du 11 juin au 17 juin 2022

Carte utilisée : 3242OT (non à jour par rapport au terrain), éditions openrunner pour quelques parties des J4 et J5 non sur la carte, topoguide : Tours dans le Luberon et les monts du Vaucluse
Animatrice : Mady
Nombre de participants : 12 animatrice comprise (7F, 5H)
Classement Atlas du séjour : facile sauf J 5 moyen.
Kilométrage pour 3 voitures : 2609 km comprenant, l’aller Clermont Fd / Rustrel, les déplacements sur place (aller retour Rustrel/Oppeddette, Rustrel/Apt, AR Apt /Saignon) et le retour Apt /Clermont-Fd. Météo : temps très chaud entre 20° les matins à 38/39° les après-midis.
Les données kilométriques et altimétriques des randonnées sont le résultat du calcul du logiciel de cartographie openrunner.
Temps de préparation et rédaction: 80h.

 

JOUR 1 samedi 11 juin
Trajet voitures : départ de Clermont Ferrand à 7h. Arrivée au Colorado provençal de Rustrel à 13h
Nommé ainsi pour sa couleur, colorado en provençal veut dire « qui est coloré », le Colorado provençal est un ancien site industriel, exploité de la fin du XVII e siècle jusqu’en 1992, pour extraire l’ocre. Il y a plusieurs millions d’années, la mer alors présente en Provence se retire en laissant derrière elle des bancs de sables enrichis d’une argile ayant pour particularité de contenir du fer, la glauconie. Les pluies abondantes et la circulation de l’eau dans le sous sol forestier provoquent l’altération de ces sables qui ont pris selon la proportion d’oxyde de fer ou autre métaux, des couleurs qui vont du gris au vert, en passant par le jaune et le rouge. Pour encore plus de contraste, des sables blancs complètent la gamme des couleurs.
L’ocre comptait 2 utilisations principales : épaissir le caoutchouc (rondelles des bocaux) et servir de pigments (utilisation toujours d’actualité), mais l’arrivée des colorants synthétiques concurrença les ocres naturelles et après un long déclin, l’exploitation s’arrêta peu à peu.
Devant la variété de couleurs et de paysages, une association se forme en 2009 afin de sauvegarder le site et démarre alors une exploitation touristique.
Après le pique-nique pris à l’abri de l’ombre des arbres car il fait plus de 30 degrés, nous partons à la découverte de ce site. J’avais prévu de faire le circuit du Belvédère qui est le plus long, mais en raison des risques d’incendie, seul le petit circuit (circuit du Sahara) est ouvert.

 

 

Dans le Sahara provençal

Durée : 40 nm, distance : 2,1 km, dénivelé : 10 m. Une promenade pour des Atlassiens ! C’est donc d’un pas de sénateurs que nous admirons ces paysages aux différentes couleurs.

 

 

Ancien canal. Vestige de l’exploitation de l’ocre

Il est encore tôt lorsque nous avons terminé. Nous reprenons les voitures pour aller au centre du village de Rustrel où se situe notre hébergement. Peu d’activité dans le village mais un bar est ouvert et sa terrasse sous les platanes est bien agréable pour un rafraîchissement avant l’installation au gîte. Après la présentation de la semaine et des parcours que nous allons effectuer, ce 1er soir commence par la dégustation en apéritif de l’incontournable et succulent pâté de Jean Louis suivie d’un copieux repas pris en extérieur dans un petit amphithéâtre, et se termine par un petit tour du village avant de regagner les chambres.

 

JOUR 2 dimanche 12 juin
Destination les gorges d’Oppedette et ses environs puis retour au gîte. Distance : 20 km. Dénivelé : 500 m. Durée : 8h.
Randonnée : Les gorges d’Oppedette, Pont du Grand Vallat, Oppedette, la Grange des Davids, Boulinette, Valsaintes, L’Abbadie, le Saut du Moine, Oppedette.
Ayant pu prendre le petit déjeuner assez tôt nous partons du gîte avant 7h45 et pourtant les voitures affichent déjà une température de 21degrés. Le parcours aller jusqu’à Oppedette nous permet de découvrir à l’horizon Viens et son château ainsi que les paysages boisés des monts du Vaucluse et le Mourre Nègre que nous gravirons dans quelques jours. A l’entrée d’Oppedette, nous nous garons tout à côté du parking du belvédère en travaux en essayant de faire en sorte que l’ombre protège les voitures toute la journée. Depuis 2009, de nombreux travaux d’aménagement et de protection ont été réalisés pour permettre la préservation et la découverte de ces magnifiques gorges de 2,5 km de long, 140 m de large et 200 m de profondeur par endroits. Cet espace naturel sensible abrite de nombreuses espèces de chauve-souris, des rapaces diurnes et nocturnes et des fleurs protégées.

