Dates : du 25 juin au 1er juillet 2022
Animateur : Thierry
Transport aller-retour : en co-voiturage, 1 voiture de Chamalières à Puivert
Météo: brumes et crachins pendant trois jours, nuageux un jour, plein soleil un jour. Température douce sauf dans la montagne au-dessus de Camurac.
Terrains et paysages : paysages typiques de l’Aude pyrénéenne avec plateaux, gorges, crêtes collinéennes. Calcaire prédominant. Forêts de hêtres surtout et chênes verts.
Animaux: chevreuils, lièvres, 1 sanglier femelle et ses 5 marcassins
Cartes : 2148ET – 2247 OT – 2248 ET
Cumuls : KM= 110 D+ = 3544 m

Jour 1 : Puivertsud de Belvis 19,3 km – 759m D+ – 361 D- 6h30 de déplacement

Après un voyage aller qui nous a fait passer par Castres (lieu de pique-nique) assommé par sa défaite en finale du top 14 de la veille, nous plantons nos tentes dans le camping de Puivert au bord du lac. Le temps est lourd. Nous profitons d’une installation rapide pour aller visiter le château que nous apercevons au nord au sommet de la colline surplombant le village à 600 m d’altitude. Du château primitif (d’avant la Croisade) il ne reste que quelques vestiges à l’ouest. Le château qu’on voit aujourd’hui a été construit au début du 14ème siècle par les descendants de Pons de Bruyère, lieutenant de Simon de Montfort qui assiégea et conquis le château en 1210. On rentre par une belle tour-porte qui débouche sur une grande cour engazonnée ceinte de 6 tours et d’une courtine. Nous visitons le donjon carré haut de 32 m. Passerelles et escaliers en vis desservent trois salles, une par étage. Salle de garde, chapelle et salle des Musiciens. Dans chacune la voute est sur une croisée d’ogive. La salle des Musiciens est remarquable du fait de la présence de culs de lampe au bas de chacune des 8 nervures de la voûte. Chaque cul de lampe est orné de musiciens qui joue des instruments anciens : cornemuse, viole, tambourin, luth… Ce château était donc plutôt tourné vers l’art et la culture que vers la guerre, signe de l’humanisation des châteaux-forts au 14ème.

Château de Puivert

Nous quittons Puivert le dimanche matin pour prendre de la hauteur et parvenir sur le plateau de Sault à près de 1000 m. Puivert est dans une grande cuvette cultivée (blé et maïs) parsemée de petits hameaux qu’on nomme ici des camps : Campbonnaure, Campserdou, Campsaure, Campsadourny….. Le chemin s’élève doucement et nous traversons la forêt de Picaussel, siège d’un maquis important pendant la guerre. Nous suivons un GR dont le tracé sur le terrain ne correspond plus à ma carte de 2009… Nous arrivons au village de Lescale qui fut incendié par les Allemand le 9 août 1944 en représailles des attaques qu’ils subissaient. Ils chassèrent tous les habitants du hameau « coupables » d’avoir aidé les maquisards avant de l’incendier. Il fut reconstruit en 1953 et entre-temps les habitants vécurent dans des baraquements de fortune. A la sortie, la pente s’accentue un peu et nous prenons les 250 m qui nous mènent au col du Chandelier. Nous montons dans une belle forêt de hêtres jusqu’à atteindre les 950 m pour notre lieu de pique-nique. Sur une des pistes que nous avons suivies, nous croisons 4,5 voitures tout terrain remplies de gars portant des gilets orange : des chasseurs ? Après un rapide repas, nous continuons par pistes et sentiers recouverts de fougères en direction de Belvis. Nous trouvons un beau bivouac dans un pré au sud du hameau, à l’abri de grandes haies au bord du ruisseau des Taillades, suffisamment en eau pour nos besoins. Une fois installés nous partons à Belvis pour visiter et prendre de l’eau. Dans la brume et le froid, le hameau est d’une tristesse désolante Nous le quittons vite pour regagner notre lieu de villégiature. Après notre premier repas, nous montons un peu pour observer la belle rupture de pente qui mène 250 m plus bas dans une belle vallée profonde s’amorçant par le défilé d’Able. Paysages typiques du plateau. La journée se termine et nous nous endormons pour cette première nuit en bivouac. La Première tout court pour Gwladys 😊

