Date : 01 avril 2021
Animateurs : Mady, Yves (Lucette et Liliane en appui sur groupes 2 et 4)
Nombre de participants : 20 animateurs compris (11 F, 9 H)
Météo : temps estival, grand soleil, très chaud
Distance : 22 km
Dénivelé : 990 m
Durée : 7h45 pauses comprises
Carte : Ign 2533 O
Classement Atlas : moyenne
Kilométrage auto : 90 x 3, 64x 2 soit 398 km
Préparation et rédaction : 2 h30

Consignes sanitaires : Afin de respecter les règles en vigueur, 4 groupes ont été formés avec chacun un animateur. 2 groupes ont fait la randonnée en sens inverse.

ITINERAIRE : Courgoul, Gorges de Courgoul, traversée D 26 PC 681, plateau de la Chavade, Roche Nité, Valbeleix, Prat, le Vernet, Marcenat, PC 960, Pailhats de Courgoul, Courgoul.
Un peu de fraîcheur, ce matin dans les gorges de Courgoul où coule la Couze de Valbeleix qui naît près du col de la Chaumoune et qui va se jeter dans la Couze Pavin à Saurier. Le sentier surplombe de près ou de plus loin, la Couze et la D26. Au niveau du pont gallo romain qui permettait en des temps anciens d’enjamber la Couze, nous traversons la départementale pour prendre la direction sud pour nous diriger vers le plateau de la Chavade.

Nous oublions rapidement la fraîcheur car pour conserver les bonnes habitudes de l’association, l’animatrice a décidé lors de la préparation du parcours de quitter le chemin balisé pour effectuer une partie de la montée en hors piste. Le bois de hêtres et de chênes se prête bien à ce jeu ! Les efforts effectués sont récompensés par la découverte dans une pâture près de la ligne à haute tension (beau point de repère), les premières anémones pulsatiles, et un peu plus loin à nouveau à couvert, du Bois Joli au début de sa floraison. Puis un cheminement tranquille nous permet de traverser le plateau de la Chavade et même de trouver sur un bord de chemin une morille que ne demandait qu à être cueillie.

Anémones pulsatiles

L’espace est immense et nous offre une vue magnifique d’abord sur le massif du Sancy sur lequel subsiste des langues de neige, puis sur les Dômes. Nous le longeons par le bord ouest ce qui nous permet d’avoir aussi une vue plongeante sur la vallée de la Couze. Dernier effort avant le pique nique, pour grimper au sommet de la Roche Nité.
A 1150 m, cette dent de lave domine la vallée glaciaire de Valbeleix.

La Roche Nité

Quelle magnifique salle à manger avec un panorama exceptionnel et là encore un tapis d’anémones pulsatiles ! On ne peut malheureusement pas trop s’attarder car il reste encore plus de la moitié du parcours à effectuer. Dans la descente sur le Valbeleix, rencontre avec les autres Atlassiens qui finissent leur déjeuner. Après Valbeleix qui se serait appelé auparavant Bosbeleix signifiant belle vallée en patois, nous remontons progressivement d’abord sur le Vernet, puis Marcenat en faisant plusieurs pauses pour se désaltérer car il fait chaud. Arrêt un peu plus long à la Chapelle de Marcenat, dernière petite grimpette, nouveau plateau puis descente sur Gourgoul par un chemin en forte pente. Finalement c’est aussi fatigant que de monter !

Nous terminons par les Pailhats de Courgoul, cultures en terrasse et murets de pierre sèche qui les soutiennent réhabilités par une association du village. Pendant un court instant nous distrayons par notre passage un bénévole qui travaille au désherbage d’une parcelle de vigne. Un petit escalier de pierre nous ramène sur le chemin et ce sont les derniers mètres avant les voitures ….

A proximité de Courgoul

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.