où coule l’Alagnonnette, ruisseau qui sera un peu notre fil rouge du jour. 
Passé Lignerolle, la portion de hors piste annoncée arrive. Nous délogeons 2 chevreuils qui détalent devant nous dans une partie légèrement boisée, et retrouvons le chemin voulu à la sortie d’une grande pâture. L’itinéraire qui traverse une variété de paysages à dominante agricole, redescend progressivement le long de la vallée de notre Allagnonnette, nous procurant un peu d’ombre et de fraicheur. 
Nous voici au vieux pont ouvragé de Catzara.

Pont de Catzara

Il nous faut remonter maintenant jusqu’à La Gare, lieu dit à maison unique, sur le tracé d’une ligne ferroviaire aujourd’hui disparue qui allait de Beaumont Loriat (Brioude) à Saint Flour. Cette ligne appartenait au PLM, mise en service en 1910 et abandonnée en 1938 lors de l’arrivée de la SNCF.

Encore petites descentes et remontées dans ce relief mouvementé où s’étalent de nombreux ruisseaux dans des vallées verdoyantes. Passé Loudières Basse, un troupeau accourt vers nous et se positionne pour la photo de famille. 


A Pont du Saint, nous apprenons sur la stèle commémorative, qu’à cet endroit Robert De Tourlande, fondateur de l’Abbaye de La Chaise Dieu serait né vers l’an 1001.

Stèle

La remontée n’est plus qu’une formalité pour rejoindre le départ. Dans l’ensemble, belle journée estivale malgré la fraicheur du matin.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 7/04/2024 Rando Haut Livradois – Saint-Amant-Roche-Savine

Animateur : Yves
Nombre de participants : animateur compris 12(8 F, 4 H)
Météo : Ciel couvert toute la journée
Distance : 24 km
Dénivelé : 770 m
Durée : 7h20 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 120km pour 3 véhicules soit : 360 km
Préparation et rédaction : 3h

ITINERAIRE : Col de Toutée, Gachon, Bartivel, Neuville, Le Moulin de Rouhade, Le Besset, La Mine, Saint Amant Roche Savine, Le Monestier, Fournier, La Farge, Le Bethonas, Le Verdier, Col de Toutée

Ciel d’un gris uniforme chargé de sable ce matin au Col de Toutée que le soleil a du mal à percer. Départ du Col entre les coupes à blanc et les parcelles encore boisées jusqu’à Gachon. A Bartivel nous traversons le ruisseau de Rouhade, au débit très important. Nous le longeons plus ou moins jusqu’au moulin éponyme, qui a perdu sa roue mais la rénovation de la bâtisse est réussie. A proximité, sur le bord du chemin, un joli pied de narcisses s’offre à nous.

Quelques mètres avant, en plein près, 2 chevreuils surpris nous ont montré leurs fesses blanches en s’éloignant rapidement. Traversée en 2 fois de la D996 pour rejoindre La Mine. Devant nous se trouvent les vestiges de l’ancienne mine de plomb argentifère, filon découvert en 1755 lors de la construction de la route Clermont-Ambert. En 1833, la Mine possédait de vastes galeries et occupait une vingtaine d’hommes. En 1875, à cause de la chute des cours du métal précieux, le site fut abandonné malgré qu’il dorme encore sous nos pieds. Le ruisseau, toujours le même, fournissait l’eau de lavage du minerai.

Passé le Moulin Neuf, première grosse montée en direction de Saint Amant Roche Savine où, André Chassaigne, député bien connu des Auvergnats en a été le maire pendant 27 ans. La porte fermée de l’église Saint Barthélémy nous a privés de la vue de ses peintures médiévales.

Eglise Saint Barthélémy

Après plusieurs petites bosses, nous plongeons sur le Monestier. Sur le chemin, nous apprenons ce qu’est une Haie sèche (structure écologique, économique et durable afin de valoriser les branches et créer un refuge pour la bio diversité animale et végétale).

Haie sèche

Au Monestier, nous grimpons au rocher de la vierge. Vierge de 3m de haut, installée ici depuis 1876.

Rocher de la Vierge

Légèrement en dessous une table d’orientation nous permet de repérer les différents villages de la vallée de la Dore depuis Ambert avec , en toile de fond, le célèbre Forez où la neige, présente encore il y a peu, a disparu.