Détail au château

Jour 2 : sud de Belvis – sud station de Camurac 23 km – 1005 m D+ – 313 D- 9h de déplacement

Réveil à 7h avec une météo sans changement, brumes et relative fraîcheur. Nous prenons la direction d’Espezel. Nous traversons sur quelques kilomètres bien plats une partie du plateau de Sault et nous observons la diversité de ses cultures… Blé, orge, maïs et même de grandes parcelles de pommes de terre à la qualité a priori renommée car de belles affiches touristiques les vantent à l’entrée du village. C’est une animation d’un lundi avec des employés municipaux désherbant et quelques personnes âgées allant faire quelques achats dans les très rares commerces du village. Nous y trouvons un petit point multi-services tenu par une Anglaise. Bon pain. A la sortie d’Espezel le chemin s’élève brusquement SW et plein W pour parvenir sur la ligne de crête qui nous mène 250 m plus haut au pic du Midi (un autre) à 1179 m d’altitude. Site d’envol de parapentes, il offre une vue à 360° sur le plateau et les villages – hameaux qui le parsèment. Nous pique-niquons quelques centaines de mètres plus loin auprès d’une borne géodésique (PC 1154). La végétation est faite de buis odorant et de bruyères. Par des sentiers et une petite route nous descendons au SW pour parvenir sur un cheminement forestier en balcon au-dessus de la vallée de Mérial. Le chemin n’arrêtera pas de monter jusqu’à atteindre notre lieu de bivouac sous la station de Camurac à proximité de la piste qui circule à travers les estives recouvertes de gentiane. A près de 1530 m d’altitude, dans la brume et l’humidité, la fraicheur nous prend. Pas de quoi décourager les quelques-uns qui vont se toiletter dans le ruisseau alentour. Au moment où je commençais à me dévêtir, en contrebas, une guimbarde descend la piste, un homme me voit et me demande si je n’ai pas vu ses vaches. En finissant la montée, j’ai effectivement entendu des cloches… Il me pose des questions précises auxquelles je ne peux pas répondre : combien, où, quand ? Il repart un peu désabusé 😊. Le dîner est vite avalé et chacun va se réchauffer comme il peut sous sa tente. La brume n’aura pas fini de descendre et de dissimuler les belles pentes qui tombent dans notre vallon. La petite station de Camurac est juste derrière la crête au nord de notre bivouac.

Jour 3 : sud station de CamuracMontségur 25 km – 609m D+ – 1270 D- 9h de déplacement

Au réveil, toujours pas d’amélioration : gris pesant et brumes. Pas de quoi refroidir l’ardeur du groupe. Après avoir plié le bivouac en moins d’une heure trente (y’a pas le feu !) comme tous les matins à venir, nous reprenons la piste qui monte par de belles courbes à la petite station. Parvenus au point haut, on la voit enfin : trois remonte-pentes, quelques chalets assez récents, rien de monstrueux. La saison a été bonne avec beaucoup de neige me dira la gérante de l’épicerie à Camurac. Je cherche un peu le chemin pour sortir de la station. Il est vite trouvé : il commence à serpenter dans l’estive avant de plonger dans la sapinière. Avant la descente, on a l’occasion de faire un peu de lecture de paysage : au SW, Prades et Montaillou, à l’ouest, Comus, et au NW, Camurac. On devine bien la vallée et le chemin entre Camurac et Montaillou. Il s’agit bien du « Montaillou, un village occitan » d’Emmanuel Leroy-Ladurie. Très célèbre ouvrage de l’historien dans les années 70, racontant, à travers les témoignages des habitants du début du 14ème siècle lors des interrogatoires menés par l’inquisiteur et évêque de Pamiers, Jacque Fournier, le quotidien de l’époque en Haute-Ariège. Au-delà du relevé des faits religieux – l’extirpation du catharisme de ces populations – le Registre d’Inquisition rédigé par l’évêque témoigne des croyances païennes de cette communauté montagnarde et de leur quotidien. Ça m’a donné envie de lire cet ouvrage emblématique de ce qu’on a appelé la Nouvelle Histoire.

