Dim 24/03/2024 Vélo Rando. Est Chaîne, Limagne

Préparation aux séjours 6, 16 et 20
Animateur : Michel J.

Météo : couvert, giboulées entre 10h30 et 11h00, température fraîche.
Terrain : exclusivement sur petites routes
Distance du parcours : 76 km ;
Dénivelé positif : 818 m (montre GPS)
Durée de la sortie: 5 h 30 environ (avec les pauses)
Durée de roulage : 4 h 35 ; 15,4 km/h de moyenne.
Nombre de participants : animateur compris   11 (4F, 7H) 
Temps de préparation (matériel et rédaction) : 2 h 30

Matériel mis à disposition : une remorque « Bob »

Les grandes lignes de l’itinéraire : départ à 09h30 de la rue des Fossés sous le Séminaire, piste cyclable Croix Neyrat, Blanzat, bassin de rétention du Bedat, Sayat, Malauzat, Volvic, Châtel-Guyon, vallée des Prades, Loubeyrat, Teilhède, Rouzat, Chaptes, La Moutade, Le Cheix, Varennes-sur-Morge, Clerlande, Targnat, centre de St-Beauzire, Gerzat, Musée.

La préparation continue malgré une météo triste et avec un vent fort, sensible soufflant du Sud-Ouest. Sur les contreforts de la Chaîne des Puys, la fraîcheur se fait sentir et subissons une grosse averse de pluie et neige mêlées qui refroidit les extrémités, mains et pieds. Avant Volvic, Mady, décision annoncée au départ nous quitte pour revenir sur Clermont-Fd par la plaine de la Limagne.

Après une pause au jardin public de Châtel-Guyon, pour grignoter et se réhydrater, le groupe reprend son déplacement en grimpant la vallée des Prades, petite route sympathique avec de jolis virages avec en contrebas sur la gauche, le ruisseau des Grosliers. La pause pour le pique nique se fait sur les marches de l’église de Loubeyrat appelée la Cathédrale des Montagnes, bâtie en 1872 en pierre de Volvic de style néogothique. Une éclaircie laisse passer quelques rayons de soleil qui réchauffent à peine les voyageurs.
Après Telhède une longue descente, amusante nous fait passer à proximité de l’usine d’eau « Rozana » et récupérer quelques degrés de température. L’itinéraire est vallonné coupant les ruisseaux se dirigeant grossièrement vers l’Est, de la Morge, de l’Ambène, du Bedat, traversant des bourgs et lieux-dits endormis en ce dimanche.
A la sortie de St-Beauzire au rond point, nous optons, pour tester la solidité du matériel, pour un chemin d’exploitation agricole qui nous amène sur la petite route longeant l’autoroute A71 puis c’est la fin du parcours en utilisant au mieux les pistes cyclables. Bonne sortie avec un groupe en forme. L’activité régulière tout au long de l’année, dans plusieurs disciplines permet d’avoir des muscles facilement adaptables et prêts pour le voyage à vélo.
A cette occasion, comme demandé, nous nous sommes déplacés avec des vélos et la remorque « Bob » plus ou moins chargés en fonction de l’avancement dans la préparation matérielle ou physique des participants.

Petite pause au sec…


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 21/03/2024 Rando Livradois – Vic le Comte

Animateur : Yves
Nombre de participants : 24 animateur compris (12 F, 12 H)
Météo : ensoleillé avec douceur
Distance : 18 km
Dénivelé : 500 m
Durée : 6 h 15 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 26 pour 2 véhicules et 60 pour 2 autres soit :172 km
Préparation et rédaction : 3 H
 
ITINERAIRE : Vic le Comte, PC471, PC449, P PC 573, Pont de la raquette, PC 501, PC 556, PC 584, Bois de Champerogne, Bois de Cheix Blanc, PC633, Puy des Gardelles, PC 623, la Tioliére, PC506.

Le but de la randonnée du jour est de découvrir les cascades de Vic le Comte dont je ne connaissais pas, ainsi que les participants, leur existence.
Le ruisseau de Pignol, qui prend sa source au village éponyme dans la Forêt de la Comté et qui rejoint l’Allier à Longues, s’écoule dans des ravins encaissés et présente dans ses gorges deux chutes d’eau : celles de la Raquette et des Quayres.
Arrivés au Pont de la Raquette, nous quittons la route pour descendre dans ce ravin forestier humide où se développe tilleuls et frênes ainsi que de nombreux arbres morts et vieillissants maintenus volontairement.