Nous sommes à l’extrémité de notre boucle du jour, le retour se fait, tantôt en forêt, tantôt à découvert. A Bethonas, découverte d’une « Carte » dans une propriété. Ce petit édifice de pierre taillée est trompeur : il ne s’agit pas d’un simple puits mais d’une « carte », un abri pour mettre et garder au frais le lait que l’on venait de récolter car le frigo n’existait pas. Une réserve d’eau au fond de la carte, alimentée par la fontaine, maintenait une température constante.

Carte

Ce lait de très bonne qualité donna naissance, principalement à la Fourme de Fournols, fromage à pate molle et croute lavé

Dernier hameau traversé avant de rejoindre les voitures, le Verdier. En 1896, 12 familles animées par une forte volonté d’éducation, engageaient la construction d’une école. En 1905, c’est une nouvelle école à classe unique qui s’ouvrit, accueillant les enfants du CP au certificat d’étude.
Certaines années, il y eut jusqu’à 46 élèves. Ouverte jusqu’en 1978, de grands esprits y débutèrent, tel Lucien Gachon historien géographe reconnu.
La douceur de cette journée nous aura fait oublier le manque de soleil qui n’a jamais traversé la couche nuageuse.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 04/04/2024 Rando Sancy- Le Vernet Sainte Marguerite

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 18 animatrice comprise (11F, 7H)
Météo : ciel nuageux le matin, dégagé l’après-midi, température douce toute la journée avec vent du sud ouest.
Distance : 22,500 km
Dénivelé : 525 m
Durée déplacement : 6 h 10’
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 252 km pour 3 voitures de Clermont Fd, 54 km pour 1 voiture du Crest soit au total 306 km
Préparation et rédaction : 2 h 30

ITINÉRAIRE : Le Vernet Sainte Marguerite, Cluchat, sud de Lambre, Lenteuge, Saumoulin, la Garde, la Boueria, Moulin de Prades, la Serre de Fontmarcel, plateau de la Serre, le Vernet Sainte Marguerite.

Le Vernet Sainte Marguerite est connu pour sa source réputée miraculeuse pour soigner les problèmes digestifs et bien d’autres maladies. Mais notre parcours ne prévoit pas d’y passer. Garés à la sortie Est du village, nous nous dirigeons sous un ciel couvert vers Cluchat un des deux seuls hameaux que nous allons traverser au cours de cette randonnée. 

Au départ du Vernet

Pour le reste ce sera plateaux cultivés, vallons et vallées où coulent ruisseaux et rivière. Nous rencontrons et suivons d’abord le ruisseau du Vernet. Il coule au sud puis bifurque à l’est et prend alors le nom de ruisseau de Lambre.

Nous continuons sur le chemin qui le longe et profitons de beaux coins de campagne et de quelques curiosités. 

Une chèvre en mauvais état !

Arrivés à Lenteuge, nous remontons sur le plateau de Champille qui nous ouvre un bel horizon sur les sommets du massif du Sancy où restent quelques traces de neige.

Une légère descente, une remontée pour retrouver un plateau bien dégagé d’où nous apercevons derrière nous les monts du Sancy et devant nous la chaîne des Puys. Quels panoramas ! 

La Chaine des Puys

C’est d’ailleurs avec le Puy de Dôme face à nous que nous faisons la pause pique-nique.

Mini orgues

Nous repartons sur de larges chemins bordés de petites orgues mais avec quelques embûches, deux gros trous de plus de 30 cm de diamètre et de 50 cm de profondeur dont l’un en plein milieu du chemin. Danger en cas d’inattention !

Puis c’est la partie hors piste annoncée, qui va nous permettre de rejoindre la Monne qui coule en contrebas. Après une première partie de bois embroussaillée et avec de nombreux arbres couchés, la suite se fait plus facilement. Ce sera même l’occasion pour certains de trouver des morilles. Nous suivons la Monne jusqu’au moulin de Prades 

La Monne

puis remontons sur le plateau avec toujours, vue sur le Sancy avant de redescendre sur le Vernet où nous dégustons avant de repartir diverses et délicieuses gourmandises.

Merci aux pâtissières et à Jean Louis (absent physiquement mais présent par la pensée) pour ses pâtes de coings.

Pour cette randonnée entre 800 et 1000m d’altitude nous avons bénéficié d’une journée printanière, tant par la douceur de la température que par la végétation qui s’éveille, vert intense des prairies, fleurs parsemant les sous bois, arbustes qui commencent à fleurir. A ces altitudes, la végétation n’est pas aussi avancée que dans la plaine. Et puis une grande partie du parcours avec des vues superbes sur nos montagnes.