Montaillou

Petit ravitaillement à Camurac dans l’épicerie multi-services (là encore) : du bon pain et de la bonne tomme de vache 😊. Le chemin se poursuit par une petite route jusqu’à Comus et l’entrée des gorges de la Frau. A noter à Comus, le très bon panneau d’information sur les vautours qui habitent les sommets alentours. Depuis Camurac nous suivons l’Hers qui prend sa source au SW avant Prades sous le col de Marmare. Cette petite rivière ne deviendra jamais grande mais longue pour sûr puisqu’elle se jettera dans la Garonne à Toulouse après 89 kilomètres d’un parcours qui lui fera traverser Bélesta, Mirepoix et d’autres bourgs audois et de Haute-Garonne. Nous déjeunons juste à l’entrée des gorges de la Frau. Normalement cela aurait dû être notre rampe de lancement vers les sommets de la Montagne de Tabe à plus de 2200 m. Hélas, au vu de la météo du matin et des sommets beaucoup plus bas déjà bouchés, j’ai décidé de renoncer à la grimpette pour suivre un plan B avec Montségur en cible par le chemin des gorges. Car même si le temps semble s’éclaircir à la mi-journée, il est trop tard pour s’embarquer dans les 1100 de D+ qui nous mènerait à l’étang de Tort, lieu du bivouac prévu à près de 2100 m d’altitude… A fortiori chargés comme nous le sommes. L’étape que j’avais dessinée était décidément trop ambitieuse. La route vers Montségur ne sera pas malgré tout une sinécure….

Gorges de Frau

Vue sur Peg et château de Montségur

Le cheminement dans des gorges très abruptes est de tout repos et de toute beauté. Très resserrées au début avec des parois qu’on touche presque des mains (j’exagère un peu), elles s’élargissent un peu en aval avec l’apparition de falaises de plus de 100 m de vertical et ce de chaque côté des gorges. L’Hers coule toujours au milieu. Après 2-3 km de chemin de rêve nous retrouvons une petite route qui nous amène en pente douce au Pelail, à la confluence de l’Hers et du ruisseau des Rivels. Il nous reste en gros que 5 km pour parvenir à Montségur mais également 500 m de D+ à avaler en 3 km sur un sentier en forêt recouvert d’argile bien mouillé par les dernières pluies. Un bel effort final donc. Chacun grimpe à son rythme et les chamois sont de sortie. Une bonne pause au sommet de la montée est vraiment la bienvenue. Un beau cheminement forestier en pente douce prend la place de ce gros coup de cul. Ouf ! Au détour d’un virage, on devine à l’est à travers les arbres, le peg de Montségur couronné de sa forteresse…. Un peu plus loin, j’ai juste le temps de voir à 50 m un sanglier traverser notre sentier. Une mère. On s’immobilise aussitôt et là le miracle s’accomplit : ses 5 marcassins s’avancent vers nous (tjs à 50 m) et s’immobilisent à leur tour 3,4 secondes tout en nous fixant. Puis c’est la débandade. Les deux plus courageux prennent le chemin emprunté par leur mère, les deux autres à une seconde d’intervalle partent par derrière laissant le cinquième seul et indécis l’espace d’une seconde, avant qu’à son tour il prenne la décision de suivre ses deux frères/sœurs. Une scène de dessin animé, vraiment 😊 Patrice a juste eu le temps de l’immortaliser sous forme de vidéo. Je pense qu’elle pourrait devenir virale. Rien que cette scénette de pleine nature justifie le déplacement et le séjour. Tous un peu émus par le spectacle qui vient de nous être proposé, nous parcourons les deux km restants. L’observation de la carte me montre un espace plat en amont de Montségur près du ruisseau du Lasset. Pascal et moi partons en reconnaissance ; le lieu nous est confirmé par un couple qui a posé son van après le pont enjambant le ruisseau. A 100 m en amont nous tombons sur un bel endroit de bivouac près de l’ancienne ruine d’un moulin. Le couvert végétal au sol et dans les airs est impressionnant. Nous montons rapidement le camp avant de penser au rafraichissement. Le ruisseau qui coule à cet endroit en rapides remplit de nombreuses vasques propices au bain et à la relaxation. Le froid mordant de l’eau ne nous pose aucun problème. Ragaillardis par le bain, nous nous apprêtons à préparer le repas lorsque nous voyons débouler un camion-benne : monsieur le Maire en personne qui vient se débarrasser d’un peu de terre-déchet. Il nous apprend que ce lieu n’est pas autorisé au bivouac et qu’il nous faut plier le camp sur le champ. Il aurait fallu voir nos têtes ! J’essaie de l’attendrir un peu avec de pauvres arguments … Bon gars, il nous fait un chut de la main et nous dit qu’il ne nous a pas vu. Le bivouac est sauvé et la journée riche en émotions peut se terminer paisiblement. Pas tout à fait puisque nous décidons après le repas d’aller visiter Montségur distant d’un km environ. Le village est pittoresque à souhait, d’une grande homogénéité architecturale. On s’y sent tout de suite bien. Surtout que nous passons devant la boulangerie dans laquelle s’affaire un boulanger qui prépare sa pâte de la fournée à venir. Il ne vend pas encore de pain mais commercialise malgré tout des bières artisanales que nous boirons tranquillement sur la petite place toute proche juste devant la petite église du village. Manque de chance, le jour suivant, un mercredi, est le jour de fermeture de la boulangerie. Le pain qu’il fabrique ce soir-là est destiné aux clients gîtes ou restaus….