 

 

Descente dans les gorges

 

 

Nous commençons immédiatement la randonnée par la descente dans le canyon en suivant un sentier accroché à la falaise. Les passages délicats sont bien sécurisés par des mains courantes et les plus à l’aise dans ce genre d’exercice aident ceux qui ont un peu d’appréhension.

 

Face à la paroi à l’aide d’une main courante

C’est la rivière Calavon qui coule au fond des gorges. Son nom signifierait « Rivière de Pierre ». Elles sont en effet en majorité et la rivière est réduite à quelques vasques. C’est le soulèvement de la montagne de Lure et du plateau de Vaucluse qui ont entraîné l’enfoncement du canyon entaillant l’épaisse série des calcaires qui constitue la grande masse des monts de Vaucluse. Arrivés au fond des gorges nous suivons vers l’aval, sur environ 300 m, le lit de la rivière.

 

 

Le fond des gorges

Le lieu avec ses grottes creusées par les eaux, ses gros rochers rappelle beaucoup les canyons de la Sierra de Guara où Atlas a effectué de nombreux séjours canyoning. Un sentier bordé d’arbres, de petits gués, encore quelques passages câblés nous amènent jusqu’au Trou des Condamines. Là s’arrête le cheminement dans le fond du canyon et il faut remonter rive droite par une pente assez raide mais bien à l’abri des arbres et donc du soleil et où encore de nombreuses mains courantes aident à se hisser.
Dernier passage sympathique, l’Aven de l’Échelle (sorte de grotte tunnel équipée comme son nom l’indique d’une échelle) qui permet de ressortir sur une longue corniche aérienne qui offre de belles vues sur le canyon et le village.

 

 

Aven de l’échelle

Entre taillis de chênes, buis, genévriers, un chemin confortable serpente en balcon et seuls quelques passages pierreux nécessitent un peu d’attention. De belles trouées dans la végétation permettent de profiter d’une vue plongeante sur les gorges.

 

 

Vue générale des gorges

Nous descendons progressivement vers le pont de la Blaque qui permet de traverser le Calavon. Nous nous retrouvons ainsi à nouveau rive gauche et remontons toujours grâce à de petits chemins bien ombragés vers le parking du belvédère. Un dernier regard aux gorges avant de poursuivre vers le village d’Oppedette. Un ravitaillement en eau au cimetière pour certains, à la fontaine du village pour d’autres et nous continuons sur les GR 4-GR6 qui après une petite partie sur chemins, suivent malheureusement la D201 que nous quittons ensuite pour une petite route qui remonte vers la Grange des Davids. Là nous retrouvons des chemins et même s’ils sont en partie très ensoleillés c’est tout de même plus agréable pour les pieds ! Et puis sous la chaleur, nous profitons des effluves du thym qui les bordent. Après la pause pique-nique à l’ombre d’un bosquet nous retrouvons les GR. Le parcours vallonné jusqu’à Boulinette et l’ancienne abbaye de Valsaintes alterne entre ombre et soleil et se poursuit agréablement jusqu’à la D201. Après la traversée de celle-ci, nous continuons à nouveau sur du macadam (D451) en direction de Valsaintes. A hauteur du camping, Régine victime d’un dérangement intestinal depuis le matin décide de nous attendre là en compagnie d’Elisabeth un peu fatiguée par le passage du matin dans les gorges. Promis nous repasserons les prendre sur le chemin du retour ! Sous une belle allée de platanes, le reste du groupe repart sur un chemin en direction du Saut du Moine, lieu caractéristique sur le Calavon.