Le massif du Sancy

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 04/04/2024. Via-Ferrata au Malzieu

Animateur : Michel J.
Nombre de participants : 9 animateur compris (3F, 6H)
Météo : ciel couvert avec quelques passages de ciel bleu
Durée de l’activité : 4 h 15 en comptant la marche pour revenir à la voiture
Kilométrage auto : 2 voitures de Clermont Fd (266 km) en co-voiturage soit un total de 532 km.
Matériel mis à disposition : tout l’équipement pour la pratique d’une via-ferrata
Préparation du matériel et rédaction : 3 h 00

La fenêtre météo est au rendez-vous pour cette première sortie de la saison au Malzieu. De nombreux adhérents semblent motivés en 2024 pour cette activité et nous avons du refuser 3 personnes inscrites au dernier moment. Bien équipé et entretenu, le parcours se compose d’une passerelle, 5 ponts de singe, 1 pont népalais et d’1 tyrolienne. Dénivelé : 60 mètres.
La journée a commencé par le passage au practice afin de découvrir pour les nouveaux et se rappeler pour les habitués les bons gestes à adopter pour une progression en toute sécurité. Nous avons suivi le parcours facile, le matin puis après un retour aux voitures pour déguster le pique-nique, nous sommes repartis, certains sur la difficile, d’autres faisant un mixte entre facile et difficile et deux adhérents refaisant la facile pour bien s’imprégner du parcours. En fin de matinée, chacun a souhaité s’essayer à la tyrolienne.

Bonne ambiance dans un climat d’entraide.
Le nombre de participants est évidemment restreint pour des raisons de convivialité, de sécurité et de transport.

Au cours de la matinée certains ont pu apercevoir un magnifique oiseau qui niche dans les rochers ou vieux murs, un Tichodrome échelette (à voir sur internet !)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam 30/03/2024 Marche sportive Chaîne des Puys – Volvic

Entraînement pour le Raid du dimanche 07 avril 2024
Animateur : Michel J.
Terrain : souple, gras par endroit et humide
Météo : température fraîche avec une couverture nuageuse.
Temps de préparation et de rédaction : 2 h 00
Mise à disposition de matériel : 3 paires de bâtons 1,10 m 1,15 m et 1,25 m.
Déplacement routier : 2 voitures, au départ de Clermont (3 personnes) avec un kilométrage moyen de 35 (aller et retour) et 3 voitures sur place avec un kilométrage moyen de 30 soit un total de 160 km

Petite pause au 20 kilomètres…

Nombre de participants : 7 animateur compris (1F, 6H)
Distance : 30 km ; moyenne 6,6 km/h, dénivelée 691 m (montre Garmin Félix 6 Pro Solar).
Durée : 4 h 35 (de marche) et 4 h 50 (déplacement, pauses comprises). Échauffement et étirements non comptabilisés.

Itinéraire : départ parking des eaux de Volvic, les Cheyres-de-Bruvaleix, Les Goulots, Puy des Littes, Ouest du Puy de la Nugère, passage route D 941, GR441, Bois de Mauzad, Est et Nord du Puy de Louchadière, contournement par le Sud, Ouest et Nord du Puy de Tressous, Sud Puy de l’Espinasse, passage entre les Puys de L’Espinasse et de la Goulie, Sud du Puy de la Baneyre, Est de Lambertèche, Est de Grelière, passage de la D90, Sud du Puy de Verrière, Est de Paugnat, contournement du Puy de Paugnat par l’Est, Cheyres de Bruvaleix, parking

Drôle d’observateur !

La fenêtre météo annoncée s’est révélée exacte et après l’orage et la pluie soutenue de la fin de nuit précédente un ciel couvert nous a accueilli pour cette dernière préparation avant le raid du dimanche 07 avril qui nous fera traverser la Chaîne des Puys en linéaire de Volvic à la Cassière en contournant les principaux et les moins connus des volcans. Le groupe a su tenir l’effort d’une manière homogène sur un rythme régulé sur les 20 premiers kilomètres puis les habitudes de la marche rapide plus soutenue ont fait monter la moyenne qui était prévue au départ à 6,2 km/h. Nous serons plus raisonnables la semaine prochaine !