Entrée des gorges de Frau

Papillon

Montée vers Montségur

Jour 4 : Montségur ouest Bélésta 18,7 km – 575 m D+ – 910 D- 6h30 de déplacement

Le changement d’itinéraire nous dégage un peu de temps pour visiter le château qui surplombe de près de 300 m le village. Je change également le point de chute de la journée qui sera plus proche de Bélesta que celui prévu initialement. Il sera également au bord de l’Hers quand le précédent était plus haut dans les collines au col des Bonassous. Nous dissimulons nos sacs derrière une haie à l’amorce de la montée. J’ai une petite pensée émue pour tous les visiteurs qui montent en espadrille avec des enfants sur les bras ou les épaules 😊 : la montée est assez raide. A mi-pente nous passons devant la caisse : fermée. Heureusement car la visite est annoncée en bas à 7,50 euros par adulte. « Si la caisse n’est pas ouverte à votre passage alors c’est gratuit » me confirme l’employé à la redescente. Elle ouvre à 10h…. Quand on est au pied du château, les murailles sont impressionnantes. Très hautes et à la maçonnerie parfaite. Bon c’est une citadelle sans fioriture, seul le donjon laisse apparaitre encore une fenêtre à meneau. Ce n’est pas le refuge des derniers cathares aux alentours de 1240… Le château comme celui de Puivert fut construit après la croisade, au cours du 14ème siècle comme autant de sentinelles sur la frontière avec l’Espagne. La croisade sous couvert de lutter contre une hérésie religieuse était en fait une guerre de conquête visant à exclure les comtes de Foix et de Toulouse de leurs fiefs. Au milieu du 13ème, c’était chose faite et de nombreux nobles du nord de la France s’attribuèrent ces vastes territoires. Il reste sur les pentes nord du château les vestiges des habitations des derniers cathares, membres du clergé – parfaits/parfaites/bonshommes ou simple croyants. Leur vie était en sursis et s’acheva pour 244 d’entre eux sur le bûcher en mars 1244.

Village de Montségur vu du château
Le château

Le peg de Montségur est un merveilleux promontoire offrant des vues à 360° sur une grande partie de l’Aude. Nous voyons au SW le massif de Tabe avec ses deux sommets emblématiques , le pic de St Barthélémy et le pic de Soularal. Au NE, nous voyons au loin Bélesta… Au SE Camurac et le plateau de Sault en arrière-plan. Les photos s’accumulent dans nos smartphones. Nous parvenons au bout de deux heures à nous arracher à ces visions. Il nous reste une quinzaine de kilomètres avant le prochain bivouac. La descente va se faire par de beaux chemins en balcon ; les murailles est du château restent longtemps visibles…. Les gens de la FDRP de l’Ariège doivent certainement se consacrer aux multiples chemins de randos de la haute montagne ariégeoise car le GR que nous foulons est envahi par les fougères et la trace est à peine visible. Comme la veille, la pause méridienne est l’occasion de faire sécher nos tentes. Le cheminement se poursuit par des sentiers à peine visibles et toujours recouverts d’une végétation importante. Finalement le sentier redevient visible dans la grande descente forestière vers Fougax et Barrineuf et la vallée de l’Hers. Après s’être ravitaillés en eau, à la sortie du village, nous continuons le GRP en direction de Bélesta en longeant l’Hers à la recherche d’un lieu de bivouac. Tous les prés qui s’offrent à notre convoitise sont privés. Je demande à Pascal de faire une petite reco sur la rive droite de l’Hers. Il adore ! Il revient quelques minutes plus tard, photo à l’appui avec une bonne proposition. Nous le suivons donc dans la descente hors-piste vers la rivière que nous traversons à gué.