Du petit pont qui enjambe le ruisseau, nous apercevons la partie haute de la cascade de la Raquette qui s’étale sur une grande dalle en pierre. Nous nous approchons du pied pour contempler cette cassure en deux temps qui se jette dans une jolie vasque. De part et d’autre du ruisseau d’imposantes grottes se sont formées, certaines menaçant de s’effondrer ont été renforcées par des murs de soutènement.

Cascade de la Raquette

Nous continuons de suivre le cours du ruisseau pour atteindre la cascade des Quayres plus impressionnante. Ici le rideau d’eau tombe à pic sur 18 mètres et là aussi la roche creusée a formé une grotte permettant de passer derrière la cascade. L’eau chargée de calcaire forme des concrétions, semblables aux fontaines pétrifiantes, en plus du calcaire le fer présent dans l’eau laisse une couleur rouge orangée par endroits.

Cascade des Quayres



Nous quittons le fond des gorges pour sortir du vallon, la sente est bien tracée, pas trop fréquentée, plusieurs arbres tombés il y a déjà quelque temps nous obligent à un peu de souplesse pour passer. Avant d’arriver à la route au point côté 452, nous apprécions la belle vue sur la façade ensoleillée du château des Quayres. Château du 14°S avec son parc aménagé en terrasses avec bassins, au 18°S, classé aux Monuments Historiques en 1932 et qui mériterait une remise en état. En 1939 ce château abrita une partie de la collection de la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
Cette propriété initialement domaine agricole est depuis 80 ans une Maison d’Enfants à Caractère Social.

Nous contournons Pardines par le nord, traversons la forêt du Puy de Serpanoux, détournons la magnifique propriété de Rillac où les moutons à laine plus qu’abondante nous interpellent, et pénétrons dans la forêt du Puy de Champerogne. Quelques traces forestières nouvelles nous dévient de notre tracé. Un petit passage hors-piste nous permet de retrouver un beau chemin qui nous mènera à proximité du sommet du Pic de Cheix Blanc, plus haut sommet du plus ancien ensemble volcanique d’Europe. Il est maintenant l’heure de se sustenter.

Descente et remontée vers le puy des Gardelles que nous contournons en courbes de niveau sur un chemin très agréable, tantôt herbeux, tantôt caillouteux par une douceur estivale en cet après midi. Un peu avant Langlade nous quittons la plus grande chênaie d’Auvergne pour rejoindre notre point de départ avec une belle vue sur la chaine des Puys.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 17/03/2024 Rando au pays de Couzes – Rentières

Animatrice : Christelle
Nombre de personnes : 11 P Animatrice incluse 9 F 2 H
Météo : Temps couvert, quelques éclaircies, température douce
Terrain : Quelques passages gras
Distance : 25 km        
Dénivelée : 690 m
Durée : 7h30 pauses incluses
Classement : Facile
Kilométrage Auto : 140 X 2 soit 280 km
Préparation et rédaction : 3 h

ITINERAIRE : Rentières, Chausse Haut, le Fromental, direction NNE  PC 852, PC 795, Charmaix haut, Saint Hérent,  direction SSO  Chalouze, Laval, Chalande, la Croix du Sanaire, l’Esplantade, Rentières

Pour ce troisième dimanche de mars, nous voici au départ de Rentières. Joli village aux belles maisons de pierre volcanique dont certaines visiblement très anciennes.

Installé sur la bordure orientale du Cézallier et surplombant la Couze d’Ardes que l’on peut observer depuis le joli promontoire de la Dent du Monty. Au loin se profile une belle falaise d’orgues basaltiques.

Voulant faire un bref passage à l’église pour admirer de belles fresques, je suis allée récupérer la clef auprès de la propriétaire du gîte de l’Accueillette. Tentative avortée car l’énorme clef n’a jamais voulu fonctionner ! Nous ne verrons pas les fresques qui auraient été réalisées par un bagnard évadé et venu se réfugier à Rentières !

