Animateur : Yves
Nombre de participants : 24 animateur compris   (10F, 14H)
Météo : Couvert avec éclaircies, températures fraiches à douces
Distance : 25 km   
Dénivelé :  600 m
Durée :7 H 50 pauses comprises
Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 104 X 2 et 66 X 3 soit 406 km
Préparation et rédaction : 2 H 30

Itinéraire : Le Breuil sur Couze, SaintGermain Lembron, PC 437, PC 439, PC 433, PC 435, PC 447, PC 488, Beaulieu, La Combelle, Le Saut du Loup, Rochetaillade, PC 393, PC 388, Orsonnette, Nonette, Pont Pakowski, Le Breuil.

A partir du Breuil, petit aller-retour vers le domaine de St Barthélémy pour faire découvrir aux participants une curiosité locale qui mériterait une mise en valeur compte tenu de sa rareté. Ce domaine est une ancienne léproserie datant du moyen âge avec, à l’époque, un immense parc bordé par un mur le long du chemin d’accès. Dans ce mur figurent encore de nombreux trous espacés régulièrement à hauteur d’homme, ces trous avaient été laissés pour permettre aux visiteurs des lépreux de pouvoir communiquer sans risque de contamination. Un parloir en somme !

Trous dans le mur de la léproserie

Passage de la passerelle pour enjamber la voie ferrée, puis montée en direction de la Madone de la Paix, petit autel surmonté d’une vierge, en pleine nature ; L’ensemble en béton construit en 1939 suite à un don d’un généreux donateur.

Direction St Germain Lembron, où après avoir contourné le bourg, notre parcours chemine en zig zag entre les champs fraichement labourés à la terre ocre foncé, jusqu’au petit village de Beaulieu. Sur la place trône un magnifique château privé, remarquablement rénové avec son imposante tour carrée ainsi que son église curieusement perchée.

Château et église de Beaulieu

Comme les habitants d’autrefois, nous descendons la rue des mineurs en direction de la Combelle. Sur notre gauche, construit sur un bloc rocheux se dévoile le château de la Roche. Avant de franchir l’Allagnon, sur une passerelle qui a remplacé le bac, nous goutons l’eau de la Fontaine Salée, source ferrugineuse jamais exploitée.

Après la pause pique-nique, nous longeons l’Allagnon jusqu’à sa confluence avec l’Allier au lieudit Le Saut du Loup, de là nous montons sur le plateau de Rochetaillade. Un gymkhana entre stations de pompage et captage le long de l’Allier nous mène à Orsonnette.

Le dénivelé du jour est devant nous, Nonette ! On s’allège d’une couche et nous voilà partis à l’assaut du résidu d’un volcan de 12 millions d’années. Du château construit au 10° S en son sommet, rasé en 1633, il ne reste que quelques bribes de murs et de tours. D’ici, en ce milieu d’après-midi, baigné par un rayon de soleil bien venu, la vue est saisissante. Nous apercevons le parcours effectué depuis ce matin, ainsi que le Sancy qui à repris son manteau blanc. Nous découvrons le village avec son château et son parc romantique aux arbres centenaires et aux espèces rares.

Après avoir contourné le piton rocheux par l’ouest, nous plongeons sur l’Allier pour la traverser sur le pont Pakowski, pont constitué de trois arches en béton armé sur des piliers en pierre de taille construit en 1925. Petit détour à la confluence de la Couze d’Ardes, où nous apprenons et constatons que l’Allier a modifié son lit au cours des années, pour rejoindre Le Breuil.

Nonette et le Pont Pakowski

Dans la traversée du bourg notre regard sera détourné, par l’arkose rose du porche de l’église Notre Dame, et également par l’imposant château du 17°S avec ses dépendances aux utilisations contemporaines.

La journée se termina par un partage de galette qui dévoilera la reine et les rois du jour.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.