 

Le saut du moine

La légende raconte que pour échapper à la terreur de la fin du XIV°siècle, un moine de l’abbaye de Valsaintes aurait sauté à cheval d’un des rochers qui surplombent le Calavon. De nos jours, quelques vasques plus ou moins remplies d’eau selon la saison, de grandes dalles de pierre, en font un lieu de pique-nique et de baignade pour les gens de la région. En ce dimanche, quelques personnes essaient d’y trouver un peu de fraîcheur. Une petite pause boisson et nous repartons toujours sur un chemin jusqu’à retrouver à nouveau la D201 qu’il nous faudra suivre jusqu’à l’entrée d’Opeddette. Dans le village, nous prenons d’assaut la fontaine pour une grande séance de rafraîchissement. Certains iront même jusqu’à tremper la tête dans le bassin. Un dernier effort pour sortir du village et remonter aux voitures. Il est temps d’aller récupérer nos deux camarades. A 17h c’est fait et nous prenons la direction de Simiane-la-Rotonde petite cité médiévale située sur un piton rocheux. Compte tenu de l’heure nous ne pourrons pas visiter le château et sa magnifique rotonde mais nous parcourons les rues étroites et escarpées, découvrons belles façades, portes sculptées, fenêtres ouvragées et un magnifique panorama sur la plaine et les champs de lavande qui commencent à bleuir.
Au gîte une bonne douche, remet tout le monde en forme pour un excellent repas pris à nouveau dans l’amphithéâtre. Puis il est temps de préparer les sacs pour l’itinérance de 4 jours. Avec la chaleur annoncée, vêtements chauds et de pluie resteront dans les voitures.

 

JOUR 3 lundi 13 juin
Départ de Rustrel pour une itinérance de 4 jours.
1ere étape Rustrel/Cereste. Distance : 19 km. Dénivelé positif : 470 m. Dénivelé négatif : 500 m. Durée : 7h.
Parcours : Rustrel, La Croix de Christol, St Amas, St Laurent, Viens, l’Homme Mort, l’Arconade, D 33, Céreste.
Si nous voulons déjeuner tôt et partir avec encore un peu de fraîcheur, il nous faut aller chercher le pain et les viennoiseries à la boulangerie. Pas de problème, Jean Marc et Daniel se sont portés volontaires. Ainsi nous pouvons déjeuner dès 7h et prendre le départ à 8h.
Hier suite à échange avec le gérant du gîte, j’ai décidé de modifier le parcours, celui initialement prévu étant très ensoleillé. Sur ses conseils, je vais suivre le GRP plus ombragé ce qui nous fera au début longer le Colorado Provençal et ainsi découvrir une partie complémentaire à celle que nous avons vue samedi. Je ne regrette pas la modification car en effet le parcours se révèle très agréable dès que nous rejoignons le GRP. Après avoir traversé la Doa petit ruisseau affluent du Calavon, nous nous retrouvons à couvert dans une forêt de chênes et de pins bordée par les ocres au fur et à mesure que le chemin s’élève et nous amène sur le plateau. Les cultures remplacent la forêt. Des céréales mais surtout des champs de lavande en début de floraison ; dommage, la couleur bleue n’est pas aussi vive qu’on le souhaiterait pour les photos.

 

 

Champ de lavande

Le ciel légèrement couvert, un peu d’air nous permettent de bénéficier d’une relative fraîcheur et ce n’est qu’en approchant de Viens (village que nous avons traversé hier en voitures) que nous retrouvons le grand ciel bleu et à nouveau la chaleur. Une visite à l’épicerie encore ouverte pour acheter des bouteilles d’eau bien fraîches, le déplacement de 2 bancs du soleil à l’ombre sur la place où trône le monument aux morts et la pause pique nique peut avoir lieu. Elle sera complétée par certains par un café pris au restaurant le plus proche avant de repartir. A la sortie du village, on retrouve un étroit chemin en corniche qui serpente au milieu des buis et des chênes tantôt ombragé, tantôt très ensoleillé, et dans ce cas, des bouffées de chaleur remontent des pierres qui le pavent par endroits. Dans les trouées, on aperçoit dans la vallée, le jaune des céréales et de l’herbe sèche, le bleu de quelques champs de lavande.