Dans ce secteur nettement marqué par le volcanisme en des temps anciens, beaucoup de creux et de bosses, nous entamons donc une belle première montée pour admirer le panorama depuis la butte du Fromental. Large vue sur les vallons alentour, les monts du Luguet, le Forez, il ne reste qu’une belle arche de l’ancien château fort du 12ème siècle et de la chapelle Sainte Agathe.

Puis après une nouvelle tournée de descente, montée et redescente à proximité des Ribes où pullulent les amas de pierres volcaniques entassées par les agriculteurs au fil des années. On profite d’une belle vue sur une partie de la chaîne des Puys, agréable lieu pour notre pique-nique. Nous sommes rejoints par un sympathique local qui nous abreuvera de toutes sortes d’informations durant toute la pause !!  Nous apprenons notamment que la lentille était cultivée ici auparavant.

Après avoir « pinaillé » quelques instants sur une portion de sentier barricadé et soi-disant réservé aux riverains, nous rejoignons le superbe site de Saint Hérent, mignon petit village et belle église perchés sur un éperon rocheux creusé par le ruisseau de Courbières. Une fois de plus nous ne pourrons accéder à l’intérieur de l’édifice réputé pour ces belles fresques.

Et c’est reparti pour une longue remontée de 400 m de dénivelée pour rejoindre le plateau du pré du Perché où se trouve un étang qui vire à la tourbière, une cabane d’observation des oiseaux permet de profiter d’un beau moment de quiétude et d’un large panorama à 360.

Nous avons  été survolés par un vautour  fauve dont le retour semble assez marqué ces dernières années dans le Cézallier et le Sancy.

Nous entamons le retour, une petite inattention de ma part nous occasionne une erreur de trajectoire et un supplément de distance !!  Puis fin de parcours sans encombre, encore de belles bâtisses en pierre parfois gâchées par un environnement fermier qui ressemble à une déchèterie…quel dommage !

Merci à tous pour votre participation et merci aux gentils fournisseurs de douceurs !!

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 17/03/2024. Vélo Rando. Est Chaîne, Limagne

Préparation aux séjours 6, 16 et 20

Météo : couvert, quelques gouttes dans la matinée, température douce.
Terrain : principalement sur petites routes, avec quelques passages sur chemins d’exploitation.
Animateur :Michel J.
Distance du parcours : 59 km 690 ; Dénivelé positif : 498 m (montre GPS)
Durée de la sortie: 4 h 50 (avec les pauses)
Durée de roulage : 3 h 43 ; 16,00 km/h de moyenne.
Nombre de participants : animateur compris   12 (3F, 9H) 
Temps de préparation (matériel et rédaction) : 2 h 30

Annick, Vincent, Armand, Patrick, Janine, Alain, Laurent, Michel, Mady, Christian, Santiago, Pascal.

Les grandes lignes de l’itinéraire : départ à 09h30 de la rue des Fossés sous le Séminaire, piste cyclable Croix Neyrat, Blanzat, bassin de rétention du Bedat, Sayat, Malauzat, Volvic, Chatel-Guyon, St-Bonnet-Près-Riom, Pessat-Villeneuve, Targnat, St-Beauzire, Gerzat, stade Montpied, Musée.
Journée de reprise pour préparer les voyages à vélo personnels et associatifs de l’année 2024. Les adeptes du vélorando étaient heureux de se retrouver. Partis sur un itinéraire de 50 kilomètres, nous avons allongé un peu la distance, les bonnes sensations étaient au rendez-vous. Groupe en forme. Nous avons accueilli Vincent qui faisait sa première sortie avec les habitués et qui s’est adapté au rythme sans problème.

Les vélos peu chargés ont permis de rouler à une allure régulière. Ambiance agréable. Merci à Pascal pour les photos et Patrick pour l’aide à la sortie de Chatel-Guyon pour trouver la petite route qui va bien…

Matériel mis à disposition : néant


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 14/03/2024 Raquettes Sancy- Col de la Geneste

Animatrice : Mady
Nombre de participants : 17 animatrice comprise (8F, 9H)
Météo : Beau temps avec quelques nuages d’altitude, un peu de vent du sud ouest
Distance : 9,200 km
Dénivelé : 415 m
Enneigement : limite près du col, neige lourde sur les altitudes les plus basses, quantité et qualité s’améliorant sur la partie haute du parcours
Durée déplacement : 4 h 30
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 130 km x 2 voitures de Clermont Fd , 94 km x 2 voitures du Crest soit au total 448 km + 1 voiture directement sur place

