Animateur : Fabien
Nombre de participants : 6 (3F, 3H) animateur compris
Météo : Couvert, léger vent en début de rando se calmant par la suite
Terrain : De nombreux secteurs encore bien enneigés voire verglacés
Distance : 25 km
Dénivelé : 760 m
Durée : 7h45 pauses comprises
Classement Atlas : Annoncée facile, reclassée moyenne compte tenu de l’état du terrain
Kilométrage auto : 36 x 1 de Clermont soit 36 km + 1 voiture sur place

Itinéraire : Laschamps, Beaune le Chaud, Col entre les Puys de Mercoeur et de Lassolas, Puy de Lassolas, Puy de la Vache, Cheires Hautes, Puy de Vichatel, PC 993

Montée au col entre les Puys de Mercœur et Lassolas

Départ de Laschamps pour cette randonnée de lendemain de Noël. Après avoir longé la Cime de Busageix, nous atteignons Beaune le Chaud et son église qui domine le village. De là, direction le col entre les Puys de Mercoeur et de Lassolas. Après avoir pénétré dans les bois, les 1ères plaques de neige, verglacées par endroits, apparaîssent. Le groupe accroit donc sa vigilance afin de bien poser le pied où il faut et d’assurer ses appuis. Ce col atteint, encore quelques centaines de métres à monter et le sommet caractéristique du Puy de Lassolas s’offre à nous. C’est le lieu d’un petit cours de géologie pour expliquer la forme particulière du cratère (cratère égueulé) de ce Puy. Thierry nous expliquera également le pourquoi des différentes teintes de la pouzzolane (coeur de cône, bas de cône).

Nous redescendons ensuite le Puy de Lassolas pour remonter tout de suite sur son jumeau, le Puy de la Vache. En son sommet, le cours de géologie continue pour expliquer la formation des lacs de barrage d’Aydat et de la Cassière.

Vue depuis le sommet du Puy de Lassolas

Direction ensuite le Puy de Vichatel via les Cheires Hautes où , entre neige et végétation, une erreur d’itinéraire nous aura fait faire du hors piste non prévu (et finalement un joli cheminement dans les Cheires) pour se remettre dans le droit chemin.

 Le groupe au sommet du Puy de la Vache

Au sommet du Puy de Vichatel, tout le monde profite de la vue et constate (comme cela avait déjà était constaté le matin aux 2 premiers sommets) que le Massif du Sancy sur lequel on a une belle vue par beau temps, aura passé la journée dans le brouillard. Nous redescendons direction le château de Montlosier en passant devant l’étang de Montlosier. Ce patronyme est bien présent dans ce coin. En effet, François Dominique de Reynaud, Comte de Montlosier, homme politique des 18éme-19éme siécle, est à l’origine de nombreux travaux (défrichement, restauration du sol, reboisement, etc…) dans le secteur ; travaux à l’origine de l’apparence actuelle du lieu.

L’étang de Montlosier

A partir de ce château, compte tenu du temps passé dans le hors piste non prévu et vu que nous étions dans les jours les plus courts de l’année, j’ai adapté le parcours afin d’arriver aux voitures avant la nuit. Le retour au point de départ s’est donc effectué sur les larges chemeins abritant les GR. Malgré la monotonie de ces chemins, les participants ont du rester bien attentifs et concentré jusqu’au bout compte tenu de la neige toujours bien présente sur le chemin.

A l’arrivée, de bons chocolats nous sont offerts par Bénédicte pour nous remettre de nos efforts. Merci à elle.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.