 

Progressivement nous descendons en altitude et arrivons au niveau de la D33 qu’il nous faut suivre sur 1,500 km. Faite à bonne allure, cette partie de route en plein soleil paraît finalement assez courte. Ensuite, une ancienne voie ferrée ombragée, doit nous amener jusqu’à l’entrée de Céreste avec le passage par un tunnel mais nous arrivons à l’entrée du village sans l’avoir emprunté. Des promeneurs nous confirment qu’il existe bien mais nous n’avons pas vu de bifurcation. Pourquoi, problème de signalisation, de chaleur, de facilité dans le cheminement ? Nous ne répondrons pas à cette question, personne n’ayant envie de faire demi- tour. Il est encore tôt et nous nous installons à la terrasse d’un bar à l’ombre des platanes en attendant l’heure d’appeler la responsable du gîte. Nous y rencontrons un randonneur solitaire qui lui aussi attend que l’hébergement soit ouvert. Peu avant, accompagnée des féminines du groupe, je vais faire les courses pour le petit déjeuner et une partie du pique-nique du lendemain car la restauration n’est pas organisée par le gîte. Pour le repas du soir, c’est le restaurant l’Aiguebelle tout proche qui nous accueille. Dans le menu proposé, chacun peut choisir ce qui lui convient. Encore un bon repas avant une nuit réparatrice

!

JOUR 4 mardi 14 juin. Distance : 20 km. Dénivelé positif : 550 m. Dénivelé négatif : 400 m. Durée : 7h.
Parcours : Céreste, le prieuré de Carluc, ravin d’Aiguebelle, Montjustin, Luzerne, ravin du Gancet, Carbonnel, Vitrolles-en-Luberon.

Après le petit déjeuner, préparé en commun et pour lequel Jean Marc et Daniel ont encore été sollicités pour aller chercher le pain frais et les viennoiseries, direction la boulangerie pour acheter pizzas, sandwichs ou fougasses pour compléter le pique-nique du jour. Ensuite c’est le vrai départ avec pour 1er objectif situé au nord est du bourg, le prieuré de Carluc. A la sortie du bourg, nous passons sur le pont de la Baou (colline, falaise, escarpement, en provençal), classé monument historique romain en 1862, alors qu’il est en réalité roman car construit en 1740. Il permet de franchir l’Encrême affluent du Calavon. Jusqu’au prieuré nous suivons une petite route qui monte légèrement. Il est tôt mais il commence à faire chaud. Aussi quel plaisir d’arriver au Prieuré lieu isolé et silencieux dans un écrin de verdure. Nous prenons le temps de découvrir le site aux ruines lourdes d’histoire.

 

 

Eglise sur le site de l’abbaye de Carluc

La proximité de l’ancienne Via Domitia en fit une étape au Moyen-Âge pour les pèlerins sur la route entre l’Espagne et l’Italie. Mais c’était un lieu de culte sans doute plus que séculaire à l’époque médiévale puisque le prieuré jouxte une petite falaise, creusée de galeries, d’habitats rupestres et de tombes.

 