Préparation et rédaction : 2 h 00

ITINÉRAIRE : Col de la Geneste, remontée du ruisseau de Chareire, buron du Meynialou, remontée de la Trentaine, la Montagne Haute, sud du Puy Gros, ouest du Paillaret, col de la Geneste

A 1369 m, altitude du col, la neige est présente mais en moins grande quantité que je le pensais. Elle a déjà bien fondu sous le soleil de mars et le vent du sud ouest. Pour rejoindre le ruisseau de Chareire que nous allons remonter, il faut choisir les passages pour éviter les petits ruisseaux qui descendent du Paillaret.

Nous longeons le ravin où coule le ruisseau de Chareire jusqu’à trouver un passage permettant son franchissement sans déchausser. Encore un petit effort et nous voici sur le plateau à 1450 m d’altitude avec une vue superbe sur les monts du Cantal et une neige plus portante.

Le Cantal enneigé

Nous prenons la direction sud ouest, l’objectif étant le buron du Meynialou. 

Descente vers le Meynialou

Nous y faisons une petite pause boisson et barres. Le manque d’enneigement que je constate à son niveau et plus bas, me fait changer l’itinéraire. Au lieu de descendre encore plus pour rejoindre ensuite la Fontaine Salée, nous reprenons de l’altitude. Cette fois-ci c’est la Trentaine que nous allons suivre. Prenant sa source près du Puy Ferrand, elle change de nom après la confluence avec le ruisseau de Taraffet et devient la Tarentaine. Le ravin où elle coule est profond et bordé de barres rocheuses. Il faut le dépasser et atteindre les 1500 m pour pouvoir passer rive droite. Le ruisseau coule à découvert, un peu d’équilibre sur les cailloux et c’est fait !

Traversée de la Trentaine

Le ravin bien à l’abri du vent sud-ouest est un endroit parfait pour le pique nique. Il y fait tellement bon qu’il n’est même pas nécessaire de se couvrir pendant la pause.

Une fois restaurés, nous finissons de monter et arrivons sur la Montagne Haute d’où nous surplombons la vallée de la Fontaine Salée. La neige y est encore présente mais il aurait certainement été difficile d’y arriver à raquettes. Nous poursuivons en direction du Puy Gros, puis bifurquons plein Est. 

En direction du Puy Gros

Face à nous le Paillaret et les téléskis du Ferrand et du col de Couhay. Peu de skieurs sur les pistes et disparus les snowkiteurs aperçus dans la matinée. Malgré le soleil, la neige est encore assez dure et le cheminement facile et agréable. Sous la cabane des téléskis, nous traversons sans problème, sur un pont de neige, le ruisseau de Chareire. Lui aussi porte un autre nom en aval. C’est le Taraffet qui se jette dans la Trentaine ! De là nous repartons plein sud, ce qui rassure quelques participants qui s’inquiétaient à l’idée de devoir monter sur le Paillaret. Mais pour revenir vers notre point de départ nous restons sur son flanc ouest, un peu en dévers, jusqu’à la zone rocheuse.

Descente sous le Paillaret

Une dernière descente dans une neige bien molle, une fin de parcours avec neige et herbe et c’est l’arrivée au col après une belle journée de grand air.

Merci à Yves et Christian pour avoir fait les traces une grande partie de la journée, à Philippe qui n’est pas venu mais a fait passer des brioches aux pralines d’Aigueperse que nous avons dégustées avec plaisir à la fin de randonnée et à tous pour votre participation.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 10/03/2024 Raquettes Sancy – Croix Morand

Animateur : Fabien  
Nombre de participants
 : 9 (3F, 6H) animateur compris
Météo : Ensoleillé le matin, nuageux l’après-midi 
Distance :  13,6 km   
Dénivelé :  470 m
Durée : 6h00 pauses comprises                                                                                      
Terrain : Neige fraîche le matin. Humide et collante l’après-midi
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 100 km pour 1 voiture et une voiture sur place venant de Durtol  
Préparation et rédaction : 3h

ITINERAIRE : Col de la Croix Morand, Puy du Baladou, Puy de Baudet, Puy de l’Aiguiller, Puy Corde, Trioulérou, Puy de la Croix Morand.