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 28/03/2024 Rando Du Sancy à L’Artense

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 11 animateur compris (4F-7H)
Météo : Humide et doux
Distance : 27 km
Dénivelée : 650 m
Durée : 7h pauses comprises
Classement Atlas : Moyenne
Kilométrage auto : 2 voitures du Crest pour 65 km – 1 voiture d’Auchan pour 61 km soit : 191 km
Préparation et rédaction : 2H00


Itinéraire : Lac de la Tour d’Auvergne, Corbet, Montaux, le Bois-Maury, Cornillat, Espinasse,Chélat, la Grange de Foussat, Bagnols, Ponchet, La Prugne, Rosier Soubre, Lessart, les Garneires, La Grangeoune, D129, Bugues, La Tour.

J’avais prévu initialement une boucle autour de La Tour et Chastreix mais la neige tombée dans la nuit et la brume m’ont fait changer d’avis et suivre le parcours de remplacement que j’avais prévu, dans l’Artense. Nous partons du lac que surplombe le bourg perché sur son piton basaltique en direction de l’ouest. Nous empruntons jusqu’à Montaux, en partie, une nouvelle variante du chemin de St Jacques qui part d’Orcival et rejoint le chemin du Puy à Rocamadour. Le tronçon que nous suivons est très bien balisé. Le chemin qui rejoint le plateau de l’Artense joue à saute-mouton par-dessus des vallons tous orientés E/W. La Burande, premier gros ruisseau ou petite rivière traversée, est bien en eau .

Passage de la Burande

Ce beau cours d’eau prend sa source dans la montagne de Chambourguet à proximité de la source du ruisseau du Vendeix et de la Jarrige. Elle se jettera dans la Dordogne au SW de Singles. Elle saute sur son passage quelques grosses cascades : Crèvecoeur, Cardines, Gour des Chevaux et Ste Elizabteh. Après quelques passages hors-pistes à l’est du Bois Maury nous retrouvons le chemin de St Jacques que nous quittons à proximité du chemin de la Reine Margot.

Ce sentier suit le tracé d’une ancienne voie romaine. Nous entrons à cet endroit sur le plateau de l’Artense. Nous quittons donc le sous-sol volcanique du Sancy pour marcher sur le socle cristallin de l’Artense, le pays du granit. Peu de vaches encore dans les prés. Nous croisons sur notre route des éleveurs en train de poser des piquets de clôture. Cà ne devrait plus tarder à se peupler…  Nous prenons notre repas dans le beau hameau d’Espinasse aux grandes maisons toutes fermées. Le four à pain est ouvert et nous propose deux bancs qui feront l’affaire pour le repas. L’après-midi nous verra fouler de petites routes qui joignent les hameaux et les fermes. On y trouve tout au long un petit patrimoine de croix et de fours à pain. Nous finissons par entrer dans le gros bourg de l’Artense, Bagnols. Comme partout, les services publics ont déserté et ne restent que les vestiges immobiliers telle la grande Poste à l’architecture reconnaissable.

Malgré tout, on y trouve centre médical et médiathèque, mieux qu’à la Tour d’Auvergne !  Les prés sont parsemés de blocs de granit erratiques typiques du plateau, héritage des grandes glaciations d’il y a douze milles ans. Cette terre d’élevage ne laisse guère de place aux sentiers et nous continuons notre rando sur le bitume. Heureusement, nous ne rencontrons que deux véhicules. Ce n’est qu’à proximité des Garneires que nous abandonnons le goudron. Nous avons de beaux points de vue sur le sud du massif bien enneigé.

Des maisons de la Martine, un beau sentier bordé de murets de granit encore debout rejoint le hameau de Grangeoune. Bizarrement ce beau chemin ancien et très praticable n’apparait pas sur ma carte pourtant récente. Nous nous approchons de la Tour en reprenant la petite D129. Nous longeons la cascade Ste Elizabeth et nous arrivons après un dernier petit coup de cul à notre parking de la Tour. 

Cascade Ste Elizabeth

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Ven 22, Sam 23, jeu 28/03/2024. Environnement. Plantation de noyers. Limagne

Coordinateur sur les 3 jours : Michel J.