A droite et à gauche de la photo tombes sur le site de l’abbaye

Après la visite, nous reprenons la direction sud. Pour éviter une partie du macadam faite à l’aller, je propose d’emprunter un chemin présent sur la carte mais non balisé informant toutefois que je n’ai pas vu son débouché à l’aller. Peut être une petite partie de hors piste à prévoir ! En effet, au bout de quelques mètres la sente disparaît mais la végétation peu importante reste facilement franchissable jusqu’à l’arrivée sur la route. Le GRP « Autour du Luberon et des Monts du Vaucluse » que nous allons suivre est juste un peu plus bas. Arrivés au niveau de la rivière Aiguebelle, 2 possibilités pour rejoindre Montjustin, le chemin par la vallée ou celui des crêtes. C’est ce dernier que nous empruntons et la progression s’effectue vers le village avec des montées plus ou moins raides. Depuis le plateau on a une vue plongeante sur la vallée de l’Aiguebelle et les belles propriétés agricoles. A Montjustin, charmant hameau, une habitante en promenade nous indique où se situe la fontaine. Elle est bien sûr à l’autre entrée du village. Quelques courageux ou les plus inquiets sur leur réserve en eau pour la journée, n’hésitent pas et font l’effort d’y aller, les autres patientant à l’ombre d’un arbre. Après cet intermède, le groupe se reforme, descend à nouveau sur la rivière Aiguebelle puis attaque une nouvelle montée. Nous longeons un enclos où au moins 2 patous montent la garde. Que protègent ils ? Je pensais qu’il s’agissait de moutons mais d’après certains il semblerait que ce soit des chevaux. En haut de la côte un carrefour de chemins à 627m d’altitude, dénommé Luzerne, dernier point haut de la journée. Trois voitures appartenant au parc du Luberon et à l’office des forêts y sont garées. L’endroit est plat, l’ombre suffisante, il y a un peu d’air, ce sera le lieu du pique-nique. Peu après conducteurs et passagers des voitures reprennent possession de leurs véhicules. Avant de partir, l’un d’entre eux nous recommande de ne pas fumer ! Nous le rassurons ce n’est pas dans la pratique du groupe. La pause terminée nous nous engageons sur un très petit chemin qui serpente dans une forêt assez touffue dans le ravin du Gancet. Contraste avec le paysage précédent, sensation d’humidité, beaucoup de lichens sur les arbres. Des nuées de papillons volent devant nous et vont même jusqu’à nous percuter. Brusquement le GR fait un coude, descend par un passage rocheux dans ce qui semble être le lit à sec d’un ruisseau. Quelques mètres encore à couvert des arbres puis nous débouchons sur une large piste au sol blanc. A partir de là, il faudra marcher au soleil et faire plusieurs pauses boisson sous les arbres en bord de piste car c’est avec ce type de terrain accompagnés par le chant des cigales que nous descendons vers Vitrolles blotti sous un gros rocher le Castellas. Le village n’est pas grand et nous trouvons rapidement le gîte. Comme tous les jours sous ces fortes chaleurs, la première préoccupation à l’arrivée est de se désaltérer puis de découvrir notre lieu d’hébergement. Un peu de déception car le dortoir de 8 personnes est très étroit et la gérante refuse que l’on se répartissent dans le second dortoir alors que seulement 3 personnes dont 2 d’Atlas l’occupent. Tant pis, on s’adapte et des situations cocasses dues à l’étroitesse des lieux seront l’occasion de rigolades. Après le repas, nous partons faire le tour de village invités par une des petites filles de la gérante.

Notre petit guide de 8 ans remplit son rôle avec beaucoup de sérieux tout en surveillant son petit frère de 3 ans qui lui aussi fait partie de la visite et nous apprenons ainsi que le lavoir ne sert plus car les machines à laver le linge ont été inventées. Une pause devant la façade du Château du Pré où de temps en temps les gens du village sont invités à des apéritifs avant de nous diriger vers l’école, aujourd’hui lieu privé, dont le dernier élève est maintenant un vieux monsieur d’au moins 60 ans… Information non donnée et peut être non connue de notre guide : cette école aux quatre « indiscrets » (cabinets) a servi de cadre aux films La gloire de mon père et Le château de ma mère. Nous découvrons aussi quelques maisons aux façades colorées par les ocres du Luberon ornées de belles loggias et balcons.

De l’église St Etienne, fermée, nous ne pourrons qu’admirer l’extérieur dont son clocheton-mur à deux baies.

 

JOUR 5 mercredi 15 juin. Distance : 26 km. Dénivelé positif : 870 m. Dénivelé négatif : 1150 m. Durée : 9h.
Parcours : Vitrolles-en-Luberon, les Mines, les Roumis, Aire des Mascas, le Pas de Marseille, le Mourre Nègre, l’Amourralhadou, le Colombier, Saignon, Apt.
Après une bonne nuit malgré la chaleur et le manque d’espace, nous sommes prêts pour la plus grosse journée du séjour et la montée vers le point culminant du Luberon, le Mourre Nègre. Ce nom vient du provençal qui signifie « museau noir », le museau désignant un sommet de forme arrondie. Nous partons sous un ciel bien dégagé. La montée vers les crêtes qui précèdent le Mourre Nègre s’effectue d’abord en sous bois puis avec une portion plus ensoleillée entre les Roumis et l’Aire des Mascas. Mais progressivement le ciel se voile, et un léger vent du nord évite une chaleur trop élevée. Il n’empêche que de nombreux arrêts sont malgré tout nécessaires pour reposer les organismes et s’hydrater. Depuis les crêtes à la pelouse parsemée de sauge en fleur et de touffes de lavande, une vue panoramique s’offre à nos regards.