Arrivés au Col de la Croix Morand, le parking est complétement enneigé. Une des 2 voitures tente une entrée mais sans succès. Cela permet à ses occupants de s’échauffer en la poussant pour la sortir ! Coup de chance, le chasse neige arrive et dégage le parking, nous permettant de garer les voitures convenablement.

Nous chaussons les raquettes et empruntons le GR30 direction le Col du Baladou. La neige est bien tombée pendant la nuit et nous faisons notre trace dans cette neige immaculée. Arrivés au pied du Baladou, c’est le moment de la 1ere ascension du jour.

Ascension du Puy de Baladou

Après avoir observé le joli paysage, nous redescendons ce Puy. Une partie du groupe redescend par la pente la plus douce. Une autre partie redescend plein ouest par une pente beaucoup plus prononcée permettant de revoir les techniques de descente en raquette.

Descente du Baladou plein ouest

Nous arrivons alors sur la forêt de Pessade. Tous ces arbres enneigés donnent une très belle ambiance hivernale.

Après avoir longé la forêt, direction le Puy de Baudet.

Le groupe en direction du Puy de Baudet

Le groupe en direction du Puy de Baudet

Nous montons par le flanc sud, en pente très douce. Au sommet, le contraste est saisissant avec son flanc nord beaucoup plus abrupt. Nous profitons du joli paysage sur la Chaîne des Puys

la Chaîne des Puys depuis le Puy de Baudet

et continuons notre chemin direction Puy de l’Aiguiller. Nous veillons à rester sur les courbes de niveau et évitons le chemin le plus direct qui nous ferait descendre pour remonter. Nous profitons d’un rocher pour nous protéger du vent et cassons la croute. Le fond de l’air restant frais et le soleil s’étant caché, ce casse-croute est rapidement avalé et nous repartons pour notre prochain objectif, le Puy Corde où nous voyons le lac du Guéry sans la moindre couche de glace. Cette année encore, la pêche au trou semble mal engagée.

Après avoir gravi le Trioulérou, nous nous approchons du dernier objectif de la journée : le Puy de la Croix Morand, terrain de jeu des snowkite qui sont bien présents ce jour. Au sommet, nous apprécions une dernière fois tous ces paysages qui nous ont accompagnés tout au long de la journée. Notre redescente sud-ouest nous amène directement à l’auberge de la Croix Morand, très fréquentée ce jour, où nous prenons le pot de fin de balade.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sam. 09/03/2024. Marche sportive Chaîne des Puys – Volvic

Entraînement pour le Raid du dimanche 07 avril 2024
Animateur : Michel J.
Terrain : souple et humide
Météo : température douce avec une couverture nuageuse. Quelques gouttes au 20ème kilomètre. Vent sensible de Sud tournant au Nord en cours de matinée.
Temps de préparation et de rédaction : 2 h 00
Mise à disposition de matériel : 1 paire de bâtons de 1,15 m.
Déplacement routier : 2 voitures, au départ de Clermont (3 personnes) avec un kilométrage moyen de 35 (aller et retour) et 3 voitures sur place avec un kilométrage moyen de 20 soit un total de 130 km

Bravo à Véro, Sandrine, Armand, Christian, Laurent, Pascal….

Nombre de participants : 7 animateur compris (2F, 5H)
Distance : 24,69 km ; moyenne 6,7 km/h, dénivelée 574 m (montre Garmin Félix 6 Pro Solar).
Durée : 3 h 40 (de marche) et 3 h 50 (déplacement, pauses comprises). Échauffement et étirements non comptabilisés.
(photo 1)

Itinéraire : départ parking des eaux de Volvic, les Cheyres-de-Bruvaleix, Les Goulots, Bois de Latia, Est du Puy de Paugnat, Nord du Puy de la Baneyre, Est des villages de Grelière et Lambertèche, Nord du Puy de Verrières, Sud du Suc de Beaunit, domaine de Veygoux, Sud de Charbonnières-les-Varennes, Croix de Saint-Priest, GR 441, Est du sommet du Puy de la Bannière, Vierge de Notre Dame de la Garde, les Cheyres-de-Bruvaleix, parking.