Nombre de participants :
vendredi 22 mars : 2 (2H)
samedi 23 mars : 6 (1F, 5H)
jeudi 28 mars : 2 (2H)

Météo : clémente sur les 3 jours avec un vent sensible le samedi et le jeudi.
Durée : 4 h 00, le 22/03/24 ; 8 h 00, le 23/03/21 ; 3 h 00 le 28/03/24 (déplacement routier compris)
Kilométrage auto : 110 km environ pour tous les véhicules et l’ensemble des déplacements.
Matériel mis à disposition apporté par les participants : un tracto-pelle Komatsu le vendredi, une pelleteuse Yanmar sur remorque le samedi, quelques outils de taille le jeudi
Préparation et rédaction : 3h00

Trois jours ont été consacrés à la remise en état de la plantation des noyers située sur la commune de Gerzat à proximité du marais de Lambre, réserve naturelle gérée par la LPO (Ligue de protection des oiseaux).
Ce chantier est suivi depuis plusieurs années par Alain depuis le départ de Nicole. L’histoire de cette l’aventure débute en 2010 par la signature entre la ville de Gerzat, l’EARL des Riolles (parcelle agricole) et l’association Atlas Aventure d’une convention d’implantation d’une haie à visée agricole, agronomique, environnementale, esthétique et historique.
En février 2011, l’association associant des jeunes du centre aéré de Gerzat a réalisé une plantation de 41 noyers qui a été complété en 2013.
Actuellement, la plantation compte 85 arbres environ sur une distance linéaire de 850 mètres. Chaque année, Alain passe à plusieurs reprises pour suivre cette plantation, les tailler pendant l’hiver afin que les arbres poussent en hauteur afin de ne pas gêner les machines agricoles. Les derniers étés secs ont fait mourir une dizaine d’arbres que l’on a décidé de remplacer. Un échange lors de vœux à la mairie de Joze a permis de faire connaissance avec Jean-Charles qui a proposé de donner à l’association les arbres à remplacer, à récupérer dans sa pépinière privée.
Cette longue opération a demandé des moyens matériels pour l’arrachage qui a eu lieu le vendredi et la remise en terre le samedi. Jean-Charles a mis à disposition un tracto-pelle articulé pour la première phase et Armand a pu obtenir de sa société la mise à disposition d’une mini pelle.

Six personnes ont participé au chantier le samedi, Mady s’occupant de préparer le pique-nique des travailleurs.
Sous les conseils de Jean-Charles, des trous imposants ont été réalisés puis les arbres ont été pralinés avec un mélange de bouse de vache et de terre. Ensuite de la corne broyée a été disposée avec du terreau universel en mélange au fond trou. L’arbre planté, un solide tuteur le maintenant, il ne restait plus qu’à boucher le trou en formant une cuvette afin de pouvoir retenir un maximum d’eau lors des prochaines pluies. Un arrosage de 10 litres d’eau par pied, transportés à l’aide des containers habituellement utilisés pour les randonnées en canoë, a complété la mise en terre.
Jeudi, dernière opération manuelle à deux pour affiner la taille des arbres. Les prochaines opérations sur cette plantation : un arrosage copieux dans le courant du printemps et début d’été en fonction des précipitations.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 24/03/2024 Rando Est des Hautes Couzes – Montaigut le Blanc

Animateur : Liliane
Nombre de participants : 16, animateur compris (12 F, 4 H)
Météo : températures fraîches entre 7 et 10°.  Soleil et nuages.
Terrain : chemins agréables sur terrain sec.
Distance : 25 kms   
Dénivelé : 750 m
Durée : 7 h 45 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 74 X 4 soit 296 kms, 4 voitures de 4 personnes.
Préparation et rédaction :  3 h

Itinéraire : Pont de Rognon (près de Montaigut-le-Blanc), Tour de Rognon, Grandeyrolles, Thones le Jeune, contournement des puys Tomba et des Parots, PC 766, Farges, GR 30 par  PC 844, Sauvagnat, GR 30 jusqu’à Olloix, Grand Champ, PC 727, Chazous, Montaigut le Blanc, pont de Rognon.

Ce matin le soleil n’est pas au rendez-vous à notre départ de randonnée près de Montaigut-le-Blanc. Pourtant il va nous rejoindre très vite pour ne plus nous quitter !

Nous démarrons du Pont de Rognon pour découvrir notre première curiosité du jour : la Tour de Rognon, de l’époque médiévale et inscrite aux monuments historiques.