 

Arrivée sur les crêtes

 

Pelouse fleurie sur les crêtes

Au nord, un sommet plus haut que les autres et chauve de toute végétation, attire le regard : c’est le Mont Ventoux. De creux en bosses, et de bosses en creux, on progresse et on commence à apercevoir la tour hertzienne qui se trouve au sommet du Mourre Nègre.

 

Une pause avec le Mourre Negre dans le lointain

Il semble tout proche mais il faudra encore plusieurs descentes et montées avant d‘arriver à son pied et enfin à son sommet à 12h15.

 

Quelques photos de groupe et on redescend de quelques mètres pour trouver un endroit de pique-nique loin de l’antenne.
Ensuite par un sentier nous retrouvons une piste plus large et le GRP. Jusqu’au carrefour de l’Amourralhadou le cheminement s’effectue en courbe de niveau puis sur une pente courte mais raide pour passer de 953 m à 990 m. A partir de ce point, on perd régulièrement en altitude. Le chemin d’abord facile, se révèle un peu plus technique sur une partie de pierrier en plein soleil. Attentive à ce que chacun descende en toute sécurité, j’en oublie de faire des photos. Dommage ! Une pause réhydratation car le soleil revenu tape fort et la descente se poursuit en serpentant dans le bois. On traverse le vallon de Pétarelle et remontons sur le Colombier carrefour proche du hameau de Regain que l’on entrevoit à travers les arbres et où malheureusement le gîte d’étape n’existe plus. Il faut donc continuer jusqu’à Apt. A l’entrée de Saignon, la fontaine approvisionnée par une source est prise d’assaut. Tout le monde a besoin d’eau fraîche pour remplir les gourdes presque vides ou pour remplacer l’eau devenue tiède. Nous découvrons un peu du village en le traversant et passons notamment devant l’église romane Notre-Dame-de-Pitié ou Sainte-Marie-de-Saignon à l’imposante façade. Au Moyen-Âge, l’église était un lieu de pèlerinage pour tous ceux qui empruntaient la Via Domitia vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Mais ce village mérite une visite plus approfondie. Je propose donc de revenir le lendemain lorsque nous aurons récupéré les voitures. A la sortie de Saignon c’est le GR 653D, qui va nous amener à l’entrée d’Apt par un charmant petit sentier. Il est 17h30 lorsque nous retrouvons la vie citadine et ses bruits. Sur une place bien ombragée, un bar a installé sa terrasse ; quoi de mieux pour y déguster le pot du séjour en récompense de cette longue journée. Les pieds meurtris pour certains, la fatigue bien présente pour beaucoup, c’est en bus gratuit que nous terminons le trajet jusqu’à notre hébergement qui se situe à l’opposé, à l’extrémité ouest de la ville. La conductrice devrait se souvenir longtemps de cette bande très bruyante qu’elle a gentiment attendue pour le dernier départ. Ce soir nous dormons à l’hôtel car l’hébergement initialement réservé a ensuite été réquisitionné par la mairie pour des réfugiés ukrainiens. C’est dans une ambiance confortable et chaleureuse que nous sommes accueillis. L’installation dans les chambres puis le repas pris sur la terrasse d’où nous apercevons Saignon perché sur son rocher, termine de façon très agréable cette journée.