L’emplacement est typique de berges avec une forêt de petits saules et d’aulnes ; le sol est recouvert d’une belle végétation de sous-bois. On achète sans discuter la proposition 😊

Le bivouac

Nous prions pour que nos amis mouches, fourmis et taons soient discrets. Tout au long de la soirée nous vérifierons qu’ils le seront. Après une bonne toilette réparative et un bon dîner qui ne l’a pas moins été (y compris le bon Cuba de Patrice – merci Patrice !), nous revenons sous nos tentes en prenant soin de ne pas laisser trop de passages aux amis susnommés. La nuit s’annonçait donc bien. Las ! C’était sans compter sur les orages qui allaient éclater vers 1 heure du matin. A peine le premier terminé et son déluge calmé un deuxième éclatait à nouveau : il avait tourné dans la cuvette de Bélesta ! La météo du jour ne laissait pas deviner ce retour des intempéries. Du coup, un peu inquiet (sous la tente la pluie semble plus importante qu’elle ne l’est vraiment) je me couvre pour aller vérifier si le lit de la rivière est toujours à son niveau et que nos tentes résistent bien. Personne ne répond à mes questions mais tous sont réveillés 😊 Fausse alerte, l’eau n’a pas monté et je peux me recoucher plus serein.

Jour 5 : ouest Bélésta-Puivert 24 km – 596 m D+ – 642 D- 7h de déplacement

La belle météo de la veille – notre seule journée de soleil – n’est plus qu’un souvenir. La pluie, plutôt une bruine soutenue, va nous accompagner toute la journée. Nous regagnons la rive gauche de l’Hers et le GRP vers Bélesta en profitant de l’aménagement du gué que nous a concocté l’ami Pascal. La petite halte dans la boulangerie de Bélesta pour un petit café-viennoiseries nous fait oublier l’humidité et la fraicheur ambiante. Ces petits commerces, uniques souvent dans leur village sont bien des lieux de convivialité où les gens se retrouvent. Ils offrent généralement des services multiples – points-colis, bureau de poste, boulangerie, épicerie, maison de la presse… – qui font qu’il est encore possible de continuer à vivre dans ces petits bourgs isolés. Nous avons une bonne discussion rugbystico-cynégétique mélangés avec quelques villageois sympathiques.

Passage à gué

Mais il faut s’arracher pour finir la boucle. Comme souvent, sortir d’un village aux multiples possibles est toujours un peu difficile pour l’animateur. Cette fois-ci encore, je n’y coupe pas. Il me faudra quelques minutes pour remettre tout le groupe sur le bon chemin. A ma décharge, le tracé original du GRP qui figure encore sur la carte a été supprimé sur le terrain… On devine de proche en proche les balises effacées sur les arbres ou les poteaux EDF. Comment expliquer une telle disparition ? A cause d’une nouvelle emprise agricole et de la fermeture de chemins par des agriculteurs ? Du coup la suite du cheminement jusqu’au petit hameau du Pasquet, pause méridienne, est modifiée et nous continuons à suivre une petite route sympa. Nous déjeunons à l’abri dans une grange en train d’être réaménagée en habitation. Je garderai longtemps le lieu en mémoire car c’est là que Pascal a posé cette question métaphysique qui restera associée à ce séjour 😊  : « Est-il moral de manger un jésuite en pays Cathare ? » 😊 😊 Le gâteau en question avait été acheté le matin-même dans la bonne boulangerie de Bélesta…. Le dernier après-midi de rando ne sera pas aussi facile qu’espéré. Nous abandonnons au bout de 2 km le GRP qui n’existe plus pour continuer sur des chemins eux aussi disparus ou à l’abandon, sur près de trois kilomètres. Les chaussures et plus encore sont désormais trempées. L’herbe arrive souvent au-dessus des genoux… Finalement nous parvenons à une ferme dégueu qui clôt ces cheminement difficiles. C’est la dernière ligne droite qui redescend sur Puivert après un dernier coup de cul après La Calmette. Nous voilà redescendus dans la cuvette à Campsaure à deux kilomètres du camping que nous atteignons sous une bruine toujours généreuse.

C’est la fin de cinq belles journées de rando et de bivouacs dans ce petit pays des confins, dans une nature généreuse et aux paysages variés.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.