Tour de Rognon

Très bonne mise en jambe dans cette très agréable petite sente qui grimpe jusqu’à un chemin en balcon. Tout le long nous pouvons profiter d’une vue saisissante sur la région alentours. Les Monts du Sancy sont encore un peu blancs de la dernière neige : magnifique ! Au passage la petite église romane de Grandeyrolles nous interpelle. Et nous prenons le temps de l’admirer de plus près.

Eglise de Grandeyrolles

Nous continuons et profitons encore du paysage ensoleillé dans ces chemins dégagés jusqu’à l’Est du Plateau de Champille. Nous pique-niquons avant de continuer pour contourner le Puy d’Olloix, direction Chazous, avec sur notre gauche le puy de Gourdon.

Puy de Gourdon

Puis surprise ! Le chemin prévu dans mon circuit est barré : passage privé. Après étude de la carte je modifie au mieux l’itinéraire. Mais pas de regret ! Le chemin emprunté est encore un chemin en balcon jusqu’à Montaigut-le- Blanc, avec sur notre gauche, les orgues du plateau de la Pinière, lumineuses sous les rayons de soleil, et sur notre droite une vue saisissante où trône la Tour de Rognon.

Vue sur la tour de Rognon

Très agréable randonnée de début de printemps partagée ! A très vite pour une autre destination.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 24/03/2024 Vélo Rando. Est Chaîne, Limagne

Préparation aux séjours 6, 16 et 20
Animateur : Michel J.

Météo : couvert, giboulées entre 10h30 et 11h00, température fraîche.
Terrain : exclusivement sur petites routes
Distance du parcours : 76 km ;
Dénivelé positif : 818 m (montre GPS)
Durée de la sortie: 5 h 30 environ (avec les pauses)
Durée de roulage : 4 h 35 ; 15,4 km/h de moyenne.
Nombre de participants : animateur compris   11 (4F, 7H) 
Temps de préparation (matériel et rédaction) : 2 h 30

Matériel mis à disposition : une remorque « Bob »

Les grandes lignes de l’itinéraire : départ à 09h30 de la rue des Fossés sous le Séminaire, piste cyclable Croix Neyrat, Blanzat, bassin de rétention du Bedat, Sayat, Malauzat, Volvic, Châtel-Guyon, vallée des Prades, Loubeyrat, Teilhède, Rouzat, Chaptes, La Moutade, Le Cheix, Varennes-sur-Morge, Clerlande, Targnat, centre de St-Beauzire, Gerzat, Musée.

La préparation continue malgré une météo triste et avec un vent fort, sensible soufflant du Sud-Ouest. Sur les contreforts de la Chaîne des Puys, la fraîcheur se fait sentir et subissons une grosse averse de pluie et neige mêlées qui refroidit les extrémités, mains et pieds. Avant Volvic, Mady, décision annoncée au départ nous quitte pour revenir sur Clermont-Fd par la plaine de la Limagne.

Après une pause au jardin public de Châtel-Guyon, pour grignoter et se réhydrater, le groupe reprend son déplacement en grimpant la vallée des Prades, petite route sympathique avec de jolis virages avec en contrebas sur la gauche, le ruisseau des Grosliers. La pause pour le pique nique se fait sur les marches de l’église de Loubeyrat appelée la Cathédrale des Montagnes, bâtie en 1872 en pierre de Volvic de style néogothique. Une éclaircie laisse passer quelques rayons de soleil qui réchauffent à peine les voyageurs.
Après Telhède une longue descente, amusante nous fait passer à proximité de l’usine d’eau « Rozana » et récupérer quelques degrés de température. L’itinéraire est vallonné coupant les ruisseaux se dirigeant grossièrement vers l’Est, de la Morge, de l’Ambène, du Bedat, traversant des bourgs et lieux-dits endormis en ce dimanche.
A la sortie de St-Beauzire au rond point, nous optons, pour tester la solidité du matériel, pour un chemin d’exploitation agricole qui nous amène sur la petite route longeant l’autoroute A71 puis c’est la fin du parcours en utilisant au mieux les pistes cyclables. Bonne sortie avec un groupe en forme. L’activité régulière tout au long de l’année, dans plusieurs disciplines permet d’avoir des muscles facilement adaptables et prêts pour le voyage à vélo.
A cette occasion, comme demandé, nous nous sommes déplacés avec des vélos et la remorque « Bob » plus ou moins chargés en fonction de l’avancement dans la préparation matérielle ou physique des participants.

Petite pause au sec…


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-