JOUR 6 jeudi 16 juin.
Distance : 14 km. Dénivelé positif : 375 m. Dénivelé négatif : 200 m. Durée : 4h.
Parcours : Apt, le Fangas, Tourville, les Blaces, les Eyssablières, Rustrel.
Bien connue pour ses faïences et ses fruits confits, Apt située sur l’ancienne voie Domitienne, est arrosée par 5 rivières : le Calavon, la Dôa, la Riaille, la Marguerite, le Rimayon. Son centre-ville, groupé autour de la cathédrale Sainte-Anne, occupait jadis une île.
Pour ce denier jour, point besoin de charger les sacs car ce soir nous revenons dormir au même endroit. Une fois le petit déjeuner pris à nouveau sur la terrasse, la récupération des pique-niques effectués (merci à la propriétaire de l’hôtel qui s’est chargée au pied levé de les préparer), nous rejoignons la voie Domitienne devenue voie verte. Nous traversons ainsi tout Apt, en étant loin de la circulation. Le dôme de la cathédrale surmonté de la statue en bronze doré de sainte Anne semble à portée de mains. La sortie de la ville jusqu’à Le Fangas est un peu longue à mon goût et nous ne retrouvons les chemins qu’après avoir dépassé Tourville. Arrêtés à un carrefour, un habitant nous indique que nous sommes sur un terrain privé ! La discussion s’engage et informé de notre parcours, il nous dit que notre fin de parcours sera plus difficile que le Mourre Nègre. Plein d’humour ce monsieur ! Le parcours se poursuit sur le GRP « Autour du Luberon et des Monts du Vaucluse », en montée douce dans les bois jusqu’à un point côté à 894m. A travers les trouées dans les arbres on aperçoit sur le versant opposé notre point d’arrivée, le village de Rustrel. On descend en longeant le Colorado provençal et profitons au maximum des couleurs et des formes dessinées par la nature.

 

 

Cheminées en longeant le Colorado

                                                                      Chapelle Sainte Radegonde

Après la D22, finie l’ombre des arbres, nous voici dans les vignes que nous traversons pour retrouver une dernière portion de route qui remonte sur Rustrel. La boucle est bouclée ! Après le pique-nique pris sous les platanes et les voitures récupérées, nous repartons en direction d’Apt en prenant le chemin des écoliers. Un petit détour par la chapelle Ste Radegonde où nous serions passés si j’avais fait le choix de revenir à Rustrel par un parcours plus long.

Bien qu’un peu tourmentés, les chemins acceptent le passage des voitures ! Nous ne sommes pas loin de Gargas et pourrions aller visiter le dernier site d’extraction des ocres, mais nous avons aussi prévu de retourner à Saignon. On ne peut pas tout faire. Un passage à l’hôtel pour une douche et nous voilà repartis pour ce beau village perché. Nous déambulons dans les petites rues et places fleuries et passons par la porte des remparts et la rue de l’horloge pour aller au rocher de Bellevue.

Le rocher de Bellevue

 

 

Cette forteresse naturelle a servi d’appui à 3 châteaux-forteresses appelés château du Rocher, château Méjean ou Tortamolles et château Crugières, dont on aperçoit les ruines, notamment les remparts et les chemins de ronde. Depuis la table d’orientation on domine la vallée d’Apt et on peut apercevoir le Mont Ventoux, la montagne de Lure ainsi que les Alpes. L’abbaye Saint Eusèbe lieu privé ne se visitant pas, nous redescendons vers le centre du village et la place de la fontaine, ombragée et fleurie pour un dernier rafraîchissement. 

 

Place de la fontaine à Saignon


JOUR 7 vendredi 17 juin.
Retour Apt / Clermont-Fd.
A 8h30 tout le monde est prêt pour le départ. La maison des fruits confits étant située sur notre route à la sortie d’Apt, l’arrêt est inévitable. Après la dégustation et l’achat de différentes spécialités nous prenons définitivement la route du retour et arrivons à 17h à Clermont.

Terrain (en dehors des gorges) : de larges pistes caillouteuses, des chemins plus étroits dans les forêts, quelques pierriers, des portions de petites routes.
Végétation : chênes verts, chênes pubescents, érables de Montpellier et autres, pins, buis, lavande, sauge des prés, valériane des jardins, cupidone bleue, trèfle bitumeux, genêt d’Espagne.
Hébergements : une mention particulière pour le Luberon hôtel à Apt, très confortable et au personnel très attentionné. Hébergements corrects pour les gîtes de Rustrel et Céreste. Gîte de Vitrolles-en-Luberon plus spartiate.
Restauration : repas du soir copieux et de très bonne qualité. Petits déjeuners très complets. Avec la chaleur des salades auraient été appréciées aux pique-niques.
Groupe : bonne condition physique de tous les participants. Très bonne ambiance.
Incidents : néant
Photos : de Jean Marc, Pierre et Mady

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.