Cette sortie s’est faite sous un ciel clément. Une nouvelle fois les prévisions météorologiques étaient plus pessimistes. Groupe homogène qui a permis d’aller à bonne allure sans forcer outre mesure l’organisme dans un but de préparation à la distance de 45 kilomètres prévue le 07 avril 2024. Bon état d’esprit et groupe motivé. Prochain rendez-vous le samedi 30 mars sur une distance de 30 km.



-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu. 07/03/2024. Environnement. Nettoyage des bords de l’Allier

Animateur Michel J
Nombre de participants : 19 animateur compris (6F, 13H)
Météo : ciel bleu, température douce
Durée : 5h 00 (déplacement routier compris)
Kilométrage auto : 2 voitures de Clermont Fd (55 km) et 1 voiture du Crest ( 55 km), 1 voiture de Riom (50 km), 1 voiture de Sayat (55 km) et 2 voitures sur place soit 300 km.
Matériel apporté par les participants mis à disposition : deux débroussailleuses à main, une tronçonneuse et des crocs, râteaux piochons etc…
Préparation et rédaction : 3h00

Ces rendez-vous deviennent des moments de retrouvailles appréciés des habitués malgré le travail intense fourni dans une ambiance bon enfant et à la fois très sérieuse. Nous sommes présents depuis 2018 (voir les précédents compte-rendus) dans ce projet à l’initiative d’Atlas en accord avec la mairie de Joze. Malgré les sceptiques de la première heure, nous sommes en mesure après plusieurs années de montrer qu’il est possible de lutter contre le déploiement de la renouée du Japon, une plante invasive au fort développement.
Tous les participants habituels et les nouveaux arrivés sont unanimes à constater que les bords de l’Allier en amont et aval du pont sont devenus un agréable lieu de promenade où l’herbe et les différentes plantes comme l’ail des ours, la carotte sauvage, le bois joli ont peu à peu retrouvé leur place dans ce biotope. Dans cette tâche, 2 ouvriers de la commune nous ont prêté main-forte nous mettant à disposition une troisième débroussailleuse à main.
Beaucoup plus facile que l’an passé, nous avons encore gagné du terrain et la progression vers les petites zones humides, objectif de la saison, situées en arrière plan de la rivière sont maintenant visibles. En quelques heures et avec l’aide du matériel de Luc et de Georges l’espace ouvert a été conséquent. L’importance de notre groupe a un impact réel sur l’évolution du chantier et je pense que sans notre intervention, il n’aurait pu être mené seulement par deux ou trois salariés de la commune. Cette implication pour la collectivité valorise l’image du monde associatif. Chacun peut être fier du résultat obtenu sans aucune contrepartie demandée.
Quelques promeneurs de passage, habitants de Joze ont apprécié et sont surpris d’apprendre que nous venons de la métropole bénévolement pour faire ce job.

Merci à Régine, Marie-Hélène, Marie, Mady, Corinne, Isabelle, Frédéric, Daniel, Gérard, Yves, Luc, Denis, Vincent, Serge, Laurent, Pascal, Pierre, Patrick

Au moment du goûter, moment de détente très convivial, organisé par Mady, nous avons eu la visite sympathique de Daniel Peynon, Maire de la commune et d’Alain Boucheyras, délégué aux travaux. Cette réalisation est suivi en mairie par Alain Mouton, 1er adjoint qui a apporté tout son dynamisme dans ce dossier et le résultat fait beaucoup d’envieux dans les communes du Val d’Allier de part et d’autre de la rivière.

Nous interviendrons une nouvelle fois avant l’été pour asphyxier le début de la repousse.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dim 03/03/2024 Raquettes Sancy – Au dessus du Guéry

Animateur : Thierry
Nombre de participants : 7 animateur compris (1F-6H)
Météo : Froid, vent et brouillard
Distance : 12 km  
Dénivelée : 650 m  
Durée : 5 heures pauses comprises
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto 88 km pour 2 voitures soit: 176 km
Préparation et rédaction : 1H00
 
Itinéraire : parking Guéry, col de l’Ouire, W puy Corde, ferme de la Clef du lac, ruisseau de la Croix Morand, sommet puy de Corde, sommet puy de l’Aiguiller, retour par GR30.

