Animateur : Thierry
Nombre de participants : 15, animateur compris (6F, 9H)
Météo : ensoleillé et doux
Distance : 23,5 km (ma montre GPS)
Dénivelée : 910 m (ma montre GPS)
Durée : 7h00 (pauses comprises) Classement Atlas : Facile
Kilométrage auto : 160 (Montferrand) / 1 voiture – 132 (du Crest) / 3 voitures
Préparation+ CR : 1h

DSC01183-ConvertImage-min.jpg


ITINERAIRE : Espinchal, Sandelouze, Gaine, Lac d’En Haut, La Godivelle, Lac de St Alyre, sommet du Testou, le Bois Taveix, Montagne de Chamaroux, Mont Chamaroux, Chassigné-Haut, Buron de la Loubeyre, La Loubeyre, Lac d’En Haut, même chemin qu’à l’aller.

DSC01198-ConvertImage-min.jpg
DSC01214-ConvertImage-min.jpg



Randonnée traditionnelle (pour moi) au Printemps, le Cézallier et ses grands espaces vides de vaches encore pour quelques jours. Départ d’Espinchal aux belles maisons coquettes qui tranchent avec le patrimoine urbain de la Godivelle très marqué par l’élevage. Des maisons à Espinchal construites avec l’argent des marchands de toiles, nouveaux colporteurs du milieu du 19° siècle au début du20°. On les imagine sur les chemins, traversant la France, avec leurs chevaux tirant leur charrette (Maringotte) spécialement aménagée pour pouvoir recevoir les pièces entières de toile.

Un historien écrit : « Vers 1910 – 1930, ce fut la granderichesse du Cézallier : à Espinchal, à Montgreleix, un tiers de la population courait les routes de France pour vendre de la toile et des draps ». Rien à voir donc avec les fermes rustiques de La Godivelle…. Et de son bel abreuvoir dont Jean-Louis nous apprend qu’il a été construit par un ancien maire du bourg qui souhaitait voir de chez lui ses 20 vaches s’abreuver… D’où sa forme circulaire…

La suite de la ballade nous fit cheminer un temps sur le sentier des Vaches Rouges,en piteux état de signalisation, jusqu’au lac de St Alyre en voie de « tourbiérisation » sur sa partie occidentale. Le Testou vite escaladé, nous avons continué de cheminer en direction de la montagne de Chamaroux. Parvenus près du buron du Bois Taveix, nous sommes restés quelques minutes à regarder une étrange créature allongée sur l’herbe camouflée en marron tenant un appareil à grand objectif. Un photographe naturaliste à l’affût ? On n’en saura jamais rien car il ne nous a pas adressé la parole et qu’il a disparu pendant que nous mangions….

Après avoir franchi la montagne de Chamaroux, le mont Chamaroux qui en impose un peu est vite devenu une évidence même s’il ne figurait pas dans mon plan d’itinéraire. toujours le même émerveillement au sommet, servi en plus par un soleil radieux…. Avec une belle stéréo SANCY / Cantal, enneigés tous les deux et qu’on tenait presque à portée de la main.
Pour le retour nous sommes restés le plus souvent possible en hauteur pour éviter les grandes sagnes qui enserrent la Godivelle.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.