Animateur : Thierry
Nombre de participants : 5 animateur compris (3F-2H)
Météo : ensoleillé et très chaud
Distance : 26,4 km   (GPS)
Dénivelée : 798 m (GPS)
Durée : 7h30
Classement Atlas : Facile
Kilométrage voitures : 176 – 1 voiture de Montferrand

Itinéraire : Vebret, La Monthélie, La Robertie, Chastel-Marlhac, la Grange, Jalaniac, Brocq, Crayssac, ouest de Menet, puy de Menoyre, le Pouget, Pratoupy, la Montsélie, Pradaguet, Pouzadou, la Valette, Vebret

Cette rando s’est déroulée autour de la vallée du Violon qui prend sa source vers Trizac et se jette dans la Sumène à Vebret. Dans son cours terminal il a creusé des petites gorges que nous garderons à vue jusqu’en fin de matinée. Atlas ne randonne pas souvent dans ce secteur du nord Cantal. Je me rappelle la rando que j’avais organisée autour de Trizac…. Vebret est un petit village typique du Cantal avec de très belles maisons aux imposantes toitures descendantes, en lauze ou en ardoise, à 4 pans avec souvent de belles mansardes qui renforcent leur élégance. Les linteaux des maisons, portent gravés ou sculptés, les initiales ou les noms de leurs propriétaires, Le village est également riche d’une belle église romane, Saint-Maurice et Saint-Louis avec un beau clocher peigne et à l’intérieur de la nef, un imposant Christ monumental en bois polychrome du début du 13ème siècle. D’emblée nous sommes sous le charme de ce petit coin du Cantal.

l’église de Vebret et le plateau de Chastel au fond à droite. 

Nous suivons une route vicinale qui nous chauffe un peu les mollets pour atteindre le plateau de Chastel-Marlhac, promontoire au-dessus du pays de Vebret et de la vallée du Violon. Le plateau est ceint de murailles de basalte de plus de 50 m de hauteur C’est un des plus beaux exemples de lac de lave fossile en ance. Le contour du cratère a été dégagé par l’érosion et ne reste plus que cette table basaltique occupée autrefois par un lac glaciaire asséché aujourd’hui. On voit ici ou là sur le plateau quelques blocs erratiques de basalte… Des fouilles au milieu du siècle dernier ont prouvé que le plateau avait connu une occupation gallo-romaine. Nous n’en voyons aucun vestige. Des points d’observation aménagés au sud-est on a une vue qui porte loin au nord et à l’est sur le Sancy et vers la planèze de Trizac. Nous avons sous les yeux le cheminement de la matinée, dans et au-dessus de la vallée du Violon.

la vallée du Violon vue de Chastel-Marlhac  

Le village de Chastel implanté au sud-est du plateau est fait de très belles maisons toutes très bien restaurées. Une fois encore, il faut s’arracher de ce petit coin charmant où je m’installerai bien. Nous perdons rapidement une centaine de mètres pour traverser le ruisseau de la Grange, affluent du Violon. Sur le pont, nous croisons des promeneurs qui viennent du hameau de Prunet Haut, au nord. Deux d’entre eux nous parlent de leur coup de cœur pour la région à l’occasion d’une villégiature estivale et de leur installation définitive il y a quelques années… Ce dont je rêvais plus tôt, ils l’ont fait 😊 Après un kilomètre dans la vallée, je choisis dans le hameau de la Grange de poursuivre la route au sud-est en reprenant un peu d’altitude plutôt que de rester en fond de vallon sous le couvert végétal qui masque le reste du paysage, typique du sud Artense. Prochaine étape, l’abbaye cistercienne de Brocq. De la bâtisse il ne reste rien aujourd’hui car après la Révolution qui lui arracha sa chapelle, un incendie à la fin du 19ème siècle finit de ruiner le très ancien édifice construit plus de 700 ans plus tôt. Le pavillon reconstruit au siècle dernier ne témoigne pas de la destination originale du lieu. Nous poursuivons la route toujours au sud-est vers Crayssac. Parvenu sur quelques points hauts, le regard porte loin sur des successions de douces collines et de pâturages encore verts qui font d’autant mieux ressortir les belles robes acajou des salers qui broutent nombreuses encore.

 Prés et collines

Nous mangerons justement dans un de ces prés, déserté lui. A Crayssac, nous amorçons notre remontée au nord vers Menet et son petit lac. Une des participantes à la rando du jour vécut jusqu’à ses 15 ans dans la ferme de ses parents à l’est de Menet, à Ensalers. L’occasion d’évoquer ses longues marches pour gagner l’école du village ou les séances hebdomadaires de catéchisme, en toutes saisons… On n’est pas étonné de sa forme actuelle en voyant les pentes à remonter du village vers la ferme familiale 😊 Nous ne faisons pas le détour par le bourg et nous contournons également par l’ouest le puy de Menoyre dont les eaux qui ruissellent sur ses pentes Est alimentent le lac blotti juste à ses pieds. La suite de la balade se partagera entre petites routes et traversées de prés imposées par la disparition d’une belle sente dessinée sur la carte et par la décision d’agriculteurs locaux de fermer par un portail anormalement élevé un beau chemin d’exploitation. En fin de balade, à la Montsélie, la chaleur nous oblige à trouver à tout prix, assoiffés que nous sommes, un point d’eau potable. La rando se finit tranquillement en pentes douces qui nous ramènent à Vebret.

Un beau chemin abandonné

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.