Initialement partis pour une rando difficile dans le secteur de Cotteuge-Courgoul, notre activité dominicale s’est transformée en randonnée raquettes. En effet, la neige tombée en abondance entre samedi et dimanche à 800-900 m ne nous aurait pas facilité la tâche. Je la reproposerai au mois de mai… Avec l’accord du groupe, nous mettons le cap sur le Guéry pour une randonnée raquette classique dans le secteur de l’Ouïre – l’Aiguiller. A l’arrivée, le froid et le brouillard nous accueillent. Nous gagnons le col de l’Ouïre par l’ancien chemin. En ce qui concerne le point de vue sur Tuillière et Sanadoire, seul le panneau indicateur est visible.

Arrivés au-dessus du col, je propose au groupe de découvrir le val Blanc, petit vallon qui remonte à l’ouest du puy de la Tache jusque sous le puy Barbier. Nous quittons donc le tracé du GR 30 pour partir plein sud vers le canyon du ruisseau de la Croix Morand. La boussole est indispensable pour cette navigation sans visibilité : je me recale régulièrement sur l’azimut sud .

Nous passons sur le flanc ouest du puy Corde sans pouvoir apercevoir son sommet. La neige au sol est abondante mais elle ne recouvre pas complètement les zones de bruyère. Le terrain en légère descente et les portes ouvertes des estives nous assurent une progression fluide et régulière. Nous suivons peu après le chemin d’exploitation qui mène à la ferme de la Clef du Lac tant que sa direction correspond à mon azimut sud.

Nous l’abandonnons après quelques centaines de mètres pour reprendre plein sud dans des zones marécageuses que recouvre bienheureusement la neige fraiche.

La pente est maintenant bien descendante jusqu’à la bordure boisée qui marque le haut du canyon. Nous avons laissé la ferme à une centaine de mètres, sur la droite. Nous commençons à descendre dans le bois en cassant la pente au maximum. La progression est assez facile… Après une cinquantaine de mètres, je décide d’aller explorer le passage du ruisseau avec Fabien. La descente continue sur une pente plus soutenue. Arrivés à quelques dizaines au-dessus du fond de ravin, le bruit sourd du torrent qu’on n’aperçoit pas encore me laisse penser qu’il est bien en eau et qu’il sera difficile à franchir… De plus la pente pour sortir du canyon et remonter vers la route du col de la Croix Morand semble sévère même si en amont des passages moins abruptes se proposent. Il y a quelques années nous avions descendu le canyon en été pour gagner le Val Blanc et nous avions trouvé des passages faciles pour remonter. Il faut donc abandonner l’idée du Val Blanc et nous rejoignons le groupe qui nous attend plus haut. L’idée est maintenant de rejoindre le puy de l’Aiguiller et de continuer vers le puy de la Croix-Morand. Pour remonter vers le puy Corde, plein nord, nous rejoignons le chemin d’exploitation qui part de la ferme. Quelques centaines de mètres plus haut, nous devinons les traces que nous avions faites à la descente : le vent souffle et les a presque effacées. Nous longeons l’est du puy Létaud sans le voir. Peu après nous quittons le chemin pour prendre au NE le sommet du puy de Corde à 1484 m. La montée est soutenue et le fort vent de NW ne nous facilite pas la progression.

Nous ne nous attardons pas au sommet 😊 et nous redescendons NE… En bas du puy, nous entamons aussitôt la montée à l’Aiguiller. La pente est relativement douce mais cela fait près de 4 heures que nous marchons… Le sommet atteint je repique vers la rupture de pente qui surplombe la forêt du Train pour retrouver le GR30. Les premiers arbres apparaissent. Il faut descendre un peu pour trouver refuge dans le bois qui commence.

La pause repas est rapide (moins de 10 minutes). Juste avant le repas, un membre du groupe m’apprend qu’il ne se sent pas très bien surtout dans les montées. Il reste un peu de chemin jusqu’à la Croix Morand et au retour il faudra remonter sur le plateau de l’Aiguiller… Je décide donc d’écourter la rando et de prendre le chemin du retour. Nous nous calons sur le GR 30 jusqu’au col puis au parking.  Belle rando dans des conditions hivernales comme on les aime. « Merci à Laurent et Pascal pour leurs photos »

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Jeu 29/02/2024 Rando Au Pays des Couzes – Champeix

Animateur : Yves
Nombre de participants : 21 animateur compris (12 F, 9 H)
Météo : fraicheur au départ suivie de douceur, ciel bleu
Distance : 25 km
Dénivelé : 800 m
Durée : 8 H
Classement Atlas : facile
Kilométrage auto : 54 pour 3 véhicules et 32 pour 2 autres  soit : 226 km
Préparation et rédaction : 2 H 30
 
ITINERAIRE : Plauzat, la Gravière, PC601, Sauciat, PC555, Champeix, la Rougère, PC649, Puy de Lavelle, Lavelle, les Clos, Pleignat, La Croix du Bonhomme, Champeix, la Quaye, PC592, la Cave Martin, Plauzat.  


