Séjour n° 10. Randonnée linéaire le long du Petit Sioulet et du Sioulet.
Du vendredi 19 au dimanche 21 mars 2021 prévu à l’origine du 04 au 06 juin 2021.
Animateur : Michel J.
Nombre de participants : 8 dont 1 femme et 7 hommes.
Météo: neige au sol le vendredi, temps couvert puis éclaircies ponctuelles, quelques flocons dans l’après-midi. Samedi. Après une nuit froide, le reste de la journée a été ensoleillée avec une bise de Nord-Est. Dimanche, après une nuit fraîche, la journée a été claire et à l’abri du vent et douce.
Classement : moyen compte tenu des distances parcourues et des parties hors pistes.
Transport : dépose des participants avec deux véhicules, une Peugeot modèle 206 et une Renault, modèle Kangoo. Assistance, le vendredi en fin de matinée suite à la blessure de Régis avec la Peugeot 206. Récupération des adhérents, dimanche vers 16h30 à la plage de la Chazotte avec un Peugeot 3008 et une Citroën C8. Merci aux conducteurs, Germaine, Mady et Yves pour leurs disponibilités.
Kilométrage routier : 546
Temps de préparation du matériel et rédaction des divers documents : 10 heures.
Cartographie utilisée : cartes Ign, Top 25 et série bleue au 1/25000 n°2430 Est, n°2431 Ouest, n°2432 Ouest.
Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires ; afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Une des sources du Petit Sioulet

Matériel mis à disposition : deux tentes Jamet et une tente Ferrino. Quatre couvertures de survie Space Blanket orange, un sursac en goretex.
Consignes sanitaires : afin de respecter les règles en vigueur, 2 groupes de quatre personnes ont été formés et se sont déplacés à vue. Le couchage s’est fait sous des tentes individuelles.

Faune rencontrée : une dizaine de chevreuils à différents moments et deux renards en chasse. De nombreux rapaces et notamment des milans royaux.

Mot de l’animateur.
Inédit, le challenge consistait à suivre au plus près les rivières, le Petit Sioulet, de la source choisie, puis le Sioulet jusqu’à sa disparition dans la retenue des Fades Besserves. Une grande partie de hors piste a été nécessaire pour réaliser le parcours, de longues traversées de forêts, des détours dus à la végétation dense, des pentes rocheuses contournées, des traversées de ruisseaux et d’une rivière. Le niveau d’eau du Sioulet nous a obligé à revoir parfois le tracé sur le terrain, les bords de la rivière n’étant pas accessibles. Une belle aventure dans un cadre sauvage avec deux bivouacs en pleine nature.


Quelques chiffres : données fournies par une montre Sunto (dénivelés et durée du déplacement) et une montre gps (distances parcourues et durées journalières des randonnées).
Dénivelées positives : 1415m. Dénivelées négatives : 1845m, kilométrage total : 58
Heures de déplacement sur les 3 jours 21h46. Heures de randonnées : 19h40
DD : durée du déplacement ; DR durée de la randonnée ; DP dénivelée positive ; DN dénivelée négative ; KM : kilométrage
Jour 1.Vendredi 19 mars(DD 7h18 DR 6h00 DP 295m DN 560m KM 16).
Le départ prévu à 08h00 a été différé compte tenu de l’enneigement des chaussées suite aux chutes de la nuit de jeudi à vendredi. Nous sommes partis sur des routes assez bien dégagées à 10h00. Arrivés à l’entrée de Tortebesse, la petite route puis le chemin carrossable qui nous conduisaient au départ de la randonnée étaient impraticables en voitures. A pied et après 2,5km, nous avons gagné le point de départ choisi dans la forêt domaniale de l’Eclache. La source ou plutôt les sources qui donnent naissance au Petit Sioulet sont principalement au nombre de deux, le ruisseau qui vient de l’étang situé à proximité du bois des Trois et un autre ruisseau qui ramasse une multitude de rases de la forêt domaniale dans le bois de la Ganne à une altitude de 950m environ. L’ensemble se rejoint au niveau du moulin des Renards où l’orientation devient Ouest. Nous cheminons sur des sentes, des chemins peu pratiqués et encombrés par des bois morts ou tombés au cours de l’hiver. A hauteur du moulin de Taillefer, nous partons vers le Nord, la neige a, peu à peu disparu au sol ou représente une couche peu épaisse. Avant Chez Détros, nous traversons une pâture pour gagner une zone boisée avant de couper la D82 et retrouver la forêt à Terre Noire. Des chemins nous permettront d’arriver avant le couvre-feu à notre bivouac après le lieu dit Chez Guyonnet.

