Animateur : Thierry
Nombre de participants : 8 animateur compris (6F-2H)

Météo : grand soleil et grande douceur
Distance : 25 km   (GPS)
Dénivelée : 600 m (GPS)
Durée : 7h
Classement Atlas : Facile
Kilométrage voitures : 2 voitures de Montferrand pour 44 km A/R

Itinéraire : La Gardette – GR 441 – Olby – D2089 – Polagnat – Farges – château de Cordès – D27 – Lachaud en HP – St Bonnet près Orcival – le Moulin de Villejacques – Villejacques – Nord par sentier qui rejoint le GR 441B -D2089 – ouest d’Olby – les Bernards – PC 782 et PC 783 – l’étang de Fung – La Gardette

Encore un tout petit groupe ce dimanche pour arpenter les chemins faciles entre Dômes et Sancy sous une météo d’une douceur exceptionnelle pour une fin mars. L’itinéraire a pour intérêt de parcourir un grand pays d’élevage avec des points de vue toujours intéressants sur toute la chaîne des Puys vue de l’ouest.

Profil de la chaîne des puys vu d’ouest

Certains en découvrait l’étendue pour la première fois. Les concepteurs du GR 441 ne s’y sont pas trompés en traçant du nord au sud ce beau chemin. A Polagnat, un petit détour nous mène au château du XVème qu’aucun des adhérents présents ne connaissait.

Château de Polagnat

Des travaux importants ont été accomplis depuis ma dernière visite, pour le meilleur et….pour le pire ! Coté meilleur, les nouvelles allées d’arrivée sur la cour, les jardins, la rénovation des façades et de la tour. Pour le pire et c’est visible si on arrive comme nous par le haut du hameau : un énorme appendice construit tout le long de la façade nord en bois et bardage métallique bleu foncé. L’étrange construction remplace, nous informe un riverain, les vielles écuries en ruine. Un cabinet d’architecture Clermontois a signé son forfait. Comment une telle hérésie a-t-elle-pu être commise ? Le château n’est a priori pas à l’Inventaire des Monuments Historiques, est-ce l’explication ? Quelques kilomètres plus loin c’est un autre château bien plus connu qui nous arrête devant ses grilles, Cordès. Si l’on n’entre pas dans ses jardins peu de chance d’avoir une vue d’ensemble sur les bâtiments… Il ne nous reste qu’à nous émerveiller sur ses haies de charmilles de près de 5 m de hauteur, enchevêtrement de charmes et de hêtres. Pour info, le monument ne sera pas visitable cette année pour cause de travaux. Nous remontons la longue route d’accès qui débouche sur la D27. Une stèle que je n’avais jamais remarquée (elle est référencée sur la carte pourtant) attire aujourd’hui mon attention.

La stèle du cycliste tué

Quelle histoire ! Voir la photo… Un malheureux cycliste de 19 ans, natif de Ceyssat eut la malchance de rencontrer une des rares voitures circulant à l’époque, en … ?? 1923. Le destin. Nous prenons notre repas en surplomb du château, après un petit hors-piste qui nous évite la partie routière du GR. Le chemin au bord duquel nous avons déjeuné nous conduit à Saint-Bonnet. Nous croisons un couple de randonneurs dont l’homme se présente comme le frère de JP Frachon le grand guide de montagne auvergnat. Très disert et rigolo le frangin ! . Très dragueur, nous arrachons une de nos adhérentes à son affection naissante 😊 Arrivés à Saint-Bonnet nous tombons par hasard sur une femme affairée à remplir un van qui se révèle être notre Pascaline. Le rangement après un week-end d’anniversaire entre amis rempli de plein d’activités et de bonnes victuailles. Des week-ends comme on les aime. Nous la quittons pour reprendre des petits chemins qui nous ramènent par Villejacques sur la D 2089 et l’ouest d’Olby aux Bernards 

Pont aux Bernards

Eglise d’Olby avec le PDD

Pas simple de s’extraire de ce petit hameau pour retrouver les larges chemins d’exploitation qui nous font fermer la boucle à La Gardette

Retour sur la Gardette

Juste avant d’arriver, nous longeons au nord la zone qu’occupait le grand étang du Fung. Cet étang établi derrière une solide digue avait été créé au Moyen-Âge à une date inconnue. Il aurait été aménagé dans l’ancien lit d’une rivière… Il avait la réputation d’être plus grand que la plupart des lacs d’Auvergne. Un système de vannes permettait de le vider pour pêcher. Certaines pêches furent miraculeuses comme celle de 1870 qui fut si volumineuse que les prix chutèrent sur le marché à Clermont où elle fut vendue…

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.