Belle fraicheur ce matin au départ de Plauzat, village vigneron que nous traversons souvent mais que nous visitons rarement. Direction donc le centre bourg, ancien village fortifié avec : son château du 17°S construit sur des fortifications du 14°S où a pris place la mairie, son église St Pierre attenante, et la magnifique fontaine aux Lions du 12°S, œuvre de Louis Gournier sculpteur Clermontois qui agrémente ce lieu. Les trois bambins joufflus supportant la vasque supérieure semblent sourire en nous voyant.

Fontaine aux Lions

Cap sud-ouest, passage devant la fontaine St Jean, édifiée en 1874. Cette fontaine dans laquelle se prélassent de beaux poissons rouges, est dotée d’une colonne servant de répartiteur pour ses deux compagnes, Notre Dame et Sainte Austremoine.

A la Tronchère, les ruines et la cheminée nous rappellent qu’une briqueterie existait à cet endroit, et qui faisait l’écho à celle plus importante de Ludesse.
L’atmosphère se réchauffe, le ciel se dégage, et dans la descente sur le château de la Martre le Sancy nous apparait tout de blanc vêtu. 


A proximité du château, rencontre avec le GRP Autour d’Issoire que nous suivons jusqu’à Sauciat et là en plein champ une pierre debout : le Menhir de la Pierre Fichade, réalisé en arkose de 3,37 mètres de haut et d’un poids de 15 tonnes, érigé à l’âge de bronze entre 1500 à 1800 avant notre ère. Ce menhir à la signification rituelle ou religieuse se caractérise par sa forme, cheval ou hippocampe à vous de choisir !

Menhir de la Pierre Fichade

Notre parcours contourne la Chaux d’Aubany aux nombreux blocs rocheux accrochés sur la pente du vallon du ruisseau du Parc, traverse la Couze Chambon à la sortie ouest de Champeix et poursuit en direction du Puy de Lavelle.
Au Cheix de la Fie, contraste étonnant, entre un important champ de lavande et le Sancy enneigé en toile de fond.

Champ de lavande

La montée au Puy de Lavelle se fait en hors piste, car des engins passés par là pour empierrer un accès véhicules ont détruit les belles sentes préalablement existantes. Nous sommes presque en haut, mais l’endroit est trop attirant pour ne pas pique-niquer, ce que nous faisons. Une herbe sèche agréable, une vue presque à 360°, une température printanière, un ciel au bleu méditerranéen : l’idéal en somme.


Le Puy de Lavelle, petit volcan atypique qui s’étale sur 1,5 kilomètre, avec ses deux sommets, ses orgues qui dominent le village éponyme, est une zone d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Nous l’arpentons sur toute sa longueur avant de descendre dans le village. Là nous marquons un petit arrêt pour contempler la chapelle Notre-Dame de la Paix, construite en 1714, restaurée en 1850, de style néoclassique avec son clocher mur, sa cloche très ancienne de 1714 reconnue monument historique en 2018.

Chapelle Notre Dame de la Paix

A la sortie du village, nous reprenons plein nord, ce qui nous permet de découvrir la face est, la plus escarpée du Puy avec les orgues et les nombreux promontoires.
Déambulation entre les champs ensemencés, montée à la Croix du Bonhomme avant de dégringoler sur Champeix. Dans le village belle vue sur le Marchidial centre historique enveloppé par l’ombre de fin d’après midi.

Vue sur le Marchidial

Traversée de la Couze dans l’autre sens pour poursuivre, toujours face au nord, notre chemin en direction de Plauzat où arrivent les premiers nuages.

Une remontée sympathique entre les rochers nous permet de nous extraire de Champeix. Sur le plateau, paillats et vignes sont les stigmates d’un passé viticole important.

La journée qui aura été douce et agréable se termine sous le soleil. 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-