Jour 2. Samedi 20 mars(DD 8h25 DR 8h00 DP 600m DN 700m KM 21).
Il fait froid au moment du lever du soleil mais la nuit a été tranquille, quelques flocons tombés donnent une ambiance particulière au petit déjeuner. La journée s’annonce belle et lumineuse. Toujours rive gauche, nous laissons rapidement le pont d’Herment sur notre droite lorsque nous traversons la D987 puis pénétrons dans le vaste bois de Chez Paris jusqu’à buter sur la rivière La Perchade, au débit aussi important que le Petit Sioulet. Pas de pont, l’exercice aquatique envisagé et annoncé dans la note technique devient réalité. En slip avec une hauteur d’eau à mi-cuisse, fraîche, nous franchissons l’obstacle, la rive opposée est dégagée et le soleil brille !

La rivière Perchade sous le soleil

A partir de maintenant, La Perchade et le Petit Sioulet deviennent à leur confluence, le Sioulet. Notre progression continue dans le bois du Mialler quelque peu chahuté par l’exploitation en cours et nous arrivons à une nouvelle petite rivière, la Ribière que nous traversons sur un minuscule mais joli pont de pierre au niveau du moulin des Brousses. Une belle forêt mixte composée de hêtres et de résineux nous amène au pont de Singlet puis par le bois de la Chapoule, pont Bagnard où nous passons rive droite. Une barre rocheuse, nous oblige à grimper en posant les mains afin d’atteindre le lieu-dit Poneix. Quelques pâtures traversées plus loin, nous arrivons sur la forêt domaniale de Combrailles. Quelques minutes à trouver le bon passage dans une odeur de lisier fraîchement répandu et dans des pentes aux courbes de niveau très serrées. Nous nous rapprochons à nouveau du Sioulet et une source trouvée sur le passage décidera de notre lieu de bivouac.


Jour 3. Dimanche 21 mars (DD 6h03 DR 5h40 DP 520m DN 585m KM 21).
La nuit fut moins froide et le lever de soleil illumine le pré où est posé le bivouac et une légère brume flotte sur le Sioulet tout proche. Aujourd’hui, l’itinéraire est plus simple et roulant. Le fond de vallée est atteint par un chemin fort humide puis une petite route nous fait traverser Val aux maisons magnifiquement restaurées. La route D941, importante, nous fait penser que la civilisation n’est pas loin. L’arrivée sur Pontaumur se fait en suivant le tracé du GR460 puis nous gagnons la rive droite pour suivre la sente des gorges du Sioulet aux méandres plus ou moins serrés. Cheminement magnifique avec des vues sur le cours d’eau à travers les arbres encore dépourvus de feuilles. Grossie par les eaux de la rivière Saunade arrivant de la rive gauche à la sortie de Pontaumur, la rivière s’élargit et laisse sur la rive des dépôts de sable. Des flaques d’eau font penser qu’il y a quelques jours le passage emprunté était sans doute très humide. Bientôt se dessine sur fond de ciel bleu et sur un promontoire rocheux, la petite église du XII ème siècle de Miremont qui possède un chevet caractéristique du roman auvergnat. Le village traversé, nous repassons le Sioulet rive droite, suivons pendant 1km500 environ la route pour éviter les différentes zones humides le long du début de la retenue. Une dernière grimpette et c’est la descente vers le plan d’eau. Le niveau est très bas et une large bande de sable sera notre voie jusqu’à la plage de la Chazotte, lieu de la récupération des participants de cette belle aventure.

Accidents ou incidents : après avoir parcouru environ 3,5 km, Régis a glissé et s’est tordu la cheville. L’évacuation s’est déroulée en fin de matinée grâce à Yves revenu sur les lieux. L’après-midi, Claude a également chuté. Il a souhaité avec courage continuer la randonnée malgré ma proposition de le faire rapatrier le samedi matin sur Clermont-Ferrand.

Observations : l’ambiance a été bonne au sein du groupe et une bonne entraide s’est mise en place au cours des trois jours.

le groupe à l